Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
jeudi 27 février 2014
Auteur : par webmaster

Des citoyens interrogent le M’PEP : le 25 mai, jour de l’élection européenne, vaut-il mieux voter blanc ou s’abstenir pour marquer son rejet de tout le système euro-libéral ? Pour le M’PEP, il faut s’abstenir – et même boycotter – pour deux raisons : seul le boycott est un véritable acte politique citoyen ; il ne faut pas se laisser abuser par la récente loi « visant à reconnaître le vote blanc aux élections ».

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 11 réactions
 
Accueil > Analyses et propositions > Politique > Les campagnes > Campagne de boycott de (...) > ANALYSES ET ARGUMENTAIRES > Election européenne : voter blanc ou boycotter (...)
 

 ELECTION EUROPEENNE : VOTER BLANC OU BOYCOTTER ?

Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 27 février 2014.

Des citoyens interrogent le M’PEP : le 25 mai, jour de l’élection européenne, vaut-il mieux voter blanc ou s’abstenir pour marquer son rejet de tout le système euro-libéral ? Pour le M’PEP, il faut s’abstenir – et même boycotter – pour deux raisons : seul le boycott est un véritable acte politique citoyen ; il ne faut pas se laisser abuser par la récente loi « visant à reconnaître le vote blanc aux élections ».

  • Quelle est la différence entre vote blanc, nul, abstention et boycott ?
  • Que dit la loi du 21 février 2014 « visant à reconnaître le vote blanc aux élections » ?

 I.- Quelle est la différence entre vote blanc, vote nul, abstention et boycott ?

Le vote blanc

Il consiste, pour un électeur, à déposer dans l’urne un bulletin dépourvu de tout nom de candidat (ou de toute indication dans le cas d’un référendum) ou une enveloppe vide. Ce type de vote indique une volonté de se démarquer du choix proposé par l’élection : une défiance vis-à-vis des candidats ou des listes en présence. L’institution qui organise l’élection est cependant légitimée par le vote blanc qui ne porte que sur le rejet des listes et candidats.

Le vote nul

Il correspond à des bulletins déchirés ou annotés qui ne sont pas pris en compte dans les résultats de l’élection. Il est parfois difficile d’interpréter le sens d’un vote nul. L’électeur n’a pas forcément souhaité que son vote soit nul (il a cru, par exemple, qu’une mention manuscrite ajoutée n’aurait aucune incidence). Mais il arrive également que l’électeur ait volontairement déposé un bulletin nul pour manifester son opposition aux différents candidats et programmes présentés.

Lors du dépouillement les votes blancs et nuls étaient jusqu’à présent comptabilisés et annexés au procès-verbal dressé par les responsables du bureau de vote. Mais ils n’apparaissaient pas dans le résultat officiel où n’étaient mentionnés que le nombre des électeurs inscrits, le nombre de votants, les suffrages exprimés (ensemble des bulletins moins les votes blancs et nuls).

L’abstention

Elle consiste à ne pas participer à une élection ou à des opérations de référendum. Elle traduit soit un désintérêt total pour la vie publique, soit un choix politique consistant à ne pas se prononcer afin de montrer son désaccord, pouvant provoquer une crise de la représentation et pouvant poser la question de la légitimité du pouvoir politique élu avec une faible participation. Ainsi, à l’occasion du référendum sur les accords de Matignon portant sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie en 1988, l’un des partis de l’opposition avait appelé ses partisans à s’abstenir pour s’opposer au texte.

Le boycott

Il correspond à un acte politique citoyen visant à délégitimer une élection ou un régime politique, et à mener une campagne active dans ce sens. Le but est de provoquer une crise politique en montrant que la faible représentativité des élus pose le problème de leur légitimité. Le boycott est beaucoup plus fort que le vote blanc, car non seulement il permet de rejeter les listes et candidats en lice, mais également l’institution ou le régime qui organise le scrutin. C’est le sens de l’appel au boycott des élections européennes lancé par le CNR-RUE (comité national de résistance républicaine à l’Union européenne).

 II.- Que dit la loi du 21 février 2014 « visant à reconnaître le vote blanc aux élections » ?

