Kenneth Pomeranz, Une grande divergence, la Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, Albin Michel, 2010.
samedi 6 août 2011
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Economie > Kenneth Pomeranz, Une grande divergence, la (...)
 

Une grande divergence, la Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale,

Auteur : Kenneth Pomeranz,

Éditions : Albin Michel, 2010.


Présentation de l’éditeur

La supériorité de l’économie européenne sur celle de la Chine a longtemps fait figure d’évidence, en particulier chez les historiens occidentaux. Au moment où l’actualité proclame ce qu’il y avait de transitoire dans cette suprématie, le livre de Kenneth Pomeranz pose la question de son caractère inéluctable. Récusant l’idée qu’une telle hiérarchie soit à chercher dans les civilisations elles-mêmes, il s’interroge sur la manière dont chacune a su résoudre les problèmes économiques, écologiques et géopolitiques posés par les processus de développement et par l’essor de l’industrie. C’est toute l’histoire de la mondialisation de l’économie depuis 1750 qui fait ici l’objet d’un nouvel examen, remettant en cause bien des idées reçues, tant sur l’Europe que sur la Chine, l’Inde ou les deux Amériques. On comprend ainsi que c’est l’inégale allocation géographique des ressources en charbon et la conquête du Nouveau Monde qui ont donné l’impulsion finale à l’économie européenne.
Dès sa parution en 2000, Une grande divergence a soulevé chez les historiens et économistes du monde entier un débat qui est loin d’être clos sur la naissance d’une économie globalisée. Sa traduction permettra aux lecteurs français de mesurer l’importance d’un livre unique, tant par sa perspective effectivement mondiale que par l’ampleur de son information et l’originalité de ses thèses.

Biographie de l’auteur

Historien, spécialiste de la Chine moderne (XIXe-XXe s.), Kenneth L. Pomeranz est professeur au département d’histoire de l’Université de Californie, à Irvine.