Du 28 octobre au 1er novembre, participez à l’université d’automne du M’PEP !
jeudi 1er septembre 2011
Auteur : par webmaster

Le M’PEP organise cette année son université en automne, du vendredi 28 octobre au soir au mardi 1er novembre 2011, à SOMMIÈRES dans le Gard (30).

Inscrivez-vous dès maintenant !

Le programme de l’université d’automne a été conçu à partir des priorités du M’PEP. Des « filières repères » ont ainsi été établies afin de permettre à chacun-e- de suivre un thème de A à Z (en plusieurs séances consécutives), plus une filière « résistances locales et repolitisation ».

Un débat public internationaliste se tiendra le lundi 31 octobre au soir, dans une salle publique de Sommières, ouvert à tous. Il sera suivi d’un moment musical et en chansons.

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Qui sommes-nous ? > Les universités du Parti > Université d’automne du (...) > Du 28 octobre au 1er novembre, participez à (...)
 
  Sommaire  

DU 28 OCTOBRE AU 1er NOVEMBRE, PARTICIPEZ À L’UNIVERSITÉ D’AUTOMNE DU M’PEP !

à SOMMIÈRES (Gard) ;
accès par le TGV Nîmes ou Montpellier puis autocar.

PDF - 928.9 ko
Bulletin d’inscription à l’Université d’automne 2011 du M’PEP

Pour s’inscrire vous trouverez, ci-dessous, un bulletin d’inscription, les tarifs d’hébergement et de repas et des informations précises pour accéder au Centre du Cart à Sommières.

 LE PROGRAMME

UNIVERSITÉ D’AUTOMNE DU M’PEP

Sommières (Gard)

DU VENDREDI 28 OCTOBRE au 1er NOVEMBRE 2011.

DÉCRÉDIBILISER LE CAPITALISME,
DÉMYSTIFIER L’UNION EUROPÉENNE
RESTAURER LA SOUVERAINETÉ POPULAIRE
CONSTRUIRE UN NOUVEL INTERNATIONALISME
VERS UN SOCIALISME DU XXIe SIÈCLE-

Le programme de l’université d’automne 2011 a été conçu à partir des 6 priorités du M’PEP définies par son Conseil national d’avril 2011. Des « filières repères » ont été établies afin de permettre à chacun-e- de suivre un thème de A à Z (en plusieurs séances consécutives), plus une filière « résistances locales et repolitisation ».
Un débat public se tiendra le lundi 31 octobre au soir, dans une salle de Sommières, ouvert à tous et notamment aux habitants de la ville. Il sera suivi d’un moment musical et en chanson.

 Les filières de l’Université d’automne :

  • Filière Résistances locales et repolitisation
  • Filière 1 : Monnaie/Euro/Franc CFA, monnaie alternative de pays d’Amérique latine
  • Filière 2 : La guerre idéologique
  • Filière 3 : Mutation écologique
  • Filière 4 : Précarité, chômage, droit opposable à l’emploi
  • Filière 5 : Résistances et constructions internationales
  • Filière 6 : La République


Pour écouter l’interview de Michèle Dessenne sur Radio escapade cliquez ici

 VENDREDI 28 OCTOBRE

Accueil à partir de 18h. Hébergement possible le soir si réservation au moment de l’inscription. Repas « auberge espagnole » avec les provisions apportées par les participants.

 SAMEDI 29 OCTOBRE

 08h45-09h40 : ACCUEIL

Affectation dans les chambres pour les résidents – Remise du dossier – Encaissements pour les retardataires…


 09h45-10h30 : OUVERTURE DE L’UNIVERSITÉ

Avec Claude Règle, Pierrette Houille-Pasquini, Waldeck Moreau (M’PEP 34 et M’PEP 30), Michèle Dessenne, Aurélien Bernier et Jacques Nikonoff (porte-parole nationaux du M’PEP).

Après un message de bienvenue aux participants et la présentation des animateurs de cette université d’automne du M’PEP, des informations pratiques sur le séjour et le programme seront données. Cette présentation terminée, la parole sera donnée à la salle. Les participants seront invités, notamment, à proposer des « ateliers autogérés ». Le film du M’PEP sur l’Union européenne sera projeté.


 10h30-12h30 : SITUATION POLITIQUE - LES ENJEUX DE 2012 - LES PRIORITÉS PORTÉES PAR LE M’PEP

Avec les porte-parole nationaux, les secrétaires nationaux responsables des groupes de travail et le coordonnateur des groupes.

Après un court exposé, débat avec la salle. Un point sera fait sur les relations avec le Front de gauche et sur la préparation du congrès extraordinaire du M’PEP en janvier 2012.


 12H30 : RENCONTRE AVEC LA PRESSE ET INTERVENTION DE RUE AVEC LE GROUPE « FRIT » AU MARCHÉ DE SOMMIÈRES

Les porte-parole nationaux et les responsables locaux du M’PEP rencontreront la presse. En même temps une initiative politique sera prise sur le marché de Sommières par des militants du M’PEP et ceux qui voudront les accompagner.


13H00-14H00 : REPAS


 14h00-16h00 : 5 séances en parallèle

 Filière Résistances et actions locales

Le M’PEP a invité des organisations, des collectifs et des citoyens qui résistent dans les départements du Gard et de l’Hérault.