La loi n° 2014-172 du 21 février 2014 « visant à reconnaître le vote blanc aux élections » a été promulguée par le président de la République et publiée le 22 février au Journal officiel de la République française. Déposée à l’Assemblée nationale le 24 juillet 2012 par MM. François Sauvadet, Jean-Louis Borloo, Charles de Courson et plusieurs de leurs collègues centristes de l’Union des démocrates et indépendants (UDI), la proposition de loi avait été adoptée en première lecture par le Sénat le 28 février 2013 et par l’Assemblée nationale en première lecture, avec modification, le 22 novembre 2013. Puis, en deuxième lecture, elle avait été adoptée, avec modifications, par l’Assemblée nationale le 28 novembre 2013. La loi vise à prendre en considération le vote des électeurs qui, par un vote blanc (enveloppe vide ou comprenant un bulletin vierge), signifient leur refus de choisir entre les candidats en lice.

La loi prévoit que les bulletins blancs seront désormais décomptés séparément des votes nuls et annexés en tant que tels au procès-verbal du bureau de vote. Le nombre des votes blancs n’interviendra pas dans la détermination du nombre des suffrages exprimés, il sera simplement mentionné dans les résultats du scrutin. Les innovations de cette loi sont extrêmement timides, et même anecdotiques. Elle ne prévoit ni la prise en compte des bulletins blancs dans le calcul des suffrages exprimés, ni la mise à disposition de bulletins blancs dans les bureaux de vote. Pourtant, selon certains parlementaires, il s’agit d’un « progrès démocratique majeur pour la République » (M. Claude Bartolone, PS), d’ « une avancée dans la transparence de la vie démocratique  » (MM. François Sauvadet et François Zocchetto, UDI).

La portée réelle de cette loi est parfaitement cosmétique. Elle modifie, certes, plusieurs dispositions du code électoral, en particulier l’article L. 65, alinéa 3, auquel elle ajoute trois phrases : « A chaque table, l’un des scrutateurs extrait le bulletin de chaque enveloppe et le passe déplié à un autre scrutateur ; celui-ci le lit à haute voix ; les noms portés sur les bulletins sont relevés par deux scrutateurs au moins sur des listes préparées à cet effet. Si une enveloppe contient plusieurs bulletins, le vote est nul quand les bulletins portent des listes et des noms différents. Les bulletins multiples ne comptent que pour un seul quand ils désignent la même liste ou le même candidat. Les bulletins blancs sont décomptés séparément et annexés au procès-verbal. Ils n’entrent pas en compte pour la détermination des suffrages exprimés, mais il en est fait spécialement mention dans les résultats des scrutins. Une enveloppe ne contenant aucun bulletin est assimilée à un bulletin blanc. »

Deux modifications mineures sont ainsi réalisées et entreront en vigueur le 1er avril 2014 pour les élections européennes. Elles seront applicables à l’ensemble des votations politiques nationales et locales, à l’exception de l’élection présidentielle et du référendum local de l’article 72-1 de la Constitution qui nécessitent l’intervention d’une loi organique pour les rendre applicables et des référendums nationaux dont l’organisation est déterminée de façon ad hoc par le pouvoir réglementaire pour chaque consultation.

Si les bulletins blancs ne sont plus comptabilisés avec les bulletins nuls, aucune conséquence juridique significative n’est attribuée à cette timide reconnaissance. En effet, certes le vote blanc n’est plus un vote nul, mais il n’est toujours pas un vote qui compte. La véritable innovation aurait été de faire en sorte que les bulletins blancs soient comptabilisés pour la détermination des suffrages exprimés. Une telle réforme aurait donné à la voix de l’électeur manifestant sa volonté de ne pas choisir parmi les candidatures et programmes proposés une valeur équivalente à celle de l’électeur ordinaire. La proposition à l’origine de la loi du 21 février 2014 prévoyait cette réforme qui aurait mis fin à une exclusion du vote blanc des suffrages exprimés remontant à 1852. Mais cette initiative fut contestée par le Gouvernement et rejetée tant par l’Assemblée nationale que par le Sénat, sous prétexte des difficultés juridiques plus ou moins importantes qu’elle occasionnerait. Paradoxalement, la seule votation pour laquelle la reconnaissance du vote blanc pose problème est également la seule élection qui n’est pas concernée par le nouveau dispositif, à savoir l’élection présidentielle. Dans la mesure où l’article 7 de la Constitution prévoit que le « président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés », l’intégration des votes blancs aux suffrages exprimés pourrait conduire à ce que le candidat arrivé en tête au second tour ne dispose pas de la majorité absolue. Il faudrait alors organiser une nouvelle élection.

