Environnement : le protocole de Montreal est le seul exemple concret de réussite relative
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Environnement > Textes du M’PEP > Environnement : le protocole de Montreal est (...)
 

ENVIRONNEMENT : LE PROTOCOLE DE MONTREAL EST LE SEUL EXEMPLE CONCRET DE REUSSITE RELATIVE

Les délégués de 190 pays réunis le 12 septembre 2007 ont salué, 20 ans après la signature du Protocole de Montréal, la réussite du projet, qui se concrétise par un arrêt en 2010 de la production des chlorofluorocarbures (CFC) et une estimation optimiste de la communauté scientifique : la couche d’ozone retrouvera normalement son état de 1980 entre 2055 et 2065. Les politiques de lutte contre « le trou dans la couche d’ozone », qui diminue la filtration des rayonnements ultraviolets nocifs pour l’homme, sont donc un succès du point de vue environnemental.

Pourtant, cette réussite doit être analysée en détail pour éviter les conclusions hâtives. Tout d’abord, l’engagement des Etats-Unis sur la réduction des molécules chlorées dans les aérosols a été pris à la fin des années 70 sous la présidence de James E. Carter, c’est à dire avant l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan. Cette décision est donc antérieure à la contre-révolution néolibérale, et rien n’indique qu’elle eut été possible quelques années plus tard.

Ensuite, les industriels ont su assez vite trouver de nouveaux produits pour remplacer les CFC, ou fabriquer de nouvelles substances sans mettre en péril leurs profits. Selon Greenpeace, l’industrie chimique aurait d’ailleurs procédé à un détournement de protocole en vendant des HFC (hydrofluorocarbones) comme un produit de remplacement, alors que ces produits sont très nocifs pour l’environnement en regard d’autres critères, et notamment celui du changement climatique.

On peut en conclure qu’il est effectivement possible d’obtenir des résultats dans un domaine de pollution, mais que si la préservation des intérêts des puissances financières reste le principal souci, ces avancées ne se feront pas sans effet pervers. Compte-tenu de l’ampleur des mutations qu’il réclame, le dossier du changement climatique pose le problème de façon encore plus claire.