Programme de l’Université d’automne 2015 du Parti de l’émancipation du peuple du 7 au 9 novembre à Nice.
mercredi 8 juillet 2015
Auteur : par webmaster

J-2 : OUVERTURE DE L’UA A NICE - Du non français de 2005 au non grec en 2015 : les gouvernements et l’Union européenne poursuivent leur action de destruction de la souveraineté nationale et populaire. Comment inverser ce rapport de forces ? Au moment des élections régionales ce sont les lois d’eurorégionalisation qui ont été adoptées en France, condamnant les communes et dès maintenant les communes rurales, à disparaître. Un vaste mouvement s’opère avec la création de communes nouvelles. Quand les citoyens ont-ils été consultés ? La démocratie est dans une double tourmente : elle est piégée par le supranational et anesthésiée au plan local. Résistances et solutions seront débattues à l’UA avec des militantts grecs, espagnols, français qui refusent de se soumettre !. VENEZ DEBATTRE : L’UA est ouverte à tous !

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 7 réactions
 
Accueil > Qui sommes-nous ? > Les universités du Parti > Université d’automne 2015 à (...) > Programme de l’Université d’automne 2015 du (...)
 

PROGRAMME DE L’UNIVERSITE D’AUTOMNE 2015 A NICE

Du Parti de l’émancipation du peuple (ex-M’PEP)

Du 7 au 9 novembre à Nice

2005-2015 : DU NON FRANÇAIS AU NON GREC - OÙ EN SONT LA RESISTANCE ET LA MOBILISATION POUR RECONQUERIR LA SOUVERAINETE NATIONALE ?

L’Union européenne n’est pas notre maison commune : c’est le cimetière de la souveraineté des peuples et de la démocratie.

L’hébergement ainsi que les repas sur place sont organisés. Inscrivez-vous dès maintenant.

A noter que l’arrivée peut se faire dès le 6 novembre en fin d’après-midi.

Relais International de la Jeunesse (Clairvallon)
26 Avenue Scuderi, 06100 Nice

POUR VENIR AU CLAJ :
http://www.clajsud.fr/acces_relais_jeunesse_nice.a41.fr.html

EVENEMENTS

REUNION PUBLIQUE samedi 7 novembre à 20h30, grande salle du CLAJ
APRES LE NON AU TCE DE 2005 EN FRANCE ET LE NON GREC : état des lieux des dégâts et des résistances en France et en Grèce.

Avec Jacques Cotta journaliste et réalisateur, Gilles Amiel de Ménard Parti de l’émancipation du peuple, Jacques Nikonoff porte-parole national de l’émancipation du peuple, Dimitris Kazakis secrétaire général de l’EPAM, et Dionysia Filaditaki, EPAM, Ramón Franquesa Salir del euro, Themis Simvoulopoulos membre d’ERT, télévision publique grecque et Joël Perichaud, responsable des relations internationales du Parti de l’émancipation du peuple.

REUNION PUBLIQUE DEBAT dimanche 8 novembre à 20h30
CONSTRUIRE UN RASSEMBLEMENT EN FRANCE POUR LA SORTIE DE L’UNION EUROPEENNE ET DE L’EURO
Avec Jacques Cotta journaliste et réalisateur, animateur de La Sociale, Serge Marquis ex membre du Parti de Gauche, Jacques Nikonoff porte-parole national du Parti de l’émancipation du peuple, Ramón Franquesa Salir del euro.

LES QUATRE FILIÈRES DE L’UA

SAMEDI 7 NOVEMBRE

S’armer idéologiquement et s’organiser pour reconquérir la souveraineté nationale et populaire

DIMANCHE 8 NOVEMBRE

Filière 1 : Sortir de l’UE et de l’euro
Filière 2 : Combattre les offensives néolibérales
Filière 3 : En débat – Rencontre avec…
Filière 4 : Luttes et initiatives locales

S’armer idéologiquement et s’organiser pour reconquérir la souveraineté nationale et populaire

  • Le programme d’un gouvernement en France agissant pour la démondialisation.
  • La situation en Grèce, après le non au référendum du 5 juillet 2015
  • Comprendre et combattre l’idéologique postnationale
  • La coordination des organisations grecques, italiennes, espagnoles, françaises, etc. favorables à la sortie de l’euro et de l’Union européenne.

