LEVER LA VOIX FACE AU MASSACRE PERPETRE A GAZA
dimanche 3 août 2014
Auteur : par webmaster

Le M’PEP approuve l’appel lancé par l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin et condamne l’attitude du gouvernement français.

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 19 réactions
 
Accueil > Analyses et propositions > International > Moyen-Orient > Textes d’origines diverses > LEVER LA VOIX FACE AU MASSACRE PERPETRE A (...)
 

LEVER LA VOIX FACE AU MASSACRE PERPETRE A GAZA

Par Dominique de Villepin, ancien Premier ministre, texte diffusé par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 3 août 2014.

Le M’PEP approuve l’appel lancé par l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin et condamne l’attitude du gouvernement français.

Lever la voix face au massacre qui est perpétré à Gaza, c’est aujourd’hui, je l’écris en conscience, un devoir pour la France, une France qui est attachée indéfectiblement à l’existence et à la sécurité d’Israël mais qui ne saurait oublier les droits et devoirs qui sont conférés à Israël en sa qualité d’État constitué. Je veux dire à tous ceux qui sont tentés par la résignation face à l’éternel retour de la guerre qu’il est temps de parler et d’agir. Il est temps de mesurer l’impasse d’une France alignée et si sûre du recours à la force. Pour lever le voile des mensonges, des omissions et des demi-vérités. Pour porter un espoir de changement. Par mauvaise conscience, par intérêt mal compris, par soumission à la voix du plus fort, la voix de la France s’est tue, celle qui faisait parler le général de Gaulle au lendemain de la guerre des Six-Jours, celle qui faisait parler Jacques Chirac après la deuxième intifada. Comment comprendre aujourd’hui que la France appelle à la « retenue » quand on tue des enfants en connaissance de cause ? Comment comprendre que la France s’abstienne lorsqu’il s’agit d’une enquête internationale sur les crimes de guerre commis des deux côtés ? Comment comprendre que la première réaction de la France, par la voix de son président, soit celle du soutien sans réserve à la politique de sécurité d’Israël ? Quelle impasse pour la France que cet esprit d’alignement et de soutien au recours à la force.

Je crois que seule la vérité permet l’action. Nous ne construirons pas la paix sur des mensonges. C’est pour cela que nous avons un devoir de vérité face à un conflit où chaque mot est piégé, où les pires accusations sont instrumentalisées.

L’État israélien se condamne à des opérations régulières à Gaza ou en Cisjordanie, cette stratégie terrifiante parce qu’elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante parce qu’elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire.

Ayons le courage de dire une première vérité : il n’y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l’occupation et encore moins un droit au massacre. Il y a un droit à la paix qui est le même pour tous les peuples. La sécurité telle que la recherche aujourd’hui Israël se fait contre la paix et contre le peuple palestinien. En lieu et place de la recherche de la paix, il n’y a plus que l’engrenage de la force qui conduit à la guerre perpétuelle à plus ou moins basse intensité. L’État israélien se condamne à des opérations régulières à Gaza ou en Cisjordanie, cette stratégie terrifiante parce qu’elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante parce qu’elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire. C’est la spirale de l’Afrique du Sud de l’apartheid avant Frederik De Klerk et Nelson Mandela, faite de répression violente, d’iniquité et de bantoustans humiliants. C’est la spirale de l’Algérie française entre putsch des généraux et OAS face au camp de la paix incarné par de Gaulle.

Il y a une deuxième vérité à dire haut et fort : il ne saurait y avoir de responsabilité collective d’un peuple pour les agissements de certains. Comment oublier le profond déséquilibre de la situation, qui oppose non deux États, mais un peuple sans terre et sans espoir à un État poussé par la peur ? On ne peut se prévaloir du fait que le Hamas instrumentalise les civils pour faire oublier qu’on assassine ces derniers, d’autant moins qu’on a refusé de croire et reconnaître en 2007 que ces civils aient voté pour le Hamas, du moins pour sa branche politique. Qu’on cite, outre les États-Unis, un seul pays au monde qui agirait de cette façon. Même si les situations sont, bien sûr, différentes, la France est-elle partie en guerre en Algérie en 1995-1996 après les attentats financés par le GIA ? Londres a-t-elle bombardé l’Irlande dans les années 1970 ?