La deuxième innovation de la loi n° 2014-172 du 21 février 2014 tient à l’élargissement de la définition du vote blanc. Traditionnellement, le vote blanc consistait à mettre dans l’urne une enveloppe réglementaire contenant une feuille de papier blanc vierge de tout signe ou annotation. Désormais, l’électeur pourra également voter blanc en déposant dans l’urne une enveloppe réglementaire vide.


Répondre à cet article

Forum de l'article  -27 Messages

  • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?

    27 février 2014 22:33, par Pierre-Marie DUPUY BORDIER - Prêtre-ouvrier catholique

    Je n’ai pas voté pour Maastrich, au contraire, j’ai fait campagne pendant un mois ( tracts, réunions, etc...)pour dissuader les gens de voter pour ce projet conçu pour la dictature du grand capital, et pour les autres le retour à l’esclavage et au Moyen-Age.
    Aujourd’hui,les desseins du grand capital sont clairs et pratiquement réalisés :
    je ne vais donc pas les soutenir, mais les boycotter !

    repondre message


  • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?

    27 février 2014 23:09, par Maya

    Avec les machines à voter ?

    repondre message


  • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?

    27 février 2014 23:16, par Yggdrasil

    Il n’y a aucune différence entre l’abstention et le boycott : boycotter, c’est refuser d’aller voter, c’est donc s’abstenir. Ceci mélange les abstentions des pêcheurs du dimanche et "l’acte politique" du boycott, puisqu’on n’a aucune possibilité de dénombrer ceux-ci de ceux-là. C’est comme le non au référendum de 2005 : il y avait ceux qui voulaient plus d’Europe, plus de social, plus de fédéralisme, et ceux qui ne voulaient pas d’Europe du tout, ou encore plus de libéralisme. Ils se sont mélangés, et chacun a tiré la couverture à soi selon ses opinions.
    C’est bien pourquoi le vote blanc a plus de portée : il exprime le rejet de ce qui est proposé par toutes les listes en présence, tout en faisant son devoir de citoyen en allant voter. Mais on esquive toujours la question qui vient ensuite : un vote blanc majoritaire reconnu entraînerait quoi ? On fait quoi après ? Le rejet n’a jamais été un programme d’action.
    Ceci étant, je m’étonnerai toujours que ceux qui rejettent l’Europe présentent des listes pour s’y faire élire...

    repondre message


    • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
      28 février 2014 13:37, par Bernard FOUCHER

      je comprends votre point de vue mais il me semble porter une autre contradiction :

      en votant blanc j’exprimerais le rejet de toutes les listes existantes, ok mais d’une part d’autres pourront voter blanc pour d’autres raisons, comment les différencier plus que dans le boycott ?

      d’autre part si mon opinion est que ce parlement est fantoche et n’a aucun pouvoir réel, le vote n’est donc plus un moyen démocratique d’exprimer une opinion, car même si une liste portant cette opinion se présentait, elle ne pourrait rien changer au fonctionnement les instances de l’UE.

      Sachant que l’utilisation des médias pour manipuler l’opinion est quotidienne, que le nombre de manifestants passe du simple au décuple selon leur organisateurs, leur détracteurs ou la préfecture, ça ne me pose aucun problème de considérer que dans l’abstention il y a les abstentionnistes actifs qui sont dans une logique de boycott, et les abstentionnistes passifs qui sont dans une logique de ras le bol, et de donner une signification commune à leur abstention

      repondre message


      • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
        1er mars 2014 18:39, par PrNIC

        ta citation , ami bernard : en votant blanc j’exprimerais le rejet de toutes les listes existantes, ok mais ... d’autres pourront voter blanc pour d’autres raisons.

