Le M’PEP et le nucléaire
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
 

LE M’PEP ET LE NUCLEAIRE

Le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP) veut un monde à terme débarrassé du nucléaire militaire et civil.

Le nucléaire militaire, en effet, présente le risque de dissémination et son utilisation menace l’existence même de la planète. Quant au nucléaire civil, l’exemple de Tchernobyl démontre qu’il comporte des risques, alors que le stockage des déchets ne présente pas de garanties suffisantes de sécurité.

Au-delà de ces positions de principe, la question est celle de la décélération du nucléaire.

Sur le plan militaire, le désarmement doit s’opérer simultanément entre les pays disposant de l’armement nucléaire, de sorte qu’aucun d’entre eux, à aucun moment du processus de décélération, ne puisse disposer de l’avantage sur les autres. Dans ce cadre la France conservera son armement nucléaire, ne le démantèlera pas de manière unilatérale, et s’engagera activement dans les négociations internationales.

Quant au nucléaire civil, la France démantèlera ses centrales les plus anciennes au fur et à mesure du remplacement de l’énergie d’origine nucléaire par des sources d’énergie diversifiées prenant en compte les nécessités écologiques et le souci de l’indépendance nationale. Certaines centrales, en effet, sont dangereuses, et auraient déjà dû être fermées. Leur maintien en activité a été prolongé uniquement dans une logique comptable, c’est-à-dire pour favoriser la privatisation. La gestion d’EDF par le privé risque de négliger les impératifs de sécurité et le M’PEP réclame la renationalisation totale d’EDF.

La loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire (loi TSN), votée en 2007, doit devenir pleinement opérationnelle au plus vite.
Tous les logements sociaux doivent être équipés en priorité, et progressivement, d’énergie renouvelable et d’isolation thermique. Une grande politique nationale du logement devrait envisager d’autres matériaux qui existent déjà pour réduire la facture énergétique.

Il conviendra également de procéder à une intensification de la recherche dans ces domaines. En matière de déchets, tout ce qui a été trouvé jusqu’à maintenant n’offre aucune satisfaction scientifique à long terme. Les travailleurs du nucléaire ainsi que les populations de proximité devront bénéficier des protections maximales sur les plans sanitaire et social. Le droit du travail doit protéger de façon efficace et complète les personnels exposés aux radiations, qui connaissent un turn over important confié à des sociétés d’intérim ou des sous-traitants. Les éventuelles conséquences de cette exposition devront être compensées intégralement par les entreprises donneuses d’ordre.