Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne
mardi 30 juin 2015
Auteur : par webmaster

Un Forum international contre l’Union européenne s’est tenu à Athènes du 26 au 28 juin 2015. Le Parti de l’émancipation du peuple (ex-M’PEP) en était co-organisateur. Ce Forum a adopté une déclaration.

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 9 réactions
 
 

DECLARATION D’ATHENES CONTRE L’UNION EUROPÉENNE

Athènes, le 28 juin 2015.

Un Forum international contre l’Union européenne s’est tenu à Athènes du 26 au 28 juin 2015. Le Parti de l’émancipation du peuple (ex-M’PEP) en était co-organisateur. Ce Forum a adopté une déclaration.

Le Forum international anti-Union européenne organisé les 26-28 juin 2015 à Athènes a connu un grand succès.
Son but est le rassemblement des forces populaires et de la gauche de transformation sociale, coordonnées au sein du Forum anti-Union européenne, et le développement des luttes pour le retrait des pays européens de l’euro et de l’Union européenne.

1.- Sept ans après l’explosion de la crise financière, l’Union européenne devient de plus en plus réactionnaire, antipopulaire et néolibérale.
L’austérité est la recette universelle, et personne n’est autorisé à la remettre en cause.
Les pires politiques antipopulaires sont aujourd’hui inscrites dans les gènes de l’Union européenne et dans l’euro.
Ce n’est pas un hasard.
Le néolibéralisme, l’austérité, la destruction des droits sociaux et la dégradation des conditions de vie du monde du travail sont inscrits dans la nature de l’Union européenne.
L’Union européenne est le centre de la crise globale et montre une fois encore qu’elle ne peut pas changer, être réformée ou améliorée.
Au contraire, les États-membres de l’Union européenne imposent des politiques de plus en plus sévères pour la majorité de la population, et de plus en plus favorables aux banques, aux grandes entreprises et à l’oligarchie.
Placer nos espoirs dans une hypothétique reprise économique et la fin de la crise financière reviendrait à oublier le fait que toutes les politiques de la Banque centrale européenne (BCE) et de l’eurozone ne visent qu’à repousser la crise, jusqu’à un épisode plus sévère dans les prochaines années.

2.- Même les statistiques officielles reconnaissent que la pauvreté, le chômage et l’exclusion sociale augmentent.
Les inégalités sociales explosent.
L’insécurité de l’emploi se généralise.
Les salaires stagnent et en réalité diminuent sous la forme d’une déflation.
Les droits démocratiques sont en train d’être éliminés.
La souveraineté nationale et populaire est en train d’être réduite.
L’écart s’aggrave entre les élites de l’Union européenne et la population, dont une partie a été socialement et financièrement détruite.
Au sein de l’Union européenne d’aujourd’hui, plus rien ne rappelle l’héritage des avancées dans certains pays européens aux lendemains de la Libération, l’État-social, la protection sociale, la démocratie libérale, l’amitié et la coopération entre les peuples.
Les classes travailleuses et les nations européennes n’ont rien à perdre, elles-ont même au contraire déjà beaucoup perdu et perdront encore plus elles restent dans l’impasse catastrophique vers laquelle nous conduit l’Union européenne.

3.- Les politiques constamment suivies par l’Union européenne sont celles d’un néolibéralisme pur et dur : privatisations, austérité, dérégulation financière, attaques contre le monde du travail, soutien au capital, subventions aux grandes entreprises, étranglement du secteur public et réduction des prestations des services sociaux.
Ces politiques sont le cœur de l’Union européenne et ne peuvent pas être réformées.
Elles sont imposées avec ou sans consensus social, à travers des menaces financières et le chantage au défaut.
Les élites ne recherchent même plus la caution démocratique du consentement volontaire des parlements nationaux.
Au prétexte de garantir la solvabilité des banques et de continuer à faire partie de l’eurozone, les dirigeants de l’Union européenne menacent les peuples d’Europe dans le but de les maintenir dans la machine à broyer de l’intégration européenne.

