La France doit contribuer à accueillir des réfugiés victimes de la politique de l’OTAN et de l’Union européenne.
lundi 21 septembre 2015
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 11 réactions
 
Accueil > Actualité > Communiqués > La France doit contribuer à accueillir des (...)
 

LA FRANCE DOIT CONTRIBUER A ACCUEILLIR DES REFUGIES VICTIMES DE LA POLITIQUE DE L’OTAN ET DE L’UNION EUROPEENNE

Par le Parti de l’émancipation du peuple (ex-M’PEP).

Le 21 septembre 2015.

Le Parti de l’émancipation du peuple considère que la France doit prendre toute sa part à l’accueil de réfugiés en France. C’est la tradition et l’identité de la France que d’offrir protection et accueil aux victimes des guerres et des persécutions. C’est son devoir, c’est le respect de ses engagements auprès de l’ONU. Dans un passé encore récent, nos aînés, dans un contexte tout aussi dramatique, ont accueilli les réfugiés espagnols et italiens fuyant les régimes fascistes, ainsi que tous ceux qui, en Europe, fuyaient le nazisme. Précisons que leur accueil, par les autorités publiques, comme pour les Républicains espagnols, s’est parfois réalisé dans des conditions scandaleuses, dans de véritables camps d’internement. La Syrie s’est vidée d’une grande partie de sa population à cause de la guerre ; face à cet évènement d’une ampleur rarement égalée dans l’histoire, la France doit faire revivre la tradition humaniste et de solidarité internationale de notre pays.

Le Parti de l’émancipation du peuple s’insurge contre le double discours de l’UE et du gouvernement français. Ces derniers ont largement participé à la politique de déstabilisation et de pillage décidée par l’OTAN, des pays d’où viennent les réfugiés : l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, maintenant la Syrie … Ils se posent maintenant comme les chevaliers blancs de l’humanitaire voire de l’humanisme. Toute cette mise en scène autour du volet humanitaire de la question migratoire éloigne les regards des vraies causes et des vrais responsables des migrations vers l’UE. Ainsi les grands médias reprennent l’expression de « crise des migrants » quand il s’agit d’accueillir 600.000 réfugiés sur tout le territoire de l’UE, sans jamais rappeler que les pays du Moyen-Orient en accueillent la majorité (1,2 million en 2014 pour le Liban qui compte 4,2 millions d’habitants !). L’expansionnisme des États-Unis, soutenus par les pays de l’OTAN et l’UE, passe par la prise en main de tous les États qui ne coopèrent pas avec le monde de l’Occident. Après avoir fabriqué le djihadisme pour lutter contre l’URSS, l’Occident a volontairement laissé se construire et avancer l’état islamique (Daesh).

L’Allemagne oublie de rappeler qu’il lui faut compenser son grave déficit démographique par l’accueil d’une main-d’œuvre, si possible mieux formée et plus instruite que les travailleurs turcs. En apparaissant comme un pays généreux, elle occulte les ignominies faites à la Grèce. On voit d’ailleurs que cette générosité a des limites puisque l’Allemagne, assumant sa souveraineté, vient de fermer ses frontières ce que l’on peut parfaitement comprendre.

En France, monter une partie du peuple contre l’autre et exciter la fraction la plus raciste et la plus réactionnaire de l’électorat du Front national semblent être la finalité du discours politique sur l’immigration. Avec 3 millions de mal ou pas logés, plus de 5 millions de chômeurs et des millions de pauvres et précaires, la France annonce qu’elle va faire des efforts pour les réfugiés alors qu’elle ne les fait pas pour toute une partie de sa population qui s’enfonce dans la précarité. Le Front national a alors beau jeu de faire écho au sentiment d’injustice que suscite cette décision parmi les plus précaires.

La politique d’accueil des réfugiés doit obligatoirement s’inscrire dans une politique économique et sociale progressiste afin de ne pas susciter de réactions de rejet. Sur le plan international, il faut à la fois accueillir des réfugiés et, en même temps, agir pour que les causes des migrations cessent. Pour cela, il faut respecter la souveraineté des peuples et mettre un terme à toutes les ingérences qui ont démontré leur pouvoir déstabilisateur en Afrique et au Moyen-Orient.