Troisième vérité qui brûle les lèvres et que je veux exprimer ici : oui il y a une terreur en Palestine et en Cisjordanie, une terreur organisée et méthodique appliquée par les forces armées israéliennes, comme en ont témoigné de nombreux officiers et soldats israéliens écœurés par le rôle qu’on leur a fait jouer. Je ne peux accepter d’entendre que ce qui se passe en Palestine n’est pas si grave puisque ce serait pire ailleurs. Je ne peux accepter qu’on condamne un peuple entier à la peur des bombardements, à la puanteur des aspersions d’« eau sale » et à la misère du blocus. Car je ne peux accepter qu’on nie qu’il y a quelque chose qui dépasse nos différences et qui est notre humanité commune.

Il n’y a aujourd’hui ni plan de paix, ni interlocuteur capable d’en proposer un. Il faut tout reprendre depuis le début. Le problème de la paix, comme en Algérie entre 1958 et 1962, ce n’est pas « comment ? », c’est « qui ? ». Il n’y a pas de partenaire en Palestine car les partisans de la paix ont été méthodiquement marginalisés par la stratégie du gouvernement d’Israël. La logique de force a légitimité hier le Hamas contre le Fatah. Elle légitime aujourd’hui les fanatiques les plus radicaux du Hamas voire le Djihad islamique. Se passer de partenaire pour la paix, cela veut dire s’engager dans une logique où il n’y aurait plus que la soumission ou l’élimination.

Il n’y a plus de partenaire pour la paix en Israël car le camp de la paix a été réduit au silence et marginalisé. Le peuple israélien est un peuple de mémoire, de fierté et de courage. Mais aujourd’hui c’est une logique folle qui s’est emparée de son État, une logique qui conduit à détruire la possibilité d’une solution à deux États, seule envisageable. La résignation d’une partie du peuple israélien est aujourd’hui le principal danger. Amos Oz, Zeev Sternhell ou Elie Barnavi sont de plus en plus seuls à crier dans le désert, la voix couverte par le vacarme des hélicoptères.
Il n’y a plus non plus de partenaire sur la scène internationale, à force de lassitude et de résignation, à force de plans de paix enterrés. On s’interroge sur l’utilité du Quartette. On désespère de la diplomatie du carnet de chèques de l’Europe qui se borne à payer pour reconstruire les bâtiments palestiniens qui ont été bombardés hier et le seront à nouveau demain, quand les États-Unis dépensent deux milliards de dollars par an pour financer les bombes qui détruisent ces bâtiments.

Face à l’absence de plan de paix, seules des mesures imposées et capables de changer la donne sont susceptibles de réveiller les partenaires de leur torpeur. C’est au premier chef la responsabilité de la France.

Le premier outil pour réveiller la société israélienne, ce sont les sanctions. Il faut la placer devant ses responsabilités historiques avant qu’il ne soit trop tard, tout particulièrement à l’heure où il est question d’une opération terrestre de grande envergure à Gaza. Cela passe par un vote par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution condamnant l’action d’Israël, son non-respect des résolutions antérieures et son non-respect du droit humanitaire et du droit de la guerre. Cela signifie concrètement d’assumer des sanctions économiques ciblées et graduées, notamment pour des activités directement liées aux opérations à Gaza ou aux activités économiques dans les colonies. Je ne crois guère aux sanctions face à des États autoritaires qu’elles renforcent. Elles peuvent être utiles dans une société démocratique qui doit être mise face aux réalités.

Le deuxième outil, c’est la justice internationale. L’urgence aujourd’hui, c’est d’empêcher que des crimes de guerre soient commis. Pour cela, il est temps de donner droit aux demandes palestiniennes d’adhérer à la Cour pénale internationale, qui demeure aujourd’hui le meilleur garant de la loi internationale. C’est une manière de mettre les Territoires palestiniens sous protection internationale. Le troisième outil à la disposition de la communauté internationale, c’est l’interposition. À défaut de pouvoir négocier une solution, il faut l’imposer par la mise sous mandat de l’ONU de Gaza, de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, avec une administration et une force de paix internationales. Cette administration serait soumise à de grands périls, du côté de tous les extrémistes, nous le savons, mais la paix exige des sacrifices. Elle aurait vocation à redresser l’économie et la société sur ces territoires par un plan d’aide significatif et par la protection des civils. Elle aurait également pour but de renouer le dialogue interpalestinien et de garantir des élections libres sur l’ensemble de ces territoires. Forte de ces résultats, elle appuierait des pourparlers de paix avec Israël en en traçant les grandes lignes.