Quelles sont les luttes récentes et en cours ? Quelles volontés de changement ces luttes portent-elles ? Quatre séances thématiques l’après-midi et une séance en commun le lendemain matin pour en débattre.


 1)- Délocalisations, désindustrialisation

Intervenants : Sébastien Migliore et Fabrice Durand

Après Well, Jalatte, Pleyel, Ducros, la liste des entreprises qui ferment et délocalisent dans la région n’en finit pas : mise au chômage, précarité ici et surexploitation dans les pays émergents sont le fruit d’un capitalisme débridé où règnent la loi du marché et le diktat de la finance. Que faire et comment faire pour mettre un frein décisif à l’opération de démolition de notre industrie, en particulier en Languedoc-Roussillon, démolition qui met en péril, comme dans l’agriculture, notre savoir-faire et notre indépendance ?


 2)- Vers des résistances internationales

Intervenants : Robert Kissous

La Résistance populaire non violente contre le Mur et les colonies en Cisjordanie (dont Jérusalem-Est) ; La reconnaissance de l’État palestinien à l’ONU : où en sera-t-on ? Agrexco, multinationale israélienne implantée à Montpellier en cours de rachat.


 3)- Filière 1 - La monnaie, c’est quoi, comment ça marche, à quoi et à qui ça sert ?

Intervenant : Jean-Pierre Morenon

Crises financières, crises de liquidités, crises de solvabilités, financiarisation de l’économie, crise systémique, économie virtuelle, économie réelle, dettes souveraines, agences de notation... Une approche à la fois historique (nous remonterons jusqu’aux sumériens !) et macro-économique permet d’explorer toutes les racines, jusqu’à l’ultime, des « crises » que l’économie de marché, dérèglementée, a partout et toujours généré. D’où il ressortira que la notion de « crise », dans les conditions de l’économie de marché, est une duperie entretenue par de (trop) nombreux économistes. Comment, ensuite, parler des dettes (souveraines ou pas), des faillites bancaires organisées, sans chercher à tracer les énormes quantités de monnaies circulantes ? Dans ces crises, où va la monnaie ? Et où ne va-t-elle pas ? Enfin, comment s’intéresser à « l’argent » sans se demander d’où il vient, comment il est créé. Ce qui nous permettra d’atteindre le nœud gordien de toute économie monétarisée : les intérêts !


 4)- Filière 2 - La stratégie de la défaite

Intervenante : Annie Lacroix-Riz

La défaite de la France, affirma Marc Bloch en avril 1944, a été longuement préparée par cinq groupes dirigeants : « militaires, politiciens comme Laval, journalistes comme Brinon, hommes d’affaires comme ceux du Creusot, hommes de main comme les agitateurs du 6 février [1934] ». Le grand historien était-il un adepte de la « théorie du complot » ? Ou est-ce bien un complot de ces cinq groupes, soigneusement préparé, qui a abattu la république en organisant la débâcle ? « Le jour viendra, et peut-être bientôt », avait aussi annoncé Marc Bloch, « où il sera possible de faire la lumière sur les intrigues menées chez nous de 1933 à 1939 en faveur de l’Axe Rome-Berlin pour lui livrer la domination de l’Europe en détruisant de nos propres mains tout l’édifice de nos alliances et de nos amitiés ». Pourquoi les citoyens français ne savent-ils dans leur ensemble toujours rien de ces vieilles « intrigues » ? Les archives, désormais largement ouvertes, permettent de faire le point, tant sur la « stratégie de la Défaite » des classes dirigeantes dans la crise systémique du capitalisme des années 1930, que sur le silence qui l’a ensevelie après la Libération.


 5)- Filière 4 - Le droit opposable à l’emploi

Intervenants : Jean-François Delhaye et Viviane Risser

En partant d’une définition anthropologique du travail, il s’agira de montrer que le travail doit être tout sauf une servitude : l’exercice de la liberté, de l’intelligence, de la dignité humaine. C’est aussi le lieu par excellence de l’insertion sociale. Le chômeur, en étant privé de travail, se voit rangé dans la catégorie des inutiles, plus indigne peut-être que celle des exploités. Installer un travailleur dans le chômage, c’est le priver d’une part essentielle de son humanité. L’accès à l’emploi doit donc devenir un véritable droit reconnu par notre société et mis en œuvre de façon effective par nos élus. Nous développerons la proposition de droit opposable à l’emploi, l’une des idées fondatrices du M’PEP et également l’une des plus originales dans le paysage politique. Nous essaierons d’imaginer ensemble une société durablement installée dans le plein emploi. Nous discuterons enfin des moyens nécessaires à la mise en œuvre concrète de ce droit.


16h00-16h30 : PAUSE


 16h30-18h30 : 3 séances en parallèle

1)- Filière Résistances et actions locales (séances 3 et 4) : Lutter contre le démantèlement des services publics (hôpital, transport, petite enfance)


 Hôpital, santé

Intervenante : Claudine Troadec-Robert

Quelle vision a-t-on de la santé publique en France ? Les hôpitaux publics subissent la logique comptable de maîtrise des dépenses de santé (loi hôpital, patient, santé, territoire). Des luttes se développent pour maintenir un accès aux soins de qualité pour tous. Quel service public de santé souhaitons-nous et avec quel financement, pour répondre aux besoins de la population et des personnels hospitaliers ?