La crise des migrants et l’aggravation de la fracture sociale dans les États occidentaux ont exactement la même cause : la politique menée par les classes dirigeantes occidentales dominées par les États-Unis et leur complice, l’Union européenne. Le Parti de l’émancipation du peuple accuse ce système : il est responsable de la pauvreté qui sévit à l’intérieur des pays européens et de la crise humanitaire à la périphérie ou dans d’autres continents. Cette mondialisation, avec son système du libre-échange, est mortifère. Il faut démondialiser, sortir de l’euro, de l’Union européenne et de l’OTAN !


Répondre à cet article

Forum de l'article  -18 Messages

  • C’est aussi que la France a été à l’origine de la déstabilisation de ce pays, comme pour d’autres, qu’elle continue dans cette même voie. Il est donc normal, outre l’aspect humanitaire bien légitime, qu’elle assume les conséquences de ses actes.
    On peut même se demander si toutes ces opérations ne seraient pas préméditées afin
    de recevoir les éléments indispensable à une baisse du coût du travail.
    Enfin, il est curieux de constater que l’on ne parle plus de la dette en cette triste période. Nos gouvernants auraient donc trouvé une solution ?

    repondre message


    • Bonjour,

      Je viens de me désabonner de votre lettre de diffusion, là je ne suis pas du tout d’accord avec le fait d’accueillir des "réfugiés", je m’explique : seulement 25 % seraient des réfugiés, 95 % des nouveaux arrivants sont des hommes... DAESH dit avoir envoyé 4000 hommes en europe, cela donne tout de même à réfléchir. Qui paie les voyages et toute cette logistique ?

      Déjà les grandes entreprises comme AIR LIQUIDE (elle n’est pas la seule) se propose de recruter des "réfugiés" alors qu’elle vient de licencier. Ce qui fait que le peuple français va payer pour les agissements des politiques "français" asservis à autre chose qu’à leur peuple et à l’OTAN et à l’UNION EUROPEENNE, allez chercher Sarko, lui seul est responsable des signatures, il doit en répondre aujourd’hui, Hollande ne fait que poursuivre la feuille de route.

      J’ai décidé de ne plus voter, tout ceci n’est qu’une mascarade, cette migration est décidée depuis longtemps pour organiser le chaos en france... avec le choc des civilisations.

      Regardez du côté de la politique mondialiste, du métissage et des délires de Kalergi "Dans son livre « Praktischer Idealismus », Kalergi déclare que les habitants des futurs »Etats Unis d’Europe » ne seront plus les peuples originaires du Vieux Continent, mais plutôt une sorte de sous-humanité bestiale issue de mélanges raciaux. Il affirmait, sans demi-mesure, qu’il était nécessaire de « croiser » les peuples européens avec les Asiatiques et les Noirs, pour créer un troupeau multi-ethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer pour les élites au pouvoir.

      « L’homme du futur sera de sang mêlé. La future race eurasiato-negroïde, très semblable aux anciens Egyptiens, remplacera la multiplicité des peuples".

      Qui servez-vous ?

      Bonnes recherches.

      repondre message


    • Accueillir des réfugiés, pourquoi pas, qu’ils viennent de Syrie ou, pour l’essentiel, de camps en Turquie, ceux qu’Erdogan essaye apparemment de vider (en prévision d’un arrêt des subventions pour les faire fonctionner ?).
      Mais le plus important serait que la France, qui a effectivement fait beaucoup de mal à la Syrie comme le précise l’association SOS chrétiens d’Orient, cesse d’y stimuler la guerre et le chaos.
      Lancés pour le compte d’on ne sait qui, les bombardements ’ciblés’ de F. Hollande vont évidemment détruire, tuer, accroître le flux de fugitifs. Et sans doute faire disparaître les traces de son forfait depuis quatre ans : l’utilisation de mercenaires jihadistes pour déstabiliser un pays ex-ami, ex-souverain... Crime devant l’ONU, voire la CPI si celle-ci devait juger les gendarmes du monde et leurs auxiliaires.