Nous n’avons pas le droit de nous résigner à la guerre perpétuelle. Parce qu’elle continuera de contaminer toute la région. Parce que son poison ne cessera de briser l’espoir même d’un ordre mondial. Une seule injustice tolérée suffit à remettre en cause l’idée même de la justice.

Dominique de Villepin


Répondre à cet article

Forum de l'article  -23 Messages

  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    3 août 2014 13:48, par Redon

    C’est bien de la part de Villepin, mais on aurait aimé la même réaction quand Sarkozy a attaqué la Libye sans motif de défense de la France.
    Rappelons que Gaza fait 86km sur 10km et quand bien même le Hamas voudrait se dégager, il y a 1,8 millions d’habitants dans ce mouchoir de poche et l’attitude d’Israël qui justifie les bombardements en disant que le Hamas se sert de la population comme bouclier humain est d’un cynisme et d’une cruauté jamais atteinte à ce jour. Étonnant qu’à part les pays d’Amérique du Sud, aucun boycott des occidentaux ni rappel des ambassadeurs. Nous participons de ce fait au massacre.

    repondre message


    • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza
      4 août 2014 13:49, par G.GONTIER

      Hamas se sert de la population comme bouclier humain
      Il faut admettre que cela est vrai ce qui ne justifie pas de l’horreur du massacre
      des civils et des enfants par Israël et d’une absence de résolution pacifique des événements.Il est une autre question qu’il faut ce poser,d’ou vient l’argent qui permet au Hamas de construire ses tunnels et s’armer comme il le fait ?Je me suis laissé à lire par une presse non moins bien informée que les autres que la main et les dollars du Quatar n’y était pas pour rien.Car ses tunnels avaient bien à terme un objectif précis.Pour le reste nous sommes d’accord.Respect aux innocents et vie aux femmes et enfants

      repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    3 août 2014 14:46, par JONATHAN Michel

    je me sens honteux de ne pouvoir agir. Comment est-ce possible que la France reste ainsi muette. Je suis conscient du danger créé par l’exaspération des uns, la soumission des autres quel que soit leur appartenance. Il nous faudrait être nous-mêmes honnêtes de la création de l’État d’Israël au lendemain de 1945, de citoyens qui ont fui l’Europe pour ne plus craindre leur extermination et aujourd’hui exterminent leurs voisins par crainte de ne plus exister. Il fallait que cet État soit laïc ou ne soit pas, ce qui n’empêchait pas la pratique de culte de chaque citoyen dans le respect et la tolérance de l’autre. Voilà à quoi mène l’ignorance du passé. Rien ne s’acquiert par la force. Pas de communautarisme, ce qui ne signifie pas renoncer à sa culture. Il y a tout à repenser dans cette région mais déjà il nous faut nous mobiliser pour arrêter ce massacre ne serait-ce qu’en stigmatisant les "criminels" fournisseurs d’armes de part et d’autre, dont on ne parle jamais, avec des sanctions pénales immédiates et sévères à toute entrave. Aujourd’hui où tout peut être visionné depuis l’espace, il me paraît invraisemblable que nous ne soyons pas à même de prévenir tout débordement. Quant à calmer les "ultras extrémistes" il nous faut les pointer du doigt sans ménagement via nos médias en dénonçant leurs appels à la haine de l’autre,ce sont eux-mêmes des criminels qui s’ignorent. Si non il n’y aura aucune fin.
    Quant à s’interposer par la force .... j’estime que la force pour contrecarrer la violence n’est pas bonne conseillère. Alors il nous reste un devoir civique de ... leur enseigner et leur rappeler ...l’histoire

    repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    3 août 2014 15:32, par Yves MICHEL