4.- Avec les inégalités sociales, les inégalités entre nations continuent de s’approfondir.
Des États puissants et d’autres faibles, des États qui en menacent d’autres et des États qui sont menacés, telle est l’image qui définit l’Europe d’aujourd’hui.
La souveraineté populaire est éradiquée et la souveraineté nationale est sapée par le capital supranational.
Le but du maintien de cette compétition conduit à un processus d’extermination des nations les plus faibles, la convergence a été remplacée par la divergence.
L’Union européenne a tous les traits d’une union impérialiste : compétition, répression sociale et nationale, la survie des plus forts étant obtenue par des moyens financiers modernes, les réglementations strictes de l’UE, la bureaucratie bruxelloise, et aussi la BCE qui est indépendante des gouvernements et des parlements.

5.- L’euro est l’outil le plus essentiel pour la subordination des États et des peuples d’Europe.
Il est par nature une monnaie néolibérale, il est fondé sur le cœur néolibéral du pacte de stabilité et de croissance.
Comme la récente crise de la dette publique l’a montré, spécialement pour les États périphériques de l’Union, être membre de l’eurozone équivaut à la complète cession de tous les outils de politique financière à la bureaucratie bruxelloise et à la dictature des banques.
L’euro est bien davantage qu’une monnaie.
Il est l’enchâssement institutionnel du cœur du néolibéralisme au sein même des États-membres de l’eurozone.
Rester dans l’eurozone prolonge l’impasse sociale, aggrave les inégalités entre nations et équivaut à la destruction du monde du travail.

6.- L’absence d’alternative forme le dogme central de l’Union européenne.
Les partis socio-démocrates et travaillistes ont accepté très tôt l’hégémonie néolibérale, introduisant des politiques identiques, pour l’essentiel, à celles conduites par les partis conservateurs, de droite ou chrétiens-démocrates.
La participation de la gauche communiste ou radicale à de tels gouvernements a été désastreuse pour les classes populaires, brouillant le clivage historique entre la gauche et la droite.
Le cadre de l’Union européenne n’a jamais permis d’évolution en faveur de politiques bénéficiant aux classes populaires.
Parallèlement, le soutien à l’Union européenne et à l’euro de la part d’une grande majorité des partis communistes et de la gauche radicale a ouvert la voie aux progrès de l’extrême droite et aux partis néo-fascistes, qui tentent d’apparaître comme les champions de l’indépendance et de la dignité nationales contre la destruction sociale et économique menée par l’UE.
Ces partis se présentent comme les plus eurosceptiques et critiques envers l’intégration européenne.
Ceci explique leur montée impressionnante de ces dernières années.
La réalité des politiques européennes - l’austérité, les contraintes financières, la primauté donnée au marché et la défense des intérêts capitalistes -, a été clairement démontrée avec l’expérience du gouvernement grec actuel : ces politiques ne sont pas négociables.

7.- Malgré ses déclarations pour faire bouger la Grèce (et toute l’Europe) vers la gauche, et bien qu’il ait été élu sur une plateforme anti-austérité et anti-mémorandum, le gouvernement SYRIZA a tenté de trouver un compromis avec l’UE.
Il a accepté les principes essentiels du programme d’austérité de la Troïka avec les privatisations, les atteintes à la sécurité sociale, les baisses de salaire, l’augmentation de la fiscalité indirecte qui frappe surtout les classes les plus pauvres.
Il a accepté l’augmentation des impôts qui encourage la récession et aggrave l’austérité.
Le gouvernement grec s’est enfoncé dans ses illusions : la possibilité de solutions progressistes au sein de l’UE pour en modifier le cadre. Il ne s’est pas battu pour la sortie et le désengagement de la Grèce de l’Union européenne et a condamné la Grèce à suivre les politiques néolibérales.
Cependant, même cette version des programmes d’austérité de la Troïka a été jugée inacceptable pour l’Union européenne et le FMI.
Le mécontentement populaire qui couve contre ses capitulations a obligé le gouvernement SYRIZA à rompre les négociations et à appeler à un référendum contre les propositions de la Troïka.
Ce référendum présente une occasion à saisir pour un vote massif en faveur du NON, pas seulement sur les propositions des créditeurs, mais aussi à l’euro et à l’UE pour envoyer un message d’espoir et de lutte à travers toute l’Europe.

8.- Nous avons besoin d’un programme en faveur du droit des nations, des peuples et du monde du travail.

1)- Sortie de l’eurozone, application de barrières aux mouvements de capitaux, contrôle des prix.

2)- Redistribution des revenus et de la richesse en faveur du monde du travail, des paysans et des classes moyennes et contre le grand capital.

