Défense et Sécurité internationale, n° 15, « Chine, le géant militaire du XXIe siècle », 2011.
dimanche 19 août 2012
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > International > Asie > Défense et Sécurité internationale, n° 15, « (...)
 

Chine, le géant militaire du XXIe siècle

Editions : Défense et Sécurité internationale, n° 15, 2011



Voilà un sujet éminemment actuel auquel a choisi de répondre ce hors-série de la revue DSI. La Chine fascine, en effet, parce qu’elle s’affirmera comme l’une des puissances mondiales majeures du XXIème siècle. Or la Chine ne fonctionne absolument pas sur les logiques occidentales, ce qui n’est pas sans inquiéter les Etats-Unis, concurrents directs des Chinois dans la région Pacifique. Le hors-série se veut une introduction aux choix de modernisation militaire de la Chine qui, dans certains secteurs, comble tout juste son retard technologique, en particulier. Le pays se dote en effet des capacités permettant à son armée de bien fonctionner, comme pour sa puissance économique. La Chine est finalement l’un des meilleurs exemples d’un espace mondial en recomposition. C’est ce qui fait l’intérêt de son étude.

Le hors-série se découpe en trois parties : la première est consacré à la stratégie chinoise, la deuxième aux choix effectués dans la politique de défense, et la dernière aux forces actuelles. D’entrée, la revue offre une sélection bibliographique sur le sujet, ce que l’on appréciera. La carte militaire de la Chine n’est en revanche pas des plus réussies. La deuxième partie est très intéressante puisqu’elle revient sur des supposées montées en puissance chinoises que la revue nuance quelque peu : cyberguerre, dissuasion nucléaire, etc. Les habitués de la revue DSI seront heureux de retrouver les habituels tableaux de bord. On reste en revanche un peu sur sa faim en ce qui concerne l’armée de terre chinoise, malgré un focus sur les blindés. Les articles sur la force aérienne et sur la marine sont plus fouillés. On aurait aimé par contre une petit conclusion, la revue se terminant de manière abrupte sur l’éventuelle construction d’un groupe aéronaval chinois.

Bref, une saine lecture à compléter par les références bibliographiques fournies.