 Le secteur de la petite enfance

Intervenante : Danielle Goussot

Les associations du secteur de la petite enfance à l’épreuve de la directive services de l’Union européenne, transposée en France depuis janvier 2010 : l’exemple des « Petits Chaperons rouges » à Aix-en-Provence.


 La SNCF

Intervenante : Laurette Bastaroli

Histoire d’une lutte citoyenne pour la réouverture, le maintien et le développement des lignes de chemins de fer.


 Atteintes aux libertés

Intervenant : un responsable de la Cimade

Centres de rétention : état des lieux en Languedoc-Roussillon, contribution au débat et à l’action.


 2)- Filière 5 - Décrypter le libre-échange

Intervenant : Christian Schneider

Le libre-échange a envahi le monde depuis 30 ans. Il a toujours existé et s’est toujours opposé au protectionnisme depuis la naissance du capitalisme. Est-il aussi performant qu’on le dit ?


 3)- Filière 2 - de 16h15 à 18h00 La nouvelle question allemande

Intervenants : Annie Lacroix-Riz et Jacques Nikonoff

Les deux intervenants prononceront chacun une introduction d’environ 45 minutes qui sera suivie d’un débat. Ces introductions traiteront les points suivants : historique de la politique allemande depuis la fin de la Première Guerre mondiale jusqu’au début de la construction européenne, l’hyperinflation des années 20, la déflation salariale et les délocalisations contemporaines, la tentation impériale de l’Allemagne contemporaine.


18H30 : LE BAR EST OUVERT !


19h15-20h15 : REPAS


 20h30 à 22h30 : 3 Ateliers autogérés

1)- Techniques d’éducation populaire

Animé par Mathieu Dalmais et Auréline Doreau

Pour mettre en œuvre un pouvoir populaire.


2)- Internet, intranet, gérer des listes électroniques : réservé aux adhérents du M’PEP

Intervenante : Valérie Coignard

Une ballade sur le site internet du M’PEP vous fera découvrir toutes ses fonctionnalités. Retrouver un article sur un thème particulier sera ensuite un jeu d’enfant ! L’intranet est un espace privilégié pour les adhérents du M’PEP. Il a été créé pour faciliter la communication interne du Mouvement et son fonctionnement démocratique. Cet atelier vous permettra de vous familiariser notamment avec ses espaces de débats thématiques dans lesquels votre participation est attendue ! Si vous êtes en fédération et que vous n’avez pas encore créé vos listes de discussion et de diffusion nous pourrons organiser une visite guidée de votre espace dédié.


3)- Projection du film « Le silence des nanos » en présence du réalisateur Julien Colin

 DIMANCHE 30 OCTOBRE

 09h00 à 11h00 :4 séances en parallèle

 1)- Filière Résistances et actions locales - Politiser les résistances, construire le changement, créer des forums politiques locaux.

Avec les rapporteurs/rédacteurs des ateliers de la veille et des animateurs du M’PEP


 2)- Filière 1 - Histoire du Système monétaire européen et de l’Euro

Intervenant : Jacques Nikonoff

Quelques repères autour des points clé suivants : le système monétaire international avant la Seconde Guerre mondiale ; les accords de Bretton Woods de 1944 ; la rupture des accords de Bretton Woods par Richard Nixon en 1971 ; les débuts de l’instabilité financière et monétaire ; le Système monétaire européen et l’ECU ; la naissance de l’euro.


 3)- Filière 5 - Le protectionnisme, lequel, pour quoi faire ?

Intervenants : Aurélien Bernier et Christian Schneider

Le capitalisme est devenu « néolibéral » dans la seconde moitié du XXe siècle grâce à deux évolutions. L’une est technique : il s’agit du développement des réseaux de transport et de communication qui a permis d’éloigner les outils de production des lieux de décision et de consommation. L’autre est politique : les puissances dirigeantes ont imposé le libre-échange par l’intermédiaire du droit commercial élaboré au GATT puis à l’OMC. Sortir du libre-échange nécessite de faire « du protectionnisme ». Pas un protectionnisme qui servirait à une nation à mieux se défendre dans la guerre économique, mais un protectionnisme écologique et social, qui permette un contrôle démocratique de la production au Nord comme au Sud et une véritable coopération internationale. Tout le contraire du protectionnisme voulu par le Front national !


 4)- Filière 6 - La laïcité, une arme idéologique indispensable pour contrer les classes dominantes.

Intervenants : Patrice Hemet et Damien Pernet,

Le communautarisme utilisé par le néolibéralisme pour résorber et camoufler les dégâts sociaux ; instrumentalisation du choc des civilisations ; un cas exemplaire : les classes dominantes contre la théologie de la libération en Amérique latine ; Jaurès. Nécessité de lier le combat laïque et le combat social ; Riposte laïque : les dérives d’une laïcité mal comprise ; la laïcité et les partis politique en France. « Ouvriers de cette cité, ouvriers de la France républicaine, vous ne préparerez l’avenir, vous n’affranchirez votre classe que par l’école laïque, par l’école de la République et de la raison. » Jean Jaurès, discours de Castres, 30 juillet 1904. Conçue comme vecteur d’émancipation intellectuelle, politique et sociale, l’école gratuite, obligatoire et laïque, semble consubstantielle aux idéaux de la République. La République sociale, c’est l’école laïque. Mais aujourd’hui un sentiment de déclassement nourrit le pessimisme, malgré la promesse de massification de l’enseignement issue des années 70. L’ascenseur social est-il vraiment en panne ? Quelles perspectives d’ascension sociale et d’émancipation personnelle sont aujourd’hui réellement liées aux diplômes ? Quelle est la responsabilité des politiques actuelles ? Quels éléments de solution peut-on proposer à celles et ceux qui veulent encore croire en l’école de la République ?