    Ah, bien ! Je relaie dans mes réseaux.
    Yves MICHEL

    repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    3 août 2014 15:39, par SARAH

    Bonjour,
    Je viens de lire l’article de Mr DE VILLEPIN et cela fait vraiment plaisir de voir qu’il y a encore de l’humanité dans certains hommes politiques car, ce gouvernement de "gauche" n’a même pas condamné fermement l’Etat criminel d’Israël et même notre Président mou a été dans cette affaire très infâme et injuste.
    Aux Nations Unies il a fait voter l’abstention ce qui est scandaleux !
    En fait, il cautionne les massacres à Gaza commis par l’armée israëlienne.
    J’ai honte pour notre pays qui se dit défenseur des droits de l’homme et de la démocratie.
    On a vraiment l’impression qu’il y a 2 poids et 2 mesures et cela dure depuis trop longtemps.
    De toute façon, cela se fera ressentir aux prochaines élections et à mon avis les socialistes vont encore se ramasser une "râclée" !

    repondre message


  • Comment dit-on D’ACCORD à REDON ?????

    repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    3 août 2014 17:15, par Maricam

    Exhaustif.
    Merci.
    Il existe encore des hommes d’honneur qui pensent et qui osent parler.
    Le problème est la surdité
    la SURDITE
    la SUR-DI-TE !!!!!

    repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    3 août 2014 17:49, par citoyenne lambda

    Le texte de Dominique de Villepin a l’immense mérite d’être le premier émanant de la "classe politique" actuellement au pouvoir (PS, bien peu différent de l’UMP) -non, je ne suis pas membre du FN, loin de là ! - mais il y a le court terme : les bombardements incessants, le génocide engagé (la solution finale ?) et en cela, on peut espérer que la lettre de M.de Villepin aura plus de poids que les milliers de manifestants dans toute l’Europe qui crient leur désespoir, leur indignation ! MAIS, il y a le moyen et le long terme : la Palestine a non seulement le droit d’avoir un état mais elle a le droit d’avoir un état viable, et là il va bien falloir que l’Etat israëlien accepte de se soumettre au droit international, qu’il accepte de décoloniser, qu’il accepte d’être un Etat comme un autre, il n’y a aucun droit exceptionnel à lui accorder, les décideurs du massacre doivent payer et vite, avant qu’il ne soit trop tard !

    repondre message


  • C’est bien que le MPEP relaie De Villepin, personne à gauche n’écrit aussi bien !

    repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    3 août 2014 19:17, par Urbaniak Chantal

    La solution des deux États ????
    J’en entends parler depuis des décennies. Les accords d’Oslo ont abouti à l’intensification de la colonisation de la Cisjordanie. La Cisjordanie est aujourd’hui recouverte de colonies, elle est délimitée par le mur de séparation qui a détruit de nombreux villages. Les villes palestiniennes de Cisjordanie sont des enclaves encerclées de colonies et difficilement accessibles à cause des check-points, certains-es emploient le terme de bantoustans pour les qualifier. Où donc allez-vous créer un État souverain et viable ?
    Pour ma part, je préconise la solution d’un seul État laïque et démocratique qui reconnaît les mêmes droits à tous ses citoyens et toutes ses citoyennes sans distinction d’origine, de confession ou pas de confession. Cette solution était celle qui figurait dans la charte constitutive de l’OLP (mais qui a été abandonnée par la suite), elle est toujours la solution du Front Populaire de Libération de la Palestine et elle est également défendue par Ali Abunimah ( http://electronicintifada.net/ )...Solution qui relève de l’utopie ? En tout cas, la solution à deux États n’a jamais été réalisée et n’a jamais indiqué le sort qui serait réservé aux millions de réfugiés-ées palestiniens-ennes qui vivent en dehors de la Palestine et qui réclament leur droit au retour.
    Chantal Urbaniak

    repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    3 août 2014 19:24, par Barb’

    Pour ma part, c’est le fait de demander l’arbitrage de l’ONU, des gouvernements dont le gouvernement français -qui la composent par ailleurs- d’instances internationales (tribunal...)qui pose problème et mène à l’impasse depuis 1947 pour le cas de la Palestinenotamment.