        A ma connaissance il ne peut pas y avoir d’autres raisons : le vote "blanc" est un rejet de l’offre politique perceptible à travers toutes les listes ; Si aucune ne convient et si on veut voter , il ne reste que le vote blanc !

        Maintenant , on reste demandeur de connaître "Tes autres raisons"

        repondre message


        • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
          3 mars 2014 11:33, par Bernard FOUCHER

          cher Pierre,tu ne vois qu’une seule raison de voter blanc, qu’il n’y ait pas d’offre politique correspondant à ton point de vue, effectivement ça peut se défendre, mais alors le vote blanc n’exprimerait pas clairement que certains pensent que l’U.E. a été construite pour ne pas être démocratique, pour défendre les intérêts des puissances multinationales et financières et donc ne peut être changée de l’intérieur, le boycott me semble alors plus clair dans le refus de l’institution et de ce qu’elle représente.

          Le vote blanc peut paraitre une avancée, pour moi il n’est qu’un moyen après avoir anesthésié l’envie de se prononcer, ce qui a été générateur de cette montée de l’abstentionnisme, de visualiser le peu de votes blancs et donc conforter la légitimité des résultats des élections. En quelque sorte on séparerait un vote politique d’un abstentionniste non citoyen. diviser pour mieux régner...

          En terme de stratégie, je préfère donc tenter de politiser l’abstention que réduire mon vote blanc à un seul rejet de l’offre politique des listes en lice, d’autant que certaines indiquant leur volonté de désobéissance à l’U.E.te reprocheront d’avoir voter blanc...cela montre bien que les problèmes de lisibilité et d’interprétation du vote blanc ajouté au peu abstentionnistes qui reviendraient aux urnes pour voter blanc en limiteront singulièrement la portée

          repondre message


      • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
        3 mars 2014 09:36, par Yggdrasil

        le vote n’est donc plus un moyen démocratique d’exprimer une opinion


        Voilà vraiment une affirmation que je rejette totalement : quel serait l’autre moyen plus démocratique que le vote libre pour exprimer une opinion ? J’ai tendance à penser que ceux qui disent cela estiment que toute opinion autre que la leur n’est pas démocratique.
        Car malgré tout, en France, il me semble clair que toutes les élections se déroulent de manière correcte, même si on peut râler contre les médias et les "groupes de pression" qui agissent souterrainement, mais là encore il faudrait aller plus loin que ce genre d’affirmation générale et vague qui sert simplement d’alibi pour éviter d’admettre que d’autres ne veulent pas tout casser pour recommencer à zéro.

        repondre message


        • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
          11 mars 2014 11:56, par Bernard FOUCHER

          Il est dommage pour la qualité du débat d’ôter une phrase de son contexte pour en tirer une analyse : j’ai exprimé que dans le cadre de ses élections européennes et non pas de façon universelle, si l’on reconnait que le parlement européen n’a aucun pouvoir, alors dans ce contexte et celui là seulement le vote n’est plus un moyen démocratique d’exprimer une opinion.

          Pour d’autres élections, le débat reste ouvert, tant sur les fenêtres d’expression que certaines élections peuvent permettre, que sur le reste de démocratie qui y subsiste.

          quel autre moyen d’expression peut être plus démocratique que le vote ?

          Lorsque, comme le montre le film les nouveaux chiens de garde, les médias sont totalement verrouillés pour propager une pensée unique, et que l’organisation structurelle d’un bipartisme ne laisse plus grand choix, il faut se battre avec de nouvelles armes pour faire valoir d’autres modes d’organisation de notre société, utiliser des réseaux sociaux, faire de l’éducation-émancipation populaire pour qu’il puisse y avoir des ouvertures d’esprit vers de nouvelles utopies, celles là même qui ont permis le vote des femmes, l’abolition de l’homme chef de famille, le rejet des privilèges des nobles,...

          Ne restons pas naïf, si le vote est un acquis vers plus de démocratie, ceux qui veulent garder, étendre leur puissance, n’ont eu de cesse historiquement que de le contrôler, par les systèmes de financement, par les modes de scrutins, par les médias (regarder tous les financements et le déchainement des médias pour encenser l’U.E. sans laisser à d’autres qu’à Marine Le Pen la parole pour exprimer d’autres opinions), etc.