11H00 : PAUSE


 11h30 à 13h00 : 3 séances en parallèle

 1)- Filière 1 - Aspects techniques et politiques de la sortie de l’euro - I -

Intervenant : Jacques Nikonoff

À partir des exemples de la France et de la Grèce, les enchaînements permettant une sortie optimale de l’euro : défaut, restructuration des dettes, retour au franc (ou à la drachme…), non-convertibilité du franc, parité de changes fixes, contrôle des changes et des mouvements de capitaux, nationalisation totale des banques et compagnies d’assurance, nationalisation de la Banque de France, fermeture du marché obligataire, fermeture provisoire de la Bourse…


 2)- Filière 4 - Identifier les besoins sociaux et les transformer en emplois

Intervenants : Bernard Foucher et Gilles Amiel de Ménard

Nous verrons ensemble par grands secteurs d’activités, dans le public comme dans le privé, quelles pourraient être concrètement les nouvelles priorités à donner pour la production et les besoins en main d’œuvre correspondant à l’intérêt général et au progrès social et écologique.


 3)- Filière 5 - Le printemps arabe

Intervenant : Samir Amin.

Pourquoi ces révolutions ? Ont-elles un sens commun ? Vers quoi se dirigent-elles ? Quelle est la place des mouvements fondamentalistes ? Pourquoi certains pays comme l’Algérie ou le Maroc n’ont-ils pas été touchés ? Comment coopérer avec ces nouvelles démocraties ?


13H00-14H00 : REPAS


14H00-15H00 : LE BAR EST OUVERT - TEMPS LIBRE


 15h00-17h00 : 4 séances en parallèle

 1)- Filière 1 - Aspects techniques et politiques de la sortie de l’euro – II –

Intervenant : Jacques Nikonoff

Suite du premier module.


 2)- Filière 1 - Le « SUCRE », monnaie commune en Amérique du Sud

Intervenants : Farid Fernandez

L’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) rassemble plusieurs pays d’Amérique latine dont le Venezuela, Cuba, l’Équateur… Ces pays ont établi entre eux une monnaie commune, le SUCRE (et non unique !). Comment fonctionne-t-elle ? Quel est son but ?


 3)- Filière 3 - Quelle maîtrise des énergies pour demain ? En deux séances qui se suivent (I)

Deux intervenants apporteront leur vision respective : Jacques Rey et Serge Vidal, animation par Michel Marchand.


4)- Séance 1 : La consommation toujours accrue des énergies fossiles, les interrogations sur la filière nucléaire après le séisme du Japon, la volonté politique d’exploitation des gaz et huiles de schiste, l’augmentation de la précarité énergétique au sein de nos sociétés, les besoins d’augmentation de production d’énergies pour répondre aux nécessités de la relocalisation de l’économie et de la réindustrialisation indiquent que la question de l’énergie est une question majeure qui implique un choix de société.


17H00 : PAUSE


 17h45 à 19h30 : 4 séances en parallèle

 1)- Filière 1 - Le franc CFA, un vestige du colonialisme ?

Intervenant : Nicolas Agbohou

L’historique de la zone franc et du franc CFA. Pourquoi le franc CFA ? Le bilan du franc CFA. La position des différentes forces en Afrique par rapport au franc CFA. Faut-il sortir du franc CFA et permettre aux pays concernés de recouvrer leur souveraineté monétaire ? Quels liens avec l’euro ?


 2)- Filière 2 - Décrypter les images

Intervenants : Christine Bouyssou, Marco Garcia et Thierry Deronne (sous réserve)

« L’information » est le nerf de la guerre idéologique. À partir d’un journal télévisé d’une grande chaîne de télévision privée, les participants décrypteront les images puis filmeront leur propre JT.


 3)- Filière 3 - Quelle maîtrise des énergies pour demain ? Le nucléaire en question et en débat (II)

Intervenants : Jacques Rey et Serge Vidal, animation Michel Marchand.

2e séance : Débat avec la salle.


 4)- Filière 5 - Que se passe-t-il en Amérique du Sud en général et au Venezuela en particulier ?

Intervenant : Farid Fernandez

Avant les « révolutions arabes », il y a eu les « révolutions en Amérique du Sud ». Ont-elles un lien entre elles. Peut-on faire un inventaire ? Quelle est la situation au Venezuela ?


19H45H-20H45 : DÎNER


 21h00-23h00 : Séance plénière - Décolonisation, émancipation, souverainetés

Intervenants : Nicolas Agbohou, Samir Amin, Farid Fernandez

Depuis l’essoufflement du Mouvement des pays non-alignés et la reprise en main des classes dirigeantes par la mondialisation, où en est le mouvement de décolonisation et d’émancipation ? La question de la souveraineté nationale, comme le montre l’exemple palestinien, n’est-elle pas à intégrer dans une nouvelle tendance qui se fait jour autour de la question de la démondialisation ?

