Mardi 11 décembre : Etape Fayence – Draguignan - Chronique de la marche Nice/Notre-Dame-des-Landes
mercredi 19 décembre 2012
Auteur : par Alain FUENTES
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Environnement > Chroniques de la marche (...) > Mardi 11 décembre : Etape Fayence – Draguignan (...)
 

CHRONIQUES DE LA MARCHE NICE-NOTRE–DAME–DES- LANDES

Par Alain Fuentes, membre du M’PEP.

Nous avons un problème d’hébergement et d’accueil pour les étapes suivantes :

Pour le 16 décembre 2012 à LA FARE LES OLIVIERS.
Pour le 17 décembre 2012 à EYGUIERES.

Appel aux bonnes volontés pour nous aider à résoudre ce problème.

Après le petit déjeuner copieux offert par le collectif de Fayence, départ vers 8 h pour une marche de 30 kms environ ; Accueil très favorable tout au long du trajet. Discussions et rapports positifs pendant tout le parcours. Très bon accueil en cours de route. Enormément d’échanges au sein du groupe de marcheurs. Nous sommes de sensibilités différentes mais nous sommes tous convaincus du bien-fondé de la démarche et tous unanimes dans la lutte contre le grand capitalisme. L’arrivée à Draguignan se fait sur une grande place sous les acclamations, la musique, les bravos des nombreuses personnes qui nous attendaient avec des banderoles. Une importante distribution de tracts est faite à cette occasion. Nous sommes accueillis par le collectif de Draguignan, dans le local de Sud Solidarité qui offre l’apéro. Nous avons été interviewés par des journalistes de « La Marseillaise » et par des journalistes de Var-Matin. J’ai eu un échange très intéressant avec le journaliste de « La Marseillaise », de nombreuses photos ont été prises, j’espère que nous aurons un réel écho dans la presse régionale.
Comme nous l’avons décidé entre nous, aucun nom, aucun prénom, aucune organisation n’a été donnée aux journalistes. Repas chez l’habitant et transport en voiture jusqu’à un gîte pour la nuit. Deux marcheurs nous quittent demain un comme prévu, l’autre est épuisé. Départ demain matin avec un nouveau marcheur qui va nous rejoindre et un autre devrait
arriver le lendemain. Alain est très heureux de l’accueil qui leur est réservé, mais trouve difficile et beaucoup plus
pénible la marche sur le goudron par rapport aux randonnées dans nos montagnes.