FILIERE 1 : Sortir de l’Union européenne et de l’euro
1. Démondialisation et internationalisme
2. COP 21 : Tragi-comédie médiatique

FILIERE 2 : Combattre les offensives néolibérales
1. La loi NOTRe (décentralisation) et l’euro-régionalisation
2. Sauver les communes
3. Des fonctionnaires : pourquoi faire ? Projet de loi « déontologie » et mobilité des fonctionnaires

FILIÈRE 3 : En débat – Rencontre avec…
1. ERT, la télévision publique grecque
2. Ruptures, média militant, indépendant, radicalement eurocritique
3. Evolution du droit international

FILIERE 4 : Luttes locales
1. Transition énergétique : cession des infrastructures hydrauliques au privé et indépendance énergétique
2. La vie d’une multinationale, les conséquences sociales : IBM La Gaude avec des syndicalistes CGT
3. Fralib : après 1336 jours de luttes les Fralib ont réussi à créer leur scop !
4. Le conflit social de 2014 à Nice Matin : la création d’une société coopérative d’intérêt collectif en novembre 2014

LUNDI 9 NOVEMBRE : Journée réservée aux adhérents du Parti d’émancipation du peuple


PROGRAMME JOURNALIER

VENDREDI 6 NOVEMBRE

ACCUEIL A PARTIR DE 18 h
Pour ceux qui ont réservé au moment de l’inscription : dîner au centre « le CLAJ »

SAMEDI 7 NOVEMBRE

08h45-09h30 : ACCUEIL
Affectation dans les chambres pour les résidents – Remise du dossier et des badges.


9h30-10h00 : OUVERTURE DE L’UNIVERSITÉ D’AUTOMNE

Avec Michel Fernandez porte-parole de la Fédération des Alpes-Martimes du parti de l’émancipation du peuple, Michèle Dessenne et Jacques Nikonoff porte-parole nationaux, Michel Quinet secrétaire général. 
Après un message de bienvenue aux participants et la présentation des animateurs de cette université d’automne, des informations pratiques seront données sur le séjour et le programme.


DE 10h A 23 h : S’ARMER IDEOLOGIQUEMENT ET S’ORGANISER POUR RECONQUERIR LA SOUVERAINETE NATIONALE ET POPULAIRE

* * * * * *

10h00-10h45 : LE PROGRAMME D’UN GOUVERNEMENT EN FRANCE AGISSANT POUR LA DEMONDIALISATION ET LES INTERËTS DES CATEGORIES POPULAIRES ET MOYENNES :
Les propositions du Parti de l’émancipation du peuple, avec Jacques Nikonoff (porte-parole national du Parti de l’émancipation du peuple).


11h-12h45 : SITUATION EN GRECE après le non du 5 juillet 2015, la reddition du gouvernement Tsipras et sa réélection le 20 septembre
Avec Dimitris Kazakis secrétaire général de l’EPAM, Dionysia Filaditaki EPAM, Ramón Franquesa Sortir del euro et Joël Perichaud responsable des relations internationales du Parti de l’émancipation du peuple.


13 h-14h : REPAS AU CLAJ


14h15-16h00 : SUITE DU DEBAT SUR LA GRECE ET LES ENSEIGNEMENTS A EN TIRER


16h30-18h30 : COMPRENDRE ET COMBATTRE L’IDEOLOGIE POSTNATIONALE ET FAIRE VIVRE LA COORDINATION INTERNATIONALE DES ORGANISATIONS ANTI EURO ET ANTI UNION EUROPENNE,
Avec Jacques Cotta journaliste et réalisateur, Gilles Amiel de Menard, secrétaire national du Parti de l’émancipation du Peuple, Joël Perichaud responsable des relations internationales du Parti de l’émancipation du peuple, Dimitris Kazakis secrétaire général de l’EPAM, Dionysia Filaditaki EPAM, Ramón Franquesa et Joan Tafalla, Salir del euro et Joël Perichaud responsable des relations internationales du Parti de l’émancipation du peuple.