3)- Planification économique et sociale par l’État, reconstruction industrielle, nationalisation des banques et des entreprises stratégiques. Amélioration de la santé publique, de la sécurité sociale, des services publics, de l’environnement.

4)- Restauration de la souveraineté populaire et nationale. Abrogation de toutes les réglementations, institutions et lois qui retirent au peuple la possibilité de décider.

5)- Répudiation et annulation de la dette publique.

6)- Non au Pacte transatlantique sur le commerce et l’investissement.

7)- Arrêt des politiques impérialistes de l’UE et de l’OTAN contre les peuples. Solidarité avec le combat du peuple du Donbass en Ukraine. Solidarité avec le combat anti-impérialiste de libération nationale au Moyen-Orient.

8)- Sortie des organisations supranationales qui préservent le statu quo néolibéral telles l’Otan, le Fmi, la Banque mondiale, l’OMC et bien évidemment l’UE et l’eurozone.

Le Forum international anti-Union européenne qui s’est tenu à Athènes s’engage à prendre des initiatives de coordination d’actions entre mouvements, fronts, partis politiques et organisations qui luttent contre l’UE.

Une initiative sera prise dans les prochains mois qui se traduira par une campagne paneuropéenne appelée “L’Union européenne dissout l’Europe – dissolvons l’UE”. Elle sera mise au point à la prochaine réunion du Forum international qui sera organisée au courant de l’hiver 2015-2016.


Répondre à cet article

Forum de l'article  -15 Messages

  • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne

    1er juillet 2015 07:05, par cobb

    bravo pour ce texte ! les seuls interessé par l’europe sont ceux qui ont beaucoup d’argent ainsi que tous les lobys qui ont interré à écraser les peuples

    repondre message


  • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne

    1er juillet 2015 09:00, par Alain de Borniol

    Rester dans l’eurozone prolonge l’impasse sociale, aggrave les inégalités entre nations et équivaut à la destruction du monde du travail.

    du concept de « monde du travail » de manière incorrecte une relation de hiérarchie des modes de productions de l’employeur
    Nous avons un repenser le métier, car c’est en lui que peuvent s’épanouir les talents et les compétences

    Chaque mot a une valeur surtout lorsque vous donnerz 9375des intentions à une ligne de conduite politique
    Il me semble que votre vocabulaire n’est pas adapté à votre pensée.

    À débattre

    repondre message


  • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne

    1er juillet 2015 09:39, par François Bruyant

    Comment être à la fois contre cette Europe financière et pour une Europe des peuples, une Europe solidaire, une Europe de paix, une Europe accueillante ???
    Honte à cette Europe technocratique et financière qui au lieu d’accueillir les réfugiés n’arrive à se mettre d’accord que pour couler les navires des passeurs !
    Honte à cette Europe qui protège les banques et non les peuples.

    repondre message


    • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne
      1er juillet 2015 12:12, par init6a

      Vous écrivez : "pour une Europe des peuples, une Europe solidaire, une Europe de paix".

      Restreindre le désir de paix et d’amitié et de coopération économique à l’Europe, continent de l’Atlantique à l’Oural comme on disait dans les livres de géographie corrects, c’est stupide :

      - pour la coopération économique, voyez à qui nous achetons le café, le thé, l’uranium, etc,

      - pour la proximité culturelle : tout le monde peut citer des écrivains ou des artistes sud-américains, et personne ne peut citer un écrivain estonien ou un compositeur lituanien,
      et on écoute aussi facilement la radio sur internet, que l’émetteur soit à Mexico, à Tirana ou à Pyong-Yang,

      - pour la paix, à l’heure des drones et de la volonté féroce de domination mondiale des Etats-Unis et de leurs valets, et de la présence de la flotte US sur toutes les mers du globe, c’est dater sévèrement que d’espérer faire la paix sur un continent seulement.

      De quoi parlez-vous ? Vous pourriez vivre en 2015, des fois ?

      repondre message


  • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne

    1er juillet 2015 11:31, par Hervé Loiselun

    Bonjour,

    J’ai lu avec attention la déclaration reçue.