 LUNDI 31 OCTOBRE

 10h00-12h00 : 4 séances en parallèle

 1)- Filière 2 - Combattre la propagande contre les services publics, impulser la désobéissance européenne

Intervenants : Aurélien Bernier et Michèle Dessenne

Pour mener une vraie politique de gauche dans un État membre, il est absolument nécessaire de sortir de l’ordre juridique européen. Cette « désobéissance européenne » ne peut se faire dans la demi-mesure : il faut réviser la Constitution française pour en expulser toute référence au traité de Lisbonne. Un tel acte provoquerait un séisme politique, sans pour autant isoler la France. Au contraire, cette rupture avec l’ordre économique doit doper la gauche et les mouvements sociaux dans les pays voisins. Dès maintenant, les collectivités locales doivent désobéir à la Directive services pour créer du contentieux. Elles porteront ainsi dans les tribunaux nos revendications pour le développement des services publics.


 2)- Filière 2 - Politiques sécuritaires, un projet de société ?

Intervenant : Gilles Sainati

L’heure des comptes a sonné. Dans quelques mois, celui qui a conquis le pouvoir en se présentant comme le protecteur indéfectible de la sécurité des Français sollicitera sa réélection à la présidence de la République. C’est bien de son bilan qu’il sera question. Avec un redoutable effet rétrospectif : la « guerre aux voyous » qu’il a choisi d’incarner lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. Statistiques de la délinquance biaisées et instrumentalisées, effets pervers de la « gestion par objectifs », mauvaise utilisation des effectifs de police et de gendarmerie en baisse depuis 2009, inégalités accrues entre les citoyens selon les territoires en fonction de la localisation des forces de l’ordre, dévoiement de la vidéosurveillance insuffisamment contrôlée et dont l’efficacité n’est pas évaluée, hausse des atteintes aux personnes, augmentation du nombre de policiers municipaux dont la formation est lacunaire… Au delà de cette actualité, il convient de s’interroger sur le but idéologique poursuivi et sur l’évolution de cet appareil sécuritaire qui est inefficace pour protéger le citoyen mais qui est une politique de contention des masses et des oppositions.


 3)- Filière 3 - Eau de vie !

Intervenants : Marie-Lou Benoit, Marc Laimé et Michel Marchand

L’eau est une ressource non renouvelable dont la préservation est impérative. Ce bien commun représente un enjeu majeur pour la vie quotidienne et a un impact fort en matière de santé. Mais l’eau est aussi une ressource nécessaire dans la production de biens et de services. Elle est au cœur des échanges du commerce international. Il faut donc aborder « l’empreinte écologique » de cette ressource bien au delà de nos frontières. En mars 2012, le M’PEP participera au FAME (Forum alternatif de l’eau) qui se tiendra à Marseille.


 4)- Filière 6 - Histoire et questionnements, vers une nouvelle République - Justice électorale

Les origines gaulliennes, l’héritage travesti, la situation actuelle et son issue. Quelle VIe République ? Des propositions à débattre.

Intervenant : Michel Riou

- Si nous sommes conscients que c’est le choix de société qui est déterminant, il reste que la réflexion sur le mode électoral s’impose. Rares sont ceux qui en parlent, à peine les militants politiques, encore moins les électeurs ou possibles électeurs. Lors des dernières élections régionales, 90% des candidats étaient incapables d’expliquer le mode électoral et encore moins la répartition des sièges.

Intervenant : Claude Règle

Cet atelier se tiendra de 10 h à 13 h


12H00 : LE BAR EST OUVERT !


13H00-14H00 : REPAS


 14h00 à 16h00 :4 séances en parallèle

 1)- Filière 4 - La réindustrialisation de la France

Intervenant : Jacques Nikonoff

Pourquoi l’industrie est une activité économique essentielle ? Quelques chiffres sur les 50 dernières années en France, dans la zone euro, dans le monde. Pourquoi l’affaiblissement de l’industrie ? Qu’est-ce qu’une politique industrielle, les différentes politiques industrielles, en France, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Quelle politique industrielle proposée par le M’PEP ?


 2)- Filière 5 - Conséquences du libre-échange au Burkina Faso, zoom sur les coopératives

Intervenante : Angèle Konate-Mevi

Le libre échange a envahi le monde. En Afrique de l’Ouest, la Chine achète des terres cultivables, la culture du coton est gangrénée par Monsento, l’artisanat local, le textile sont concurrencés notamment par des acteurs chinois. Ce qui fut considéré comme la bouée de sauvetage par des coopératives – le commerce équitable – est désormais atone. Car la plupart des structures de commerce équitable, implantées dans les pays occidentaux, font eux aussi « jouer la concurrence »... Des coopératives, au Burkina Faso, tentent de se réorganiser pour ne pas sombrer. C’est le cas de la CFAM (Coopérative de femmes en arts ménagers).


 3)- Filière 5 - État des résistances au Maroc

Intervenant : Mohammed Kchikech

Que se passe-t-il au Maroc depuis ces dernières années, et en particulier depuis le « printemps arabe » ?