      repondre message


  • Continuez comme ça et vous allez avoir un gouvernement autoritaire au pouvoir.
    s’il n’y avait que les réfugiés syriens, mais ils sont une minorité parmi ceux qui arrivent.
    Quand allez vous comprendre que ces arrivées massives ne dérangent en rien les dirigeants.
    Ça fait 40 ans qu’ils en réclament.Des millions travaillent au noir.les inspecteurs du travail sont débordés et pas soutenus.le code du travail est remis en question. Hasard ?
    Tout est fait pour diviser le peuple. Les innombrables attaques des racailles( appelons un chat, un chat.)ont été longtemps excusés , elles sont toujours minimisées .’D’ après vous, pourquoi ? Ne serait-ce pas pour monter les gens les uns contre les autres ?
    Vous parles, a juste titre ,de la responsabilité de nos gouvernements sur les guerres du moyen-orient et de notre devoir de recueillir des réfugiés. Donc n’étant en rien responsable de ce qui arrive , vous êtes prêt a pallier toutes les saloperies de ces gouvernements. Jusqu’à quand ?Au risque de toujours plus approfondir le fossé entre les communautés. Ce qui est le but des gens d’en haut. Ça n’est pas par la charité chrétienne que l’on va régler les problèmes du monde !

    repondre message


  • Aux comparaisons avec les Espagnols Républicains, les Italiens fuyant le fascisme, les autres le nazisme, faudrait aussi rajouter ceux qui fuyaient les dictatures communistes pour être un peu objectif.

    On peut dire tout ce que l’on veut, accueillir ceux qui fuient une guerre à laquelle ils ne veulent pas être mêlés pour des raisons qui ne sont certainement pas toutes du même niveau est sans doute humaniste, solidaire, etc.
    Reste qu’une fois ici, qu’est-ce qu’on fait de dizaines de milliers de personnes ? Comment faire accepter qu’on arrive à dégager des sommes importantes, qu’on arrive à trouver des logements alors qu’il y a des millions de chômeurs et des dizaines de milliers de sans-abris déjà présents ? Quand on entend dire que les immigrants sont une richesse pour notre pays, cela veut dire que nos millions de chômeurs ne le sont pas. Ce serait des personnes qualifiées, certaines plus qualifiées que nos chômeurs ! Mais pourquoi ne qualifions-nous pas nos chômeurs à ce compte-là ?
    Après avoir déstabilisé ces pays, piller leurs ressources naturelles, voici qu’au final on pille leur ressources humaines.
    C’est facile de dire que "la politique d’accueil des réfugiés doit obligatoirement s’inscrire dans une politique économique et sociale progressiste afin de ne pas susciter de réactions de rejet" c’est totalement vrai, mais cette politique n’est pas celle en vigueur actuellement. Alors qu’est-ce qu’on fait ? À partir du moment où on constate que les conditions économiques et sociales rêvées sont absentes et qu’elles ne risquent pas d’être présentes dans un futur proche, faut-il continuer à réclamer une contribution qui dans les conditions actuelles ne fera que le lit du FN ? Où afficher clairement que cet accueil ne peut se faire que si le système de développement change, ce qui revient à dire que l’on ne peut pas les accueillir puisque ce n’est pas le cas. Difficile.

    repondre message


  • "Le Front national a alors beau jeu de faire écho au sentiment d’injustice ..."
    Ouaip. Et justement, le P"S" se prépare à rassembler les voix de gauche, rempart contre le FN, à l’occasion de régionales qui s’annoncent bérézinesques.

    repondre message


  • Notre devoir est de recueillir les réfugiés, de les rassurer sur notre sens humain et de leur assurer le gite et le couvert. A l’approche de l’hiver, il est nécessaire de trouver des solutions durables afin que les adultes puissent se reconstruire et les enfants se construire avec l’envie d’aimer et non pas de haïr.

    repondre message


  • La France doit être juste poussée -par ses citoyen(ne)s qui veulent aider vraiment et efficacement- à cesser ses "interventions humanitaires"... Le reste suivra.
    Un avis sur la question :