    L’espoir réel est dans la multiplication dans le monde entier de manifestations de colère des peuples avec leurs organisations y compris aux USA et en Israël-même comme cela se développe depuis le début du carnage, exigeant l’arrêt des bombardements et dénonçant les complicités des uns et des autres.

    C’est la levée de voix des peuples, faisant trembler les gouvernements qui peut inverser cette barbarie.

    J’ajoute que la solution d’un seul État démocratique, laïque, assurant l’égalité en droit des 2 peuples , voie permettant la paix et la justice en Palestine devra s’imposer par en bas, par les peuples, sans mandat de l’ONU ou de quelque instance internationale constituée par les complices des bourreaux.

    N’est-ce pas de cela qu’il faut discuter pour tout de suite et pour demain ?

    Aidons à amplifier la colère unie des peuples qui monte et inquiète les gouvernements.

    Barb’

    repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    3 août 2014 20:40, par gibaud gerard

    Lorsque Tsahal aura debusque le dernier tunnel,détruit le dernier missile ,désarmé le dernier feddayin de sa kalachnikoff,erradique le sol du dernier cailloux suspect d’intifada ,totalement encerclé gaza de son mur de la honte ,tant qu’il restera un enfant pour hurler " Ami ,je’’ veux de la poudre et des balles ! " son gouvernement ne s’estimera jamais en mesure d’ "octroyer " une paix a sa convenance !
    Que de desespoir et de regression depuis que les intégristes " fous de dieu " et autres colons obsedes par le rejet a la mer du dernier Gazaoui , ont suscite et acclamé l’assassinat de Rabin !
    Comment peut-on être antisémite en constatant qu’il n’y a pas de "peuple élu" et que tout banalement aucun n’est exempt d’un " ventre fecond d’où sortent les bêtes immondes". ?

    repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    4 août 2014 00:19, par Laurent

    Très bonne prise de position, la seule qui vaille dans ce conflit asymétrique !

    repondre message


  • C’est un véritable génocide d’Israël contre le peuple de Gaza et les puissants de ce monde cautionnent ce massacre par leur mollesse au lieu de réagir contre Netanyahou .Merci à Mr De Villepin qui a le courage de dire la vérité.Honte à tous ceux qui ne font rien ,aussi bien le gouvernement français que le président Obama et tous les autres lâches de ce monde.Comment peut-on faire partie des puissants de ce monde et laisser des enfants mourir ainsi ,sous leurs yeux ,sans prendre des mesures pour arrêter ce massacre !!?

    repondre message


  • Bravo, tout est dit et tellement bien dit, mais je doute que des sanctions soient possibles car tout se passe, actuellement, comme si Israël était devenu le 51 eme état des États Unis

    repondre message


    • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza
      4 août 2014 12:07, par jipi69

      ce qu’il faut bien se mettre dans la tête (si on ne fait rien) ...le peuple Juif pour être libéré au moment de la fin des temps qui vont arriver prochainement et rapidement...il faut que TOUS les Juifs du monde soient sur place dans leur état, la terre promise. Le pire c’est qu’ils y croient ferme, et c’est pour cela qu’ils préparent le RETOUR sur place de millions de gens.
      pour les accueillir, vous vous doutez bien qu’il faut de la place, beaucoup de place ! d’où la colonisation effrénée qu’il opèrent, et qu’on essai avec de piètres "résolutions onusiennes" de freiner !
      et aussi le NON retour des palestiniens qui sont dans des camps de réfugiées aux frontières. y’aurait pas de place pour tout le monde au "Paradis" ?
      Il faut aussi beaucoup d’argent pour les armes, pour les arrivées de tous ces gens, et la diaspora intervient avec des fondations en tous genres, surtout remplies effectivement par les membres fortunés des USA, voila, ce n’est pas le 51eme état, mais les "lobbying" sont hyper puissants
      CQFD

      JIPI

      repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    4 août 2014 08:59, par Philippe