 4)- Filière 6 - La souveraineté populaire et nationale

Intervenants : Marie-Paule Battas et Gilles Amiel de Ménard

La souveraineté populaire minée par le haut, la construction européenne, et par le bas, la décentralisation. Tout au long du XXe siècle, le capitalisme a dû composer avec des forces sociales adverses qui surent lui imposer, par le biais des luttes sociales parfois relayées par les institutions démocratiques de l’État-Nation, une longue série de conquêtes sociales et démocratiques. Avec la construction européenne et la création des fonds structurels, la multiplication des instances et des échelles de décision va être savamment agencée pour qu’aucune possibilité de souveraineté populaire ne puisse venir troubler la conduite de la politique économique néolibérale. À partir des années 1990, le nouveau visage de la France apparaît au grand jour : l’Union européenne, la région et les EPCI viennent bousculer l’organisation du territoire de la République et imposent aux institutions le grand projet libéral. Après avoir présenté ce glissement, nous verrons comment ce grand projet libéral fut soutenu et mis en place par ceux-là même qui auraient dû le combattre, la gauche de gouvernement et défendue partiellement par la gauche radicale.


16H00 : PAUSE


 16h30-18h30 : 3 séances en parallèle

 1)- Filière 2 - Combattre le Front national sur le terrain politique et idéologique

Intervenant : Jacques Nikonoff

Connaître le programme du FN et maîtriser sa critique. Les origines du FN : le national-socialisme. Qu’est-ce que le national-socialisme ?


 2)- Filière 3 - Gaz et huile de schiste en France et en Europe

Intervenants : Michel Marchand, Danielle Goussot, des militants du Gard et de l’Hérault.

L’exploitation du gaz et huiles de schistes constitue un cas exemplaire de la fuite en avant du modèle économique productiviste refusant tout débat autour de l’accès à de nouveaux stocks d’énergies fossiles grâce à la mise en œuvre de technologies nouvelles particulièrement destructrices de l’environnement local et non sans conséquences à une échelle plus globale (émissions de gaz à effet de serre). L’atelier sera décliné en 3 séquences : ce que l’on sait des conséquences de l’exploitation du gaz de schiste aux États-Unis (extraits du film Gasland), la problématique gaz de schiste en France et les enjeux économiques à l’échelle européenne, la résistance locale (Gard) aux permis d’exploration.


 3)- Atelier d’écriture « Mots vifs pour agir »

Intervenantes : Annie Pibarot

Il sera proposé aux participants d’écrire des formes brèves, slogans, titres, textes courts, à la fois poétiques et efficaces pour dénoncer l’injustice et appeler à résister.


18H30-19H00 : LE BAR EST OUVERT !


19H15-20H15 : DÎNER


 20H30-22H30 : DÉBAT PUBLIC A SOMMIÈRES : « QUE DOIT FAIRE LA GAUCHE AVEC L’UE ET AVEC L’EURO ? »

Avec des partis et organisations de gauche et de grands témoins engagés.

Intervenants : Jacques Nikonoff (M’PEP), René Revol (PG), Michel Tortey du PCF, Christian Causse (GU) et un représentant de la FASE, du PCOF, du NPA.
Grands témoins engagés : Nicolas Agbohou, Samir Amin, Farid Fernandez.

Au centre du CART 31 rue Emilien Dumas à Sommières


 22H30 À MINUIT : SOIRÉE FESTIVE EN MUSIQUE ET EN CHANSON AVEC LE GROUPE « LES GROLES »


 MARDI 1ER NOVEMBRE

 09h30-11h00 : Réunion des adhérents du M’PEP présents à l’université d’automne.