    Pour ma part en tant que militant Communiste Français je suis perplexe sur l’opportunité pour la Grèce de sortir de l U.E. notamment par le retour à sa monnaie antérieure avec une dévaluation significative...sur les importations...
    Les conditions imposées par les gouvernants Européens sont inadmissibles. La dette doit être renégociée selon des critères appréciant la réalité de remboursement du pays et surtout la composition de cette dette...
    Je souhaite au peuple Grecque de s’en sortir et d’établir des dispositions fiscales permettant de faire contribuer les "fortunés" à un effort exceptionnel en tant que PATRIOTES pour leur pays...
    Tous mes voeux de réussite au peuple Grecque.

    repondre message


  • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne

    1er juillet 2015 14:52, par Debra

    Cette semaine j’ai été sollicitée pour manifester mon indignation devant la réapparition du drapeau de la confédération en Mississippi.
    Ce que je constate, c’est qu’au moment où la Grèce, pays associé dans la tête des gens du... peuple ? avec la démocratie, ce mot en D majuscule qui a détrôné un autre mot en D majuscule, est sur le point de.... faire sécession ? de l’Union européenne, les états du Sud des U.S. sont entrés en effervescence avec leurs propres velléités de sécession ?
    Je n’ai pas oublié que la guerre civile (aux U.S.)/ de Sécession (en France) s’est faite autour d’enjeux qui dépassaient les slogans autour de l’esclavage des Noirs, et "laliberté", chantés à tue tête dans les rues.
    Voilà bien longtemps que les manuels d’histoire ont été écrits par... les vainqueurs, et des deux côtés de l’Atlantique, ils ont un certain nombre de points en commun, y compris une foi de charbonnier dans les vertus de l’industriel "way of life" (style de vie).
    Pour ma part, j’ai du mal à faire mienne cette analyse qui sort du lot "les classes populaires" (les classes populaires, un avatar de la paysannerie, en version CITADINE, et industrielle ?).
    J’ai autant de mal à identifier les classes populaires à l’heure actuelle qu’à identifier.. les élites.
    Parce qu’il me semble que, quelle que soit la quantité d’argent que nous possédons, nos moeurs, nos idées, nos préjugés, nos valeurs sont très largement uniformes.
    Et derrière ces moeurs communs o combien... moyens, on pourrait dire, je décèle le credo de la bourgeoisie, credo moderne par excellence : "si j’ai fait une bêtise, je sors mon chéquier/ma carte de crédit, et je fais réparation AVEC MON ARGENT", en assumant une forme d’équivalence très.. commerçante, on pourrait dire.
    Ce commerce généralisé est la fondation de la société de consommation. Il a du bon, mais il a aussi du mauvais.
    Que nous voulions le reconnaître ou pas, nous vivons TOUS dans une société de consommation.
    Elle a fait rêver des millions pendant des siècles maintenant, mais chaque idéal finit par laisser un mauvais goût dans la bouche, au fur et à mesure que ses inconvénients deviennent de plus en plus évidents à nos yeux (d’où notre perception de corruption...).

    repondre message


    • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne
      11 août 2015 10:32, par sanculote

      Bjr,
      "nos mœurs, nos idées, nos préjugés, nos valeurs sont très largement uniformes" dites vous.
      N’oubliez pas que l’idéologie dominante dans un pays est toujours celle de sa classe économiquement dominante ; parce que celle-ci a justement les moyens financiers d’imposer sa vision.

      repondre message


  • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne

    1er juillet 2015 15:55, par michel son

    Vous ne proposez rien !!! seulement des oppositions.
    Donc vous n êtes que des nonistes.
    Bien à vous.

    repondre message


    • Il serait utile de mieux lire le texte : vous ne pouvez pas dire que rien n’est proposé.
      Voulez vous dire que vous êtes pour le oui au référendum en Grèce ? c’est à dire la signature des accords de l’Union européenne qui conduisent les grecs à la misère ?
      Allez dites nous vraiment votre avis !