    Bonjour.C’est rassurant de se rendre compte que quelqu’un comme de Villepin pense cela,et c’est bien de l’écrire, mais comment se fait-il que le gouvernement français(et d’autres ),ne condamne pas ces atrocités, et n’utilise pas les propositions de de Villepin pour essayer d’enrayer cela ? Aurait-on affaire à des incapables ou à des gens d’une telle inhumanité qu’ils sont indignes de représenter le peuple ?

    repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    4 août 2014 10:52, par Cima Raymond

    "Comment comprendre que la France s’abstienne... Comment comprendre que la première réaction de la France, par la voix de son président..."
    Rien n’est plus simple à comprendre, la France étant devenue, de facto, une colonie des Etats-Unis !

    repondre message


    • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza
      4 août 2014 13:26, par G.GONTIER

      C’est bizarre votre message est passé pas le mien.Peut être que le l’expression faux cul concernant nos gouvernementaux n’a pas plus.Moi j’écrivais que nous étions aux services d’Israël entre autres joyeusetés

      repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    4 août 2014 15:08, par Jacques Visoz

    Bravo, et merci à mpep de ne pas hésiter à relayer la" bonne parole" d’où qu’elle vienne ...continuez dans ce sens .
    Amitiés citoyennes.
    Jacques Visoz.

    repondre message


  • Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza

    4 août 2014 18:18, par Alain Brachet

    Bonjour,
    La position du gouvernement français devrait être, dans ses grandes lignes, celle exprimée par Villepin. On remarque le silence qui fait suite (dans les médias, dans les déclarations des hommes politiques « de gauche » et même de droite) à cette intervention ?
    J’ai noté quelques points des propos de Villepin qui mériteraient d’être plus particulièrement mis en exergue :
    « …s’engager dans une logique où il n’y aurait plus que la soumission ou l’élimination »
    « … pas le droit de se résigner à la guerre perpétuelle »
    Soumission, élimination, guerre perpétuelle sont appliqués par Israël avec l’assentiment des puissances occidentales, sous la houlette des USA. N’y a-t-il pas là, plus généralement, les signes avant-coureurs de la doctrine actuelle de ce capitalisme devenu furieux, à l’égard de toute nation ou état qui ne fera pas obédience ? Si cet avenir prend corps, vers quelles catastrophes terrifiantes allons-nous ? Israël est en somme l’expérimentateur qui teste la méthode, au profit de tout ce monde qui observe les résultats…en même temps que le bastion avancé, en ce point crucial de la planète, de cet impérialisme. Cet aspect – que je crois fondamental - est évacué par Villepin qui n’évoque, comme explication du comportement d’Israël, qu’un « état poussé par la peur ». C’est un peu court…
    Quant à la solution du problème spécifique posé par Israël et Palestine, je suis d’accord avec Chantal Urbaniak. Mais la difficulté pour appliquer cette solution vient de loin (Balfour ?). L’occident impérialiste n’a jamais voulu résoudre le problème, notamment quand il était encore temps, et a laissé volontairement s’accumuler tout ce qui pouvait contrarier ce schéma de solution juste. Il s’agit de rendre irréversible l’installation d’Israël, qui implique celle du « Grand Israël », pour lui conférer sa pleine puissance locale. Ce qui nécessite évidemment d’éliminer Palestine et Palestiniens de la région. Revenir en arrière est de plus en plus difficile, mais Villepin indique – c’est à son honneur – un élément important de la solution : « Le premier outil pour réveiller la société israélienne ce sont les sanctions ». Pour les mettre en œuvre, il faut autre chose qu’un Ban Ki Moon, qu’un Hollande et qu’un Obama ! C’est une raison de plus pour que la France s’oriente vers un « socialisme du 21ème siècle » en faisant craquer les organisations supranationales, qui contrecarrent de plus en plus cette velléité (UE, OTAN, OMC…). Elles sont là pour bloquer (par tous les moyens… exemple de la Palestine actuellement) toutes les volontés d’indépendance des peuples. Mais en attendant, il faut manifester son soutien à la Palestine martyrisée… et la condamnation d’Israël et du gouvernement français, complice.

    repondre message


  • soutien a ce texte relayé par le mpep evidement !sans oublier l appartenance de mr villepin !Pour un etat Palestinien !!!!et l arret de la dictature israelienne !!!!

    repondre message

Haut de la page