          Le vote est donc un outil essentiel auquel il convient de redonner de la démocratie, une abstention aux élections du parlement européen est un geste politique de dénonciation de cette mascarade.

          Je pourrais d’ailleurs rajouter que les revenus et les retraites des élus européens et des fonctionnaires européens sont aussi un scandale au vu des efforts que l’on impose aux salariés basiques, qui n’a pour but que de museler la parole de ceux qui profitent de tels avantages.

          Enfin mon propos n’est pas de tout casser pour repartir à zéro, mais lorsque les fondations d’une maison sont mal conçues (et là pour l’Europe c’est une volonté délibérée), il vaut mieux réfléchir à en reconstruire une qu’à s’échiner à vouloir la réparer.

          D’ailleurs si on attend que l’U.E. s’écroule, cela risque fort de déchainer plus de violences que si on recrée un autre mode de coopération entre nation, et mon investissement va dans le sens d’un changement par la démocratie plutôt que par la guerre.

          repondre message


    • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
      1er mars 2014 19:08, par PrNIC

      @yggdrasil : citation un vote blanc majoritaire reconnu entraînerait quoi ? On fait quoi après ?

      D’abord le peuple (et ceux qui pensent à sa place) enregistre que la majorité des électeurs refuse ce que les politiciens lui proposent : C’est l’équivalent du NON29MAI2005 : NON Durable et non négociable ! Votre Constitution GISCARD -DSK : on n’en veut pas !

      Ensuite on fait quoi aprés ? C’est quand même la question type de celui qui ayant peur de l’avenir préfère l’assurance d’une solution peut être bancale ou moindre mal , mais au moins "visible" ! ( le "faute de mieux" a un côté rassurant me disent souvent les potes du PS )

      Alors on fait quoi ? ....Pour ma part , je ne me pose pas la question pour "après" , mais bien pour "maintenant" .... On fait quoi , tu fais quoi , nous faisons quoi , maintenant pour bâtir une autre Europe Solidaire sans attendre le lendemain des élections ,ni le Grand Soir ou la Résurrection !

      Et si nous arrivons à vivre aujourd’ hui cette Europe Solidaire , tous les lendemains de vote blanc majoritaire ou de votes Contre l’EUROPE de La Finance et du Commerce ne seront plus à craindre !

      Des citoyens sont déjà en route : http://www.petitions24.net/fondamentaux_dune_europe_solidaire

      repondre message


    • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
      1er mars 2014 21:34, par Brard Rémi

      Que pensez-vous alors de l’augmentation exponentielle de l’abstention de nos concitoyens depuis 1983 ?
      le nombre de "pêcheurs à la ligne" a-t-il pour autant augmenté ?
      Cela n’a-t-il pas un sens ?
      Sera-t-il si compliqué de soustraite les "habituels" abstentionnistes d’avant 1983 (20, 25%...?) du nombre global, est obtenir ainsi un chiffre significatif ?
      Si vous voulez, on y pourra y ajouter les votes blancs et nuls, mais vous verrez que ceux-ci seront récupérés par les "européistes !

      repondre message


  • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?

    28 février 2014 07:46, par Gège

    Il faut relire le roman de José Saramago (2004), La Lucidité qui envisage cette situation où :
    "La capitale non spécifiée d’un pays dirigée par un parti conservateur et de tradition religieuse — on peut deviner à un endroit qu’il s’agit du Portugal — est frappée d’une « épidémie » de votes blancs qui surpassent les suffrages exprimés ; le gouvernement décrète l’état de siège pour que les citoyens de la ville « récupèrent la raison" (Wikipédia).
    En fait, le "vote blanc" serait la seule façon de dénier à la caste au pouvoir (E.N.A, Sciences Po...)sa qualité de représentant "d’un peuple" qu’elle ignore. Tocqueville, déjà et malgré ses digressions étonnantes, avait analysé ce dysfonctionnement.
    Donc, le piège se referme immanquablement sur celui que l’on continue à appeler "citoyen" par référence à cette "démocratie athénienne" dont on sait qu’elle est pervertie dès le départ et à qui on explique "va voir ailleurs chez les dictateurs" !

    repondre message


  • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?