      repondre message


  • je suis évidemment d’accord avec ce que je viens de lire.
    Seulement, voilà ce que je pense :"j’étais chauffeur livreur chez POMONA Lille en 1968. J’ai été à l’origine de la grève qui a duré 3 Heures, sauf pour moi. Le responsable du site, a parlé au groupe. On commençait à travailler le soir à 10 H, on chargeait les camions jusqu’à 5 H et on partait livrer dans tout le Nord-Pas-de-Calais.Les gars qui étaient d’accord pour suivre le mouvement général, ont repris le boulot...parce qu’ils avaient été convaincus qu’ils étaient utiles aux ouvriers qui se battaient pour leurs droits...et comme tous, ils se sont fait avoir. Et ils continuent de se faire avoir.Ayant fini mon parcours professionnel comme CPE dans l’EN après un rude parcours du combattant pour reprendre des études universitaires après 40 ans, je prétends aujourd’hui que nous avons à faire à un peuple, plus que jamais, de "veaux". Des gens qui ont la trouille au ventre de perdre tous leurs petits avantages et qui ne pensent qu’à leur gueule et sont prêts à marcher sur tout le monde si c’est dans leur intérêt.
    Des lâches à tous les coins de rues qui courbent l’échine à la moindre observations d’un petit chef qui joue au kalife à la place du kalife. Ils ont des grandes gueules dehors mais jamais là où il faut..la preuve, ils ont voté Sarkosy.. et Hollande..rien que ça prouve que nous sommes environnés d’une bande de cons complètement dominés par des imbéciles qui n’ont rien compris à la vie, sauf qu’ils ne pensent qu’à leurs intérêts strictement personnels.Les riches sont toujours plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres..
    Coluche l’avait dit et moi aussi..Le monde est à refaire, bien entendu, mais j’ai le sentiment qu’il est déjà trop tard..la pollution de tous les écosystèmes partout sur la planète, des orientations industrielles et technologiques qui sont la plus grosse erreur parmi les choix qui ont été faits par les apprentis sorciers se prétendant des individus responsables. Notre maison à tous s’appelle la Terre. C’est elle qui nous nourrit, c’est elle que nous avons passé le plus clair de notre temps à assassiner..parce que nous ne sommes que des cons avides de jouissances médiocres.
    Et ça continue à blablater dans tous les forums, il suffit d’en lire de temps en temps pour comprendre que rien ne va vraiment changer.

    repondre message


  • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne

    21 août 2015 10:05, par van nieuwenhove pierre

    J approuve ce texte j ai 54 ans et il est clair pour moi qu il nous faut sortir de la communauté européenne cette administration et que je dirais malsaine elle réduit les les capacitees de vie des travailleurs moyen et que de plus elle c imposer en France qui ne la voulait pas et nos politiques a l époque on laisser faire pour conclure il est clair que depuis mon pays la France ses dégrader a tout nv la communauté européennes na pas était faite pour réunir tout les travailleurs au même niveau sociale et pecunier mais juste pour de gros riches malfaisants et pour exploiter humains a leurs guisent et son actions est de détruire ce que nos anciens avaient à qui pour vivre bien en France

    repondre message


    • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne
      28 août 2015 11:22, par Gimenez gilbert

      En 2005 la majorité des français ont voté contre le TCE, Le vote n’a pas été respecté, c’était le début de la fin. C’est une autre Europe que la gauche radicale voulait(rappelez vous des comités antilibéraux) : sociale , démocratique , écologique, avec des co-développements plutôt que la concurrence libre et non fausée, ect....
      Mais la logique des partis a pris le pas sur le rassemblement citoyen nécessaire et depuis on rame. Alors dans l’Europe avec l’euro, ou hors de l’Europe sans l’euro on ne règlera pas le problème de la domination des marchés et des oukases de la BCE sans une révolte populaire. pour cela Retrouvons la pédagogie populaire de 2005 et faisons prendre conscience au peuple soumis la réalité de son pouvoir.

      repondre message


  • Déclaration d’Athènes contre l’Union européenne

    1er septembre 2015 21:48, par Acard

    L’Europe est basée sur une imposture : l’économie sociale de marché.
    Cette expression est un oxymore : figure de style qui réunit deux mots en apparence contradictoires. (Exemple : un silence éloquent).
    L’économie de marché n’a jamais été sociale.
    Le diabolique Oncle Sam et sa servante la perfide Albion ont réussi à imposer en Europe les théories de Freedman instituant une économie ultra libérale et le capitalisme du désastre. Les peuples américains et britanniques sont honorables mais pas leurs dirigeants, véritables dictateurs, n’hésitant pas à créer des tensions dans le monde,voire des guerres préventives pour en tirer parti. Les démocrates et les républicains aux USA , les deux chambres britanniques sont des assemblées regroupant les classes les plus riches de chaque pays, et de plus dirigent les médias.
    La démocratie a disparu au profit de la ploutocratie, la preuve en est apportée par le coût des campagnes électorales.
    L’élargissement démesuré de l’Europe sert les intérêts des USA.

    repondre message

Haut de la page