Annette Wieviorka et Michel Laffitte, A l’intérieur du camp de Drancy, Éditions Perrin, 2012.
lundi 1er juillet 2013
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Politique > Résistance > Annette Wieviorka et Michel Laffitte, A (...)
 

A L’INTÉRIEUR DU CAMP DE DRANCY

Auteur : Annette Wieviorka et Michel Laffitte

Éditions Perrin, 2012.

Fondée sur des archives et témoignages souvent inédits, la première synthèse sur l’un des lieux les plus tragiques et emblématiques de la persécution des Juifs en France, à l’occasion du 70e anniversaire de la création du camp.

Drancy, en banlieue parisienne, demeure dans toutes les mémoires comme le camp où a transité la majeure partie des Juifs déportés de France vers les centres de mise à mort ; 80 000 Juifs ou considérés comme tels y ont séjourné, de quelques jours à plusieurs années, d’août 1941 à août 1944. Il mêle des israélites français de vieille souche à des Juifs étrangers d’immigration récente, des élites du pouvoir et du savoir aux professions les plus humbles, adultes, vieillards, femmes et enfants.
Commandé par des Allemands, gardé et administré par des Français, Drancy, à la fois camp de représailles, de transit et de concentration, atteste l’ambiguïté criminelle des responsabilités entre l’occupant et Vichy. Des sources inédites ? correspondances clandestines, journaux intimes ? permettent de reconstituer l’existence des internés dans la cité de la Muette, avec ses solidarités multiples, mais aussi la course aux privilèges, les clivages sociaux et nationaux, la famine et le désespoir d’un côté, l’école et le théâtre de l’autre, les innombrables rumeurs et l’ordre imposé parfois par les victimes elles-mêmes, enfin la menace permanente et insoutenable de la déportation.

Annette Wieviorka, directrice de recherche au CNRS, fut membre de la mission sur la spoliation des biens juifs de France. Membre du conseil supérieur des Archives, présidente de la commission « Mémoire et transmission » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, elle a notamment publié : Déportation et génocide, entre la mémoire et l’oubli (1992) ; Auschwitz, 60 ans après (2005) ; Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez (2010) et L’Heure d’exactitude. Histoire, mémoire, témoignage, entretiens avec Séverine Nikel (2011).

Michel Laffitte, agrégé d’histoire et docteur de l’EHESS, est l’auteur notamment d’Un engrenage fatal, avec Pierre Vidal-Naquet (2003) et de Juif dans la France allemande (2006). Il est membre de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.