    28 février 2014 08:01, par herisson83

    Je ne suis pas d’accord ! Laisser aux autres, même minoritaires décider qui va nous représenter est un non sens. Le Parti de Gauche propose d’imposer une remise à plat du fonctionnement de l’Europe, c’est pour moi dans cette voie qu’il faut s’engager !

    repondre message


    • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
      28 février 2014 13:49, par Bernard FOUCHER

      pour moi il est illusoire de vouloir changer une institution qui a été organisée pour échapper à toutes démocratie et ne servir que les lobbies financiers et industriels multinationaux, pire si tant soit peu on arrivait à infléchir son fonctionnement vers plus de démocratie combien de temps faudrait il au regard des urgences sociales et environnementales actuelles.

      Rompre clairement avec ce fonctionnement c’est proposer d’autres perspectives de démocratie et d’échanges avec les autres peuples, c’est redonner espoir que le changement ne se fait pas avec des compromis quand les rapports de force sont à ce point faussés, c’est offrir de nouveau des utopies (comme celles qu’ont portées le vote des femmes, l’arrêt de l’esclavage, la sécurité sociale, les congés payés,...,)

      autrement on pourra toujours se contenter de maigres avancées que leur promoteurs mettront en avant pour justifier leur mandat grassement rémunéré, on pourra toujours faire cocorico quand un OGM ou autre produit manifestement dangereux aura été interdit dans l’UE, les multinationales en auront présenté 10 autres dans le même temps

      repondre message


  • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?

    28 février 2014 08:11, par leflaneur

    Au risque d’être censuré, la bonne question serait : aux élections européennes, pour Quelle Liste voter ?
    Car voter blanc ou boycotter, ce sont deux formes de lâcheté et de tentatives de pression. Si tous boycottaient, qui représenterait la France au Parlement européen ? Si tous votaient blanc, qui représenterait la France au Parlement européen ? Quand on est citoyen, on choisit ceux qu’on estime les meilleurs (ou les moins mauvais). Sinon, on s’interdit, ne serait-ce que par pudeur, de critiquer celles et ceux qui auront été élus !

    repondre message


    • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
      28 février 2014 10:22, par PrNIC

      citation "Quand on est citoyen, on choisit ceux qu’on estime les meilleurs (ou les moins mauvais)"

      Ben non , leflaneur !

      Tu parles
      - pour ceux qui sans problème n’ont aucun mal à voter pour leurs idées : "Untel est le meilleur pour représenter les miennes "
      - et pour ceux dont tu voudrais bien qu’ils continuent à supporter la jambe de bois "du moindre mal " que pas de jambe du tout !

      Désolé , mais ta notion de "citoyen" est bien limitée ! ....Et si tu ne comprends pas que ton appel à voter le moindre mal a fait fuir depuis des années de plus en plus d’abstentionnistes, faut croire que t’es bien installé dans le système de cette "obsolète 5iem république" ( où les citoyens sont plus invités à éliminer qu’à choisir ce qui leur semble positif )

      Etre citoyen ce n’est pas être le consommateur qui est conduit à choisir entre SEULEMENT de bonnes tomates et des moins bonnes !.... ( entre le PS et l’UMP ?)

      Alors essaie un peu d’ouvrir les yeux sur les citoyens que tu ignores et que tu méprises en les insultant de "lâches" , citoyens qui ont des choix politiques aussi respectables que les tiens !