 INTERVENANTS

  • Nicolas AGBOHOU, titulaire du DESS de Gestion de Paris I Sorbonne et docteur en science politique, anciennement professeur d’économie et de gestion à l’Institut national polytechnique de Yamoussokro (République de Côte d’Ivoire), enseigne aujourd’hui les sciences et techniques économiques notamment à l’université de Saint-Quentin en Yvelines (académie de Versailles). Il est l’auteur du livre Le franc CFA et l’euro contre l’Afrique.
  • Gilles AMIEL DE MÉNARD, membre du Conseil national du M’PEP et de son groupe TEC (Travail, emploi, chômage).
  • Samir AMIN, directeur du Forum du Tiers Monde et président du Forum Mondial des Alternatives. Derniers ouvrages publiés : Sur la crise : Sortir de la crise du capitalisme ou sortir du capitalisme en crise, Le Temps des cerises, 2009 ; La loi de la valeur mondialisée, Le Temps des cerises, 2011 ; Monde arabe : le printemps des peuples ?, Le Temps des cerises, 2011.
  • Laurette BASTAROLI, présidente de l’Association des usagers du TER SNCF de la rive droite du Rhône et adjointe au maire de Bagnols-sur-Cèze.
  • Marie-Paule BATTAS, formatrice dans les métiers du social, le développement local et rural, secrétaire nationale du M’PEP, chargée des questions institutionnelles et constitutionnelles, et des services publics.
  • Marie-Lou BENOIT, professeure en économie et gestion en Haute-Savoie, syndicaliste, secrétaire nationale du M’PEP chargée de l’organisation.
  • Aurélien BERNIER, chargé de mission dans l’environnement, collaborateur au Monde diplomatique, au Sarkophage et chroniqueur à l’Humanité Dimanche, porte-parole national du M’PEP. Derniers ouvrages publiés : Désobéissons à l’Union européenne, Mille et une nuits, 2011 ; Ne soyons pas des écologistes benêts, Mille et une nuits, 2010.
  • Christine BOUYSSOU, orthophoniste, vidéaste, membre du Conseil national du M’PEP.
  • Christian CAUSSE, membre de Gauche unitaire.
  • Sébastien Migliore (ancien employé du commerce à Fabio Lucci 72 jours de gréve) actuellement secrétaire adjoint de l’UL CGT d’Alés. Il a accompagné les luttes de Bonny, la Compagnie du Mont-Lozére, Alcatel Alsthom, Pleyel, Watipi, Schelbox....
  • Fabrice Durand (cheminot) responsable départemental de la CGT et secrétaire de l’UL Alès qui a accompagné la lutte des Richard Ducros.
  • Valérie COIGNARD, webmestre du M’PEP, membre du Conseil national.
  • Julien COLIN, réalisateur du film « Le silence des nanos », épistémologue de formation et militant associatif. Initié très jeune au langage de l’image, « le silence des nanos » lui a donné l’occasion de lier épistémologie, politique et expression cinématographique.
  • Mathieu DALMAIS, ingénieur agronome. Militant pour la solidarité internationale au sein de la fédération d’Ingénieurs sans frontières où il milite pour l’éducation populaire et la formation d’ingénieurs citoyens.
  • Jean-François DELHAYE, professeur de philosophie, secrétaire national du M’PEP chargé de la question du travail, de l’emploi et du chômage.
  • Thierry DERONNE, vice-président de Vive Venezuela.
  • Michèle DESSENNE, co-créatrice d’une société coopérative ouvrière de production en Île-de-France dans le secteur de la communication, membre d’Escoop (Économie solidaire et coopérative), porte-parole nationale du M’PEP, ancienne secrétaire générale et membre fondatrice d’Attac.
  • Auréline DOREAU, en formation d’ingénieur agronome, participe au FRIT (Front de résistance et d’intervention théâtrale). Par un travail continu au sein d’Ingénieurs sans frontières, agit pour l’éducation au développement, l’éducation populaire et pour construire le réseau des ISF d’Europe.
  • Farid FERNANDEZ, conseiller à l’ambassade du Venezuela à Paris.
  • Bernard FOUCHER, travailleur social, membre du Conseil national du M’PEP, corédacteur de Chômage nous accusons (1998, éd. Arléa).
  • FRIT (Front de résistance et d’intervention théâtrale)
  • Danielle GOUSSOT, membre du Conseil national du M’PEP, porte-parole de la fédération M’PEP 84.
  • Marco GRACIA, vidéaste.
  • Patrice HEMET, secrétaire national du M’PEP, chargé du programme et des idées.
  • Pierrette HOUILLE-PASQUINI, conseillère municipale à Bagnols-sur-Cèze, membre du Conseil national du M’PEP, porte-parole de la fédération M’PEP 30.
  • Mohammed KCHIKECH, enseignant en mathématiques et sciences physiques, militant de La Voie Démocratique.
  • Robert KISSOUS, responsable de l’Association France Palestine Solidarité 34.
  • Angèle KONATE-MEVI, coopérative CEFAM (coopérative de femmes au Burkina Faso).
  • Annie LACROIX-RIZ, professeur émérite d’histoire contemporaine (université Paris VII-Denis Diderot), agrégée d’Histoire, ancienne élève de l’École normale supérieure. Spécialiste de l’histoire des relations internationales, elle a notamment publié : Industriels et banquiers français sous l’Occupation : la collaboration économique avec le Reich et Vichy, Armand Colin, 1999 ; Le Choix de la défaite : les élites françaises dans les années 1930, Armand Colin, 2006, 2e édition augmentée, 2010 ; L’intégration européenne de la France. La tutelle de l’Allemagne et des États-Unis, Le temps des cerises, 2007 ; Le Vatican, l’Europe et le Reich de la Première Guerre mondiale à la Guerre froide (1914-1955), Armand Colin, 1996, 2e édition complétée et révisée, 2010. Tout récent, sur le thème de la conférence : « Le procès Pétain, modèle de la “farce” de l’épuration », Faites entrer l’Infini, n° 51, 2011.
  • Marc LAIMÉ, journaliste spécialisé et consultant sur les politiques publiques de l’eau auprès de collectivités locales. À notamment publié : Les batailles de l’eau, Éditions Terre Bleue, 2008 ; Témoins de l’eau, Éditions La Dispute, 2008.
  • Michel MARCHAND, chercheur à l’Institut pour l’exploitation de la mer (IFREMER), spécialiste des pollutions marines, secrétaire national du M’PEP chargé des questions de l’environnement, co-auteur de Ne soyons pas des écologistes benêts (2010, éd. Mille-et-une-nuits).
  • Christine MAS, « Nos groles nous mènent sur ces chemins où poussent misère et injustice, dictées par des puissants égoïstes et assassins. Les causes du peuple sont nos scènes : places publiques, salles municipales ... Entre Amour et Combat, la poésie nous entraîne. Entre paroles et sons, c’est l’humanité que nous voulons, nous qu’emportent nos groles, de rêve en rêve et de chanson en chanson. Ensemble, dans l’amitié, nous résistons, tels les gitans de la caravane qui poussent le camion. Ainsi, nous lutterons, nous lutterons ! » C’est en ces termes que Christine Mas (guitare et chant) présente son groupe Et les Groles qui, par elle et avec elle, se compose de : Christophe Leroy (à la basse), Charlie Ohana (à la guitare et à la mandoline), Willy Panesi (aux percussions) et JP Renaud (à l’accordéon).
  • Waldeck MOREAU, secrétaire national du M’PEP, chargé de la communication interne, porte-parole de la fédération M’PEP 34.
  • Jean-Pierre MORENON, psychologue, mais aussi diplômé de l’Institut National des Techniques Economiques et Comptables (CNAM), formation marxiste au sein des écoles du PCF ; militant du M’PEP 73. Il a rédigé une petite histoire de la monnaie.
  • Jacques NIKONOFF, professeur associé à l’Institut d’études européennes de l’Université Paris 8, ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), ancien président d’Attac, porte-parole national du M’PEP. Dernier ouvrage publié : Sortons de l’euro !, Mille et une nuits, 2011.
  • Michel PASSET, secrétaire fédéral du PCF de l’Hérault.
  • Damien PERNET, militant laïc.
  • Annie PIBAROT, maître de conférences à l’université de Montpellier et animatrice d’ateliers d’écriture
  • Claude RÈGLE, membre du Conseil national du M’PEP.
  • Niurka RÈGLE, secrétaire de la fédération du M’PEP 34.
  • Michel RIOU, géographe et historien.
  • Viviane RISSER, ingénieur agronome, membre du Conseil national du M’PEP.
  • René REVOL, membre du Bureau national du Parti de gauche, conseiller régional en Languedoc-Roussillon.
  • Jacques REY, Groupe de scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire (GSIEN).
  • Gilles SAINATI, membre du Syndicat de la magistrature.
  • Samir AMIN, éminent professeur d’économie politique du développement. Il est le directeur du Forum du Tiers-Monde. Samir Amin a enseigné l’économie à l’Université de Poitiers, Paris et Dakar. Il a beaucoup publié sur le droit, la société civile, le socialisme, le colonialisme et le développement, particulièrement en Afrique et dans le monde arabe et islamique. Parmi ses nombreuses publications figurent Eurocentrisme (1988), L’empire du chaos (1991) et Au-delà du capitalisme (1998).
  • Christian SCHNEIDER, secrétaire national du M’PEP chargé des questions de commerce international.
  • Samuel SCHWEIKERT , ingénieur, secrétaire national du M’PEP, chargé des questions européennes, monétaires, financières et économiques.
  • Claudine TROADEC-ROBERT, ancienne responsable CGT Hôpital, élue du groupe communiste à la mairie de Montpellier, déléguée à la "comédie de la santé", une manifestation sur 3 jours qui associe plus de 70 partenaires associatifs et institutionnels.
  • Serge VIDAL, Fédération CGT Énergie d’EDF.

