Jean-François Claudon et Julien Guérin, Les jeunes du Ceres de 1971 à 1981, Éditions Bruno Leprince, 2012.
jeudi 5 juillet 2012
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Politique > Idéologies > Jean-François Claudon et Julien Guérin, Les (...)
 

Les jeunes du Ceres de 1971 à 1981

Auteurs : Jean-François Claudon et Julien Guérin

Edition : Bruno Leprince, 2012



Dans la décennie qui suit la grève générale de mai 1968, toute la jeunesse militante reste en ébullition et (se) manifeste sur tous les fronts. Au refus de la guerre du Vietnam, à l’enthousiasme pour la construction du socialisme dans le Chili d’Allende, s’ajoutent des discussions brûlantes sur l’Union de la gauche, ainsi que sur les luttes féministes et le combat antimilitariste. Les mouvements de grève dans les universités, les polémiques sur la reconstruction du syndicalisme étudiant, provoquent aussi des débats enflammés.
Créé à la fin des années 1960, le CERES, qui compte alors dans ses rangs un grand nombre de jeunes, fait souffler ce vent révolutionnaire et contestataire à l’intérieur du Parti Socialiste refondé en 1971 à Épinay. À la tête des Jeunesses Socialistes de 1971 à 1975, puis animateurs d’un courant étudiant très actif jusqu’en 1981, les jeunes du CERES portent une voix originale dans le mouvement socialiste. Tournant le dos aux ornières de la social-démocratie, au triomphalisme gauchiste de l’après-68 et à la chape de plomb du stalinisme, ces jeunes incarnent un socialisme marxiste et démocratique fidèle à l’héritage révolutionnaire et aux enseignements de Jean Jaurès, tout en étant ouvert aux bouleversements sociaux et culturels issus de la génération 68.
Cet ouvrage entend faire revivre ces riches années et démontrer que le corpus idéologique du CERES, qui a puissamment contribué à la victoire de la gauche unie, est encore largement d’actualité plus de 30 ans après la victoire de 1981.