      Tu sais ce que tu voteras aux Européennes ? Parfait ! Bon vote , en harmonie avec tes choix !

      repondre message


    • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
      28 février 2014 13:08, par Finage

      La décision est difficile. C’est vrai que j’ai peur d’être pris pour une pêcheur à la ligne. Mais c’est vrai que je ne crois pas à la réorientation de l’UE. démocratiser "l’Europe" ou la rendre "sociale", c’est comme moraliser la prostitution ou humaniser la guerre. C’est un vaste blague. L’UE est une création de banquiers et de grands patrons et de leurs hommes de mains (Je vous renvoie aux texte d’A Lacroix-Ruiz). Elle est pensée pour être une prison des peuples, le FG n’en fera pas une colonie de vacances. Et même s’il le voulait avec quelle majorité ? Il faut l’unanimité pour revenir en arrière. et avec quelle autorité ? C’est la commission qui décide vraiment pas le parlement.
      La "lâcheté" c’est de faire comme si l’UE était réformable. Par contre on a très bien vu récemment en Ukraine à quoi elle sert...
      Je ne veux plus cautionner cette machine de guerre faite contre la volonté de 55% des français

      repondre message


    • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
      1er mars 2014 13:54, par Claude P

      que viennent faire dans un débat politique des jugements de valeur des individus ?
      "lâcheté", "manque de pudeur" : tu donnes des leçons de morale à ceux qui n’en ont aucune ?

      "tentatives de pression" : oui, on peut le revendiquer ! que sont les élections sinon une pression par les urnes pour décider de telle ou telle politique ?

      Choisir "les moins mauvais"... et assumer - en silence puisque les élus ont été élus - ? Attendre gentiment les prochaines élections... pour recommencer... Pour qu’arrivent "aux affaires (les bien nommées), les mêmes, un coup sur deux, chacun leur tour ?

      c’est ça, ta conception du citoyen ?
      C’est ça, ta conception de la démocratie ?

      repondre message


      • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
        4 mars 2014 23:25, par Aurélien

        « "tentatives de pression" : oui, on peut le revendiquer ! que sont les élections sinon une pression par les urnes pour décider de telle ou telle politique ? »

        Le problème c’est justement qu’il n’est pas possible de décider puisque tout est verrouillé par des traités qui gravent dans le marbre une politique (le néolibéralisme)... des traités que le parlement ne peut en rien modifier.

        repondre message


  • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?

    28 février 2014 09:54, par PrNIC

    citation : Des citoyens interrogent le M’PEP : le 25 mai 2014, jour de l’élection européenne, vaut-il mieux voter blanc ou s’abstenir pour marquer son rejet de tout le système euro-libéral ?

    et bien écrivons que le problème est bien mal posé, car ce n’est pas le même citoyen qui pose la question !

    Comment pourrait -il hésiter entre ses convictions de voter "CONTRE" à travers le vote blanc et son envie d’aller à la pêche ?

    Donc la vraie question du citoyen rejetant le système euro libéral est : je vote BLANC ou je BOYCOTTE ?

    VOTER "BLANC" , tout le monde connait :l’action est simple ....même si les politiciens ne sont pas remis en cause par celle-ci ! ( la mascarade unanime des députés d’une reconnaissance d’un vote "blanc" non exprimé a un goût d’oxymore )

    Mais BOYCOTTER reste du domaine du privé : Si aucune symbolique n’accompagne ce boycott , il restera "non visible" et vite confondu avec l’abstention ! ...Je peux boycotter les produits israéliens issus des territoires occupés de la Palestine en ne les achetant pas ( démarche privée) ...et poser le problème , par une manif dans ma ville ( démarche symbolique et visible , "appelant à " )

    Le vote "blanc" même dévalorisé laisse une trace : il peut même être quantifié !

    Reste donc pour ceux qui prônent le boycott ( à juste titre ) à le rendre symboliquement visible , dynamique , accompagné d’un geste qui ne laisse aucune ambiguité sur ce qu’il représente ! ...

    .Un boycotteur , présent et affichant son choix , pas loin d’un bureau de vote est un geste fort !

    Le boycott , c’est comme une pétition : on peut se contenter de la signer , mais on peut aussi la transformer en "faire" .

    nicolas.p@aol.com

    repondre message


    • C’est un peu ce que je proposais dans ma première réponse :
      s’abstenir
      ou
      retourner le bureau de vote au nom des boycotteurs, cela aurait au moins le mérite de faire parler des boycotteurs.
      OK ma position est extrémiste, mais venir dans les bureaux de votes avec une pancarte pour le Boycott, refus de participer au vote pour un parlement sans pouvoir, cela pourrait avoir de la gueule !

      repondre message


  • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?