    Et si la vague migratoire était organisée…
    Les faiseurs des « printemps arabes » pensaient pouvoir mener à son terme leur projet diabolique pour affaiblir l’axe de résistance à l’hégémonie impérialiste, sioniste et réactionnaire en Afrique et dans cette région du monde où le pétrole coule à flot.
    Après avoir liquidé Kadhafi qui avait osé créer le FMA (Fond Monétaire Africain) entre-autres, pour remettre en cause l’influence du FMI, ils pensaient trouver en Syrie le maillon faible ; l’échec est flagrant malgré les puissants moyens utilisés pour faire tomber Al Assad et désorganiser la Syrie comme prélude à un affaiblissement de l’Iran et du Hezbollah qui luttent contre l’Apartheid en Palestine. La « SECURITE » de cette plaie au cœur du monde arabe, Israël, sert d’alibi pour continuer et amplifier le pillage des richesses des peuples du Proche et Moyen-Orient.
    La coalition européenne derrière les Etats-Unis, les régimes réactionnaires arabes, Israël, la Turquie d’Erdogan et leurs mercenaires Low Cost -tous réunis- ne sont pas arrivés à faire tomber le régime syrien soutenu par la Russie et appuyé par une résistance régionale efficace et déterminée…
    Alors il faut trouver d’autres moyens pour y arriver. D’où la propagande orchestrée contre Assad « qui doit partir » oubliant juste que cette décision revient au peuple de Syrie. Propagande aussi, autour de la barbarie de Daesh et les autres, leurs propres « monstres » équipés, entrainés et encadrés par leurs agents. Cependant, on fait semblant de les combattre par des frappes délibérément inefficaces ; les « interventions humanitaires » servent à cacher une opération néocoloniale pour déstabiliser encore plus cette région. Propagande enfin cette campagne massive autour d’une migration « spontanée », avec des images choc… Après le choc, suivent les larmes de crocodile, la « générosité » et une diarrhée verbale sur « les valeurs » de l’Europe ; mais, très vite, le naturel revient au galop : fils barbelés, tri à la frontière et rétablissements des frontières… pour se protéger des « indésirables ».
    Bienvenue aux « migrants », plutôt riches et instruits, utiles au système capitaliste. Parallèlement ordre a été donné qu’on livre en spectacle aux téléspectateurs du monde entier et aux chiens les
    « G Faim » attirés par les mirages de liberté, de fraternité des G20... Ces sans ressource avec femme et enfants -parqués comme des animaux- se trouvent piégés et condamnés à une longue attente
    - derrière des barbelés- dans des conditions inhumaines, jusqu’à ce que l’Europe des « valeurs » daigne les « sortir » de la catastrophe où elle les a installés…
    Pour couronner le tout, on fait courir la rumeur de terroristes infiltrés parmi les « migrants ».
    Et voici tracée la voie vers des lois encore plus liberticides au nom de la sécurité et de la lutte contre le « terrorisme »… Quelques vraies/fausses alertes ou attentats téléguidés ne tarderont pas à venir alimenter cette peur qui empêche les citoyens de réfléchir et de se retourner contre les vrais criminels qui les gouvernent et les manipulent « démocratiquement ». Ces « migrants pauvres » se trouvent livrés aux manipulateurs, à la brutalité des forces de l’« ordre », aux réflexes chauvins et à la haine des victimes du système. C’est ainsi qu’on détourne l’attention des vrais problèmes…
    Passé le choc des images qui frappent les esprits, place au réalisme qui rime avec le cynisme des Etats qui brandissent la protection des citoyens contre cette « misère du monde ».
    Oublié « le devoir de protéger ces populations civiles sans défense contre les dictateurs », entendons les « dictateurs » qui refusent de jouer le jeu, « contre l’exploitation des passeurs » qu’on laisse passer en douce … Tant pis pour les « dommages collatéraux » car, après tout, la fin -défense du système capitaliste- justifie tous les moyens y compris les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité dont les premières victimes sont les femmes et les enfants.
    Est-il responsable, face à ces barbaries organisées, de rester prisonnier des luttes pour les places et des échéances électorales qui peuvent, certes, rapporter quelques miettes mais qui compromettent gravement toute idée d’une véritable alternative… ?
    NB : lire le témoignage d’un yéménite dans le blog LGS (le grand soir).