19h00-20h15 : REPAS


20h30-23h00 : REUNION PUBLIQUE - Grande salle du CLAJ
APRES LE NON AU TCE DE 2005 EN FRANCE ET LE NON GREC - Etat des lieux des dégâts et des résistances.
Avec Jacques Cotta journaliste et réalisateur, Gilles Amiel de Ménard Parti de l’émancipation du peuple, Jacques Nikonoff porte-parole national de l’émancipation du peuple, Dimitris Kazakis secrétaire général de l’EPAM, Dionysia Filaditaki EPAM, Ramón Franquesa Salir del euro, Themis Simvoulopoulos membre d’ERT, télévision publique grecque et Joël Perichaud responsable des relations internationales du Parti de l’émancipation du peuple.

DIMANCHE 8 NOVEMBRE

08h30-10h30 :

* * *

Filière 1 : DEMONDIALISATION ET INTERNATIONALISME, DE QUOI PARLE-T-ON ?
Avec Jacques Nikonoff porte-parole du Parti de l’émancipation du Peuple.

* * *

Filière 3 : ERT : LA TELEVISION PUBLIQUE GRECQUE ET TELEVISION PUBLIQUE EN FRANCE : OU EN EST-ON ?
Avec Themis Simvoulopoulos membre d’ERT et Jacques Cotta journaliste et réalisateur

* * *

Filière 4 : TRANSITION ET INDEPENDANCE ENERGETIQUE
Avec Yves Cimbolini, membre de la CGT EDF.
Comment la cession des infrastructures hydrauliques au privé impacte l’indépendance énergétique.


11h00-13h00 :

* * *

Filière 1 : COP 21 : TRAGI-COMEDIE MEDIATIQUE
Avec Viviane Risser membre du Conseil national du Parti de l’émancipation du peuple.

* * *

Filière 2 : RÉFORMES TERRITORIALES : LOI NOTRe, ET EUROREGIONALISATION.
Avec Michèle Dessenne porte-parole du Parti de l’émancipation du peuple, Benoit Martin porte-parole de la Fédération du Val d’Oise du Parti de l’émancipation du peuple et Danielle Goussot Bureau exécutif.
A quoi et à qui servent les réformes territoriales ? Comment le gouvernement Hollande réorganise la France pour la mettre en conformité avec la stratégie eurorégionale de l’Union européenne ? Comment la loi MAPAM et la loi NOTRe démantèlent l’Etat et la République ? Les conséquences concrètes pour la démocratie et la population. L’exemple du Grand Paris avec la suppression de fait de 3 départements.

* * *

Filière 4 : LA VIE D’UNE MULTINATIONALE ET LES CONSEQUENCES SOCIALES.
Avec Serge Kerloc’h, de la CGT IBM La Gaude.
International Business Machines Corporation, connue sous l’abréviation IBM, est une société multinationale américaine présente dans les domaines du matériel informatique, du logiciel et des services informatiques. Le site IBM de La Gaude 06 regroupait quelque 600 salariés et 400 sous-traitants dans un bâtiment en forme de X de 35 000 m², œuvre remarquable de l’architecte Marcel Breuer. IBM La Gaude a développé les autocommutateurs IBM 2750, 3750 et 1750. Il a été un important laboratoire de recherche d’IBM. Le site était un centre de présentation de « Solutions Métiers IBM ». Le déménagement de ce site vers la future métropole de Nice Méridia a eu lieu cet été 2015.


13h00-14h30 : REPAS


14h30-16h30 :

* * *

Filière 2 : SAUVONS LES COMMUNES !
Avec un maire d’une commune rurale des Alpes-Maritimes, Danielle Goussot membre du Bureau exécutif du parti de l’émancipation du peuple et Michèle Dessenne porte-parole nationale du Parti de l’émancipation du