    28 février 2014 10:21, par Lamine Torki

    Dans l’espoir de participer un tant soit peu au débat sans forcément donner un avis sur le prochain scrutin.
    Le boycott, tel que vous le présentez, me paraît davantage être une "abstention active", c’est-à-dire collective et basée sur une campagne politique. C’est une option.
    Le boycott en revanche consiste en l’empêchement physique du déroulement du scrutin. Cette option intervient généralement dans des situations révolutionnaires ou pré-révolutionnaires où les masses sont actives et ouvrent une perspective qui rejette mais aussi et surtout dépasse la voie électorale.

    repondre message


  • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?

    28 février 2014 14:27, par Olivier RUBENS

    Un point technique de droit bourgeois qui concerne la dernière phrase : il faudrait vérifier que le code électoral est bien applicable aux élections du Parlement de l’UE qui n’ont aucun
    statut constitutionnel.

    repondre message


  • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?

    28 février 2014 16:29, par rg62

    j’avais besoin de points de vue sur le sujet. Les 2 raisons pointées du M’PEP me déçoivent (1 fois n’est pas coutume).
    - "il ne faut pas se laisser abuser par la récente loi ..." je ne la connaissais pas, mais je n’ai jamais pu trouver de toute façon la solution pour que le vote blanc soit reconnu concrètement dans un résultat d’élections, hormis de refaire éventuellement l’élection présidentielle, mais pour les autres ?
    - "Seul le boycott est 1 véritable acte publique citoyen" ? On est sûr là d’être dans le camp des gagnants, mais quand même !
    Restent les 6 articles lus dont celui de Yggdrasil me parait tout à fait juste, même si cela marque 1 manque de perspectives progressistes ...
    d’où quelles réponses sinon de devenir citoyen pêcheur politique ...?

    repondre message


    • Il me semble qu’il n’y a qu’une solution existante pour que le vote blanc soit reconnu, comme dans certains pays d’ailleurs, c’est la condition sine qua non de rendre le vote obligatoire pour tous les citoyens. Certains diront que c’est une atteinte à la liberté et pourtant c’est la seule solution qui rendrait possible de prendre en compte le vote blanc !
      Sinon, je ne vois vraiment pas comment il sera possible de différencier le vote blanc, le vote nul et le boycott, d’où un danger qui me rassure pas et qui soufflerai en faveur d’une Jeanne d’Arc à gueule de parachutiste.
      Je ne vois vraiment pas où va votre démarche, votez blanc, noir, bleu, rouge, vert, arc-en-ciel, ce que vous voulez, mais n’abandonnez pas ce droit que tant de luttes et de souffrances vont ont donnés et que tant de peuples opprimés rêvent d’avoir.

      repondre message


  • Dans les explications du M’PEP auxquelles je suis sensible, concrètement comment boycotter ?
    soit s’abstenir
    Soit retourner le bureau de vote pour montrer qu’on ne l’estime pas légitime !
    Je comprends bien que BOYCOTTER est plus fort que s’abstenir mais concrètement comment faire la différence ?

    repondre message


    • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
      4 mars 2014 12:28, par Claude Lioure

      Pour pratiquer un boycott actif, plusieurs possibilités :

      Agir directement avec le M’PEP :
      - signez l’appel national et l’appel départemental [http://www.m-pep.org/spip.php?article3603] au boycott.
      - prenez contact avec la fédération du M’PEP de votre département (demandez ses coordonnées en écrivant au contact@m-pep.org).

      Agir au sein sein d’un collectif :
      - rejoignez le CDR-RUE de votre département (lien ici : http://www.cnr-rue.fr)

      repondre message


    • Election européenne : voter blanc ou boycotter ?
      4 mars 2014 13:45, par Konieczka Jean

      Bonjour "Camarades", oui il est vrai que s’abstenir ou boycotter, personne ne verra la différence ! Mais je pense que l’essentiel est de boycotter, ce qui sera considéré par ces larbins du capital comme résultat final un abstentionnisme.
      LA question finale est de savoir si la participation définitive discréditera ou non ces élections fantoches ?

      repondre message

Haut de la page