    repondre message


  • Merci pour cet article qui fait se délier les doigts pour taper sur le clavier ce qui se dit à chaque coin de rue : ça change des bonnes doses de créativité dans les façons de justifier la nécessité de systématiquement nier la réalité.
    Zut... En écrivant cela, j’ai dû faire le lit de qui vous savez !?!?!?

    repondre message


  • Quelle comparaison historique ! Les actuels "réfugiés", qu’ils viennent du Moyen-Orient ou d’Afrique, sont à 95% des jeunes hommes en pleine santé qui viennent vendre leur force de travail en Europe de l’Ouest, et non des opposants politiques pourchassés par un régime dictatorial (comme ont été le nazisme, le franquisme, le fascisme, le pinochetisme,...).

    Dans un pays en guerre, outre les réfugiés politiques, les vrais réfugiés sont des femmes, des enfants et des vieillards, tandis que les hommes jeunes, eux se battent (dans un camp ou dans l’autre) !

    Ceux que le gouvernement Turc a récemment lâchés sur l’Europe sont donc en réalité des déserteurs, qui ne veulent s’engager ni chez les djihadistes ni dans la défense de leur pays. Et qui abandonnent leurs femmes, enfants et parents au chaos organisé par l’OTAN-Israël, via leurs sous-traitants régionaux (Turquie, Qatar, Arabie saoudite, Jordanie et milices djihadistes sanguinaires).

    Dire que l’Europe de l’Ouest doit les accueillir, c’est donc cautionner moralement cette désertion. C’est aussi accepter de vider ces pays de leurs forces vives, qui non seulement pourraient se battre aujourd’hui pour défendre leur pays mais aussi participer ensuite rapidement à sa reconstruction.

    C’est aussi évidemment faire le jeu du patronat européen qui réclame depuis longtemps toujours plus d’immigration pour faire baisser les salaires, miner le droit du travail, détruire les protections sociales. Obéi en cela scrupuleusement par tous les gouvernements, de "gauche" comme de droite.

    Dire en même temps que "la France doit prendre toute sa part à l’accueil de réfugiés" et que l’on peut "parfaitement comprendre que l’Allemagne assume sa souveraineté en fermant ses frontières" est incohérent.

    En ce qui concerne les réactions populaires à cet afflux massif et brutal, "monter une partie du peuple contre l’autre" (en clair les travailleurs français contre les travailleurs étrangers) n’est pas "la finalité du DISCOURS politique sur l’immigration" mais l’une des finalités de la PRATIQUE immigrationniste réelle et concrète du pouvoir depuis des décennies.

    Pratique soutenue par des humanistes probablement sincères (les éternels "idiots utiles"), recrutés dans des franges de la population à l’aise avec l’immigration compassionnelle car non confrontées sur le marché du travail à la concurrence avec des immigrés (typiquement la clientèle d’ATTAC) : étudiants, retraités et fonctionnaires (qui bénéficient comme on sait à l’embauche de la préférence et même de l’exclusivité nationale, puis d’un emploi et d’un revenu garanti à vie).

    Au-delà des finalités économiques de l’immigration dans son aspect quantitatif (la loi de l’offre et de la demande est toujours puissante), il y a depuis un certain temps, qualitativement, une volonté d’imposer en Europe le multiculturalisme, qui détruit inévitablement une potentielle unité populaire.

    Les anciennes vagues d’immigrés (italiens, polonais, espagnols, portugais, russes,...) ont pu être absorbées facilement et rapidement en France, non seulement pour des raisons d’apparence physique proche mais aussi parce qu’ils étaient tous chrétiens, communistes ou anarchistes, c’est à dire comme les autochtones !

    Avec l’immigration de masse musulmane, même dans une version modérée de l’Islam, ce sera inéluctablement plus difficile. On s’achemine donc vers le modèle états-unien c’est à dire communautariste. Est-ce aussi cette évolution qu’il faudrait accélérer ?

