Energie : le gaz

Les réserves de gaz naturel : longtemps boudé, le gaz est aujourd’hui très prisé.

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
 

ENERGIE : LE GAZ

Les réserves de gaz naturel : longtemps boudé, le gaz est aujourd’hui très prisé.

Production mondiale : 2 900 milliards de mètres cubes, soit 2 900 Gigamètres cubes, ou Gm3, ou 2,9 Tm3 (T = Téra = 1 000milliards et non pas tonne) dont :

  • Russie (600Gm3)
  • USA (520Gm3)
  • Moyen-Orient (340Gm3)
  • Canada (180Gm3)
  • Europe ( 2OO Gm3)

La liquéfaction du gaz, Gaz naturel liquéfié ou GNL, représente 200 milliards de m3.

Six pays concentrent la moitié de la demande mondiale : USA (23 %), Russie (15 %), etc. Le gaz représente près du quart de la consommation énergétique mondiale.

Réserves mondiales fin 2006 : T= téra = mille milliards.

Comme pour le pétrole, les réserves sont sûres et certaines sont prouvées : 56Tm3. Réserves probables : 100Tm3. Réserves possibles : 180 Tm3. Total : 236Tm3.

Autres réserves : les hydrates de méthane. Elles sont situées dans le domaine maritime profond et dans les régions polaires et circumpolaires (Alaska, Sibérie, Canada). Il s’agit de molécules d’eau organisées en un réseau de cages dans lesquelles est piégé du méthane dans une forme quasi cristalline. Les réserves de gaz contenues dans ces hydrates peuvent dépasser celles cumulées de pétrole, de charbon et de gaz, soit quelques 20 000T m3, soit de 70 à 130 fois les réserves de gaz naturel conventionnel ! Les contraintes sont surtout environnementales avec le réchauffement de la planète, mais aussi technologiques et économiques.

Commerce international en 2006 : 26,1 % de la production est commercialisée.

 Contraintes du gaz :

  • coût très élevé pour investir dans les infrastructures gazières : 150 milliards $ par an d’ici à 2030 (source : Agence Internationale de l’énergie) ; le domaine du transport absorbera une bonne partie de ces investissements.
  • problèmes politiques soulevés par les pays traversés par les pipelines. On liquéfie aussi le gaz appelé gaz naturel liquéfié ou GNL permettant ainsi d’être transporté par méthanier : 200 Milliards de m3 de GNL sont produits dans le monde.

Gaz non conventionnels : il en existe de trois catégories différentes dont les réserves sont estimées entre 540T m3 et 700Tm3. Bien que limitées, ces réserves sont très importantes et les estimations concernant leur taille continuent de progresser à mesure que de nouvelles techniques d’exploration ou d’extraction sont découvertes. Les ressources de gaz naturel sont abondantes et très largement distribuées à travers le monde. On estime qu’une quantité significative de gaz naturel reste encore à découvrir.

 Les réserves de gaz naturel

Bien que limitées, ces réserves sont très importantes et les estimations concernant leur taille continuent de progresser à mesure que de nouvelles techniques d’exploration ou d’extraction sont découvertes. Les ressources de gaz naturel sont abondantes et très largement distribuées à travers le monde. On estime qu’une quantité significative de gaz naturel reste encore à découvrir.

Les réserves « prouvées » sont celles qui peuvent être produites avec la technologie actuelle. Les pays de l’ex-Union soviétique et du Moyen-Orient se partagent plus de 70 % des réserves mondiales de gaz naturel (respectivement 32 % et 40 % en 2006). Les réserves mondiales de gaz naturel ont plus que doublé au cours des vingt dernières années et s’élevaient à 181.5 milliers de milliards de mètres cubes fin 2006. Le ratio mondial des réserves prouvées de gaz naturel par rapport à la production à son niveau actuel était supérieur à 63 ans en 2006. Ceci représente le temps restant avant l’épuisement des réserves en supposant que les taux actuels de production soient maintenus.

Les principaux pays producteurs en 2006 étaient la Fédération de Russie et les Etats-Unis avec respectivement 21,3 % et 18,5 % de la production mondiale. A noter que l’Amérique du Nord et l’ex-Union soviétique ont produit 53,6 % de la production globale en 2006. D’autres Etats affichent également une production notable. C’est le cas, par exemple, du Canada (6,5 %), de l’Iran (3,7 %), de la Norvège (3 %), de l’Algérie (2,9 %), du Royaume-Uni (2,8 %), de l’Indonésie (2,6 %), de l’Arabie Saoudite (2,6 %) et des Pays-Bas (2,2 %). Ces dix pays ont représenté ensemble les deux tiers de la production mondiale de gaz naturel en 2006.

La production mondiale totale en 2006 était de 2 865 milliards de mètres cubes, en croissance de 3 % par rapport à l’année précédente. Une croissance supérieure à la moyenne annuelle sur la période 1990-2006 (2,3 %). Une hausse de la production de gaz naturel dans le monde est attendue en raison des projets d’exploration et d’expansion planifiés en anticipation d’une demande future haussière. Chiffres pour 2006 extraits du Statistical Review of World Energy 2007, BP Amoco.

Le gaz naturel représente près du quart de la consommation énergétique mondiale. Cette consommation a considérablement augmenté au cours des 40 dernières années. La consommation mondiale totale a représenté environ 2 850 milliards de mètres cubes en 2006. Les principaux pays consommateurs de gaz naturel en 2006 étaient les Etats-Unis avec 22 % de la consommation totale et la Fédération de Russie, avec 15,1 %. L’Amérique du Nord et l’ex-Union soviétique ont consommé ensemble environ 49 % du gaz naturel. La part de l’Europe (UE 25) dans la consommation totale de gaz naturel était de 16,3 %. Ces trois zones ont compté à elles seules pour près des deux tiers de la consommation globale en 2006. La croissance de la consommation a été de 2,5 % entre 2005 et 2006, avec des taux plus élevés en Asie/Pacifique (6,5 %) et en Afrique (5,5 %). Les principales agences énergétiques mondiales prévoient une progression importante de la demande à travers le monde au cours des vingt prochaines années, croissance qui devrait principalement avoir lieu au sein des pays en développement.