 ORGANISATIONS INVITÉES

  • Alba Montpellier
  • Américains contre la guerre
  • Amitiés franco-colombiennes
  • Amnesty International
  • Ambassade du Venezuela
  • Association des usagers du TER SNCF de la ligne droite du Rhône
  • Association France Palestine Solidarité 34
  • Attac : des comités du 34 et du 30
  • Cercle bolivarien de Montpellier
  • CFDT 34 et 30
  • CGT 34 et 30
  • CGT Hôpital de Montpellier
  • CNT (30)
  • Cimade 34 et 30
  • CEFAM (coopérative de femmes au Burkina Faso)
  • CEMEA 34
  • Collectif Rom Ganges/Le Vigan
  • Confédération paysanne
  • Coopérative CEFAM
  • Coup de Soleil Languedoc Roussillon
  • Cosmopolitite Valleraugue
  • Cuba Solidarité
  • Entraide protestante
  • Faucheurs volontaires 30
  • Faso savoirs (association burkinabé)
  • FCPE
  • Fédération CGT Énergie d’EDF
  • Femmes Solidaires 30
  • Forum Mondial des Alternatives
  • Forum du Tiers Monde
  • Francas du Languedoc Roussillon
  • FSU 34
  • Gauche Unitaire
  • Groupe de scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire (GSIEN)
  • Ingénieurs sans frontières
  • La FASE
  • La Voie démocratique
  • Le Refuge
  • Les Amis du Monde Diplomatique 30
  • Libre pensée 34
  • Ligue des Droits de l’Homme 34 et 30
  • Masse (association de chômeurs)
  • MRAP 34
  • NPA
  • Parti communiste français
  • Parti de gauche
  • PCOF
  • Peuples Solidaires 30
  • POI
  • RESF (Réseau Education sans frontières) 30
  • Secours catholique 34
  • Secours populaire 34
  • SNES 34
  • SNUIPP 34
  • Solidaires 34
  • Solidarité Dom Tom
  • Solidarité Honduras
  • Sud Education 30
  • Syndicat de la magistrature
  • Union locale CGT du Vigan
  • UNSA 30