    Il faut aussi regarder plus loin que le bout de son téléviseur : cette vague soudaine de "réfugiés" est clairement déclenchée par la Turquie. Mais Erdogan le fait-il pour faire pression sur les occidentaux (dont il pense qu’ils ne détruisent pas assez vite la Syrie ou qu’ils soutiennent trop les Kurdes) ? Ou bien, au contraire, sur ordre des occidentaux, pressés de trouver un nouveau prétexte à une intervention militaire directe en Syrie, avant que la Russie ne ramène l’ordre et la paix en bloquant efficacement Daesh ? Faut-il aller aussi dans le sens de ces manipulations géostratégiques ?

    Enfin, pour les âmes sensibles : combien de petits enfants innocents sont-ils morts en Syrie sous les couteaux des islamistes ("qui font du bon boulot sur le terrain" d’après Laurent Fabius) ou à Gazza sous les bombes au phosphore blanc israéliennes ?

    En conclusion, le bon slogan n’est pas "Accueillons-les, tout en critiquant l’Otan, l’UE, l’Euro, etc. !" mais "Aidons-les à rester chez eux pour développer leur pays dans la paix et la coopération inter-nationale !".

    repondre message


  • Bonne analyse, mais ... vous semblez oublié le coût et les ravages du LIBRE ECHANGE et de l’OMC !

    repondre message


    • Jean,
      Tout ce texte accuse le système libéral ; il faut relire le dernier paragraphe, pour le moins :

      ’La crise des migrants et l’aggravation de la fracture sociale dans les États occidentaux ont exactement la même cause : la politique menée par les classes dirigeantes occidentales dominées par les États-Unis et leur complice, l’Union européenne. Le Parti de l’émancipation du peuple accuse ce système : il est responsable de la pauvreté qui sévit à l’intérieur des pays européens et de la crise humanitaire à la périphérie ou dans d’autres continents. Cette mondialisation, avec son système du libre-échange, est mortifère. Il faut démondialiser, sortir de l’euro, de l’Union européenne et de l’OTAN !

      repondre message


  • NON !! vous n’avez peut-être pas remarqué que ces "réfugies" étaient,en majorité jeunes,et pour un sois-disant long périple étaient bien "frais".on a l’impression qu’ils sortent de chez le coiffeur,les femmes portent foulard,sont très exigent pour l’accueil au point de "casser".combien de terroristes ?
    Ces gens vivrons mieux que certains retraités au minables revenus.
    Avec quelle argent seront-ils hébergés ?des français ont un mal fou pour le faire. ils seront nourris loges,soignés a ne rien foutre ! s’ils sont si braves pourquoi ne résistent-ils pas contre daesh ?
    Pour ma part,je votais toujours a gauche depuis que j’ai eu l’age de voter (60 ans)mais c’est terminé,j’ai balancé carte d’électeur,plus jamais je ne voterai,ni gauche,ni droite !
    c’est le fn qui "gagnera ?et alors,ce ne sera pas pire meme si j’exècre ces gens.

    repondre message


  • Bonjour,

    Lorsque les perspectives économiques et politiques ne sont pas clairement définies reviennent les prises de positions bancales.
    Ainsi, d’une main on désigne les responsables de l’arrivée des ‘réfugiés’, et, de l’autre main on indique qu’il faut accueillir ces ‘réfugiés’.
    Tout le monde pourrait être satisfait, mais justement non, personne ne l’est !

    Les ‘réfugiés’ arrivent, cette situation créée de toute pièce par les impérialistes américains et européens est une peau de banane de plus placée sous les pieds des anti impérialistes qui ne savent plus, tout à coup, quelle position prendre et quel discours tenir pour ne pas paraître trop ceci ou pas assez cela !
    Et, encore une fois, les impérialistes ont, non seulement une longueur d’avance, mais ils sont et restent maître de la situation.
    Les citoyens qui n’en veulent pas des ‘réfugiés’, n’en veulent toujours pas ; et, ceux qui veulent les ‘aider’ contribuent, volontairement ou pas, à renforcer la position de nos dirigeants qui ne demandent pas mieux.

    Un moyen de sortir de cette impasse est de creuser et de développer votre objectif mis en tête du site : « un socialisme du XXI° siècle », car dans vos analyses et propositions le ‘socialisme’ est tristement absent.
    « « Encore un effort PEP pour être socialiste » », mais pas au sens du PS !

    repondre message

Haut de la page