Conseil d’Alsace - FO appelle à voter « non » au référendum
dimanche 31 mars 2013
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
 

Les deux unions départementales du syndicat Force ouvrière organisaient hier un meeting à Meyenheim, afin d’appeler à voter contre le conseil d’Alsace le 7 avril prochain.

http://www.lalsace.fr/actualite/2013/03/27/fo-appelle-a-voter-non-au-referendum

Près de 200 personnes étaient rassemblées hier après-midi à la salle polyvalente de Meyenheim, afin d’assister au meeting organisé par les deux unions départementales d’Alsace et la confédération Force ouvrière. Une réunion présidée par Jean-Claude Mailly, secrétaire confédéral, qui s’est longuement exprimé à la tribune afin d’appeler à voter « non » au référendum du 7 avril sur le conseil d’Alsace.

« FO donne rarement des consignes de vote, la dernière fois que nous l’avons fait, c’était en 1969 sur le référendum du général De Gaulle. Mais cette fois-ci, le sujet est trop grave » , a-t-il lancé. Le secrétaire confédéral a qualifié de « danger pour la République » le projet de future collectivité unique, estimant que celle-ci contribuerait à « casser le droit du travail en permettant d’adapter l’action publique aux spécificités de l’Alsace ».

« Je ne veux pas d’une république balkanisée. Ce qui se passe en Alsace n’est pas une expérimentation, c’est une préfiguration de ce qui se prépare ailleurs, dans le Limousin ou en Bretagne » , a-t-il expliqué, critiquant au passage le « manque de clarté » d’un projet « dans lequel on ne sait pas trop qui fait quoi ».

Interrogé sur les économies mises en avant par les défenseurs du projet, Jean-Claude Mailly balaye d’un revers de main un argument jugé « fallacieux ».

« Dans un contexte de baisse générale des dotations de l’État, il va bien falloir que l’on trouve l’argent quelque part. Et en face de ces baisses, on mettra quoi ? Des impôts régionaux. Au final, on va se retrouver avec plus d’impôts et moins de services à la population, puisque la conséquence de ce projet, ce sont surtout des réductions d’emploi drastiques » , martèle-t-il.
Appel à la grève le 4 avril

FO estime en effet que la création du conseil d’Alsace se solderait in fine par la suppression de 40 % des effectifs des trois collectivités territoriales. Ce que les promoteurs du projet contestent (lire ci-contre). Autant d’arguments cependant qui nourrissent l’appel à la grève lancé par le syndicat contre le conseil d’Alsace le 4 avril prochain.