Environnement : le protocole de Carthagène n’avance que sur le papier
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Environnement > Textes du M’PEP > Environnement : le protocole de Carthagène (...)
 

ENVIRONNEMENT : LE PROTOCOLE DE CARTHAGENE N’AVANCE QUE SUR LE PAPIER

Plus récemment, la conclusion en janvier 2000 du Protocole sur la prévention des risques biotechnologiques, dit « Protocole de Carthagène » a été saluée comme un pas important permettant d’encadrer l’industrie des biotechnologies. En particulier, un Etat peut interdire l’importation des semences et d’animaux génétiquement modifiés s’il montre l’existence d’un risque sanitaire ou environnemental. Le texte prévoit la construction d’un registre international des OGM. En théorie, il s’agit d’un outil important, notamment pour les pays en développement qui ne disposent pas de législation sur les biotechnologies. Le Protocole est de même niveau juridique que les accords de l’OMC, cette dernière devant, toujours en théorie, en tenir compte dans ses jugements. Mais dans la pratique, le Protocole pose deux problèmes majeurs : il est incomplet ― les Etats-Unis ont obtenu que les produits transformés contenant des OGM ne soient pas concernés et le texte ne concerne que les mouvements transfrontaliers d’OGM ― et tout indique qu’en l’absence d’organisme d’arbitrage, il soit dans l’impossibilité de s’imposer aux règles de l’OMC. De fait, le Protocole n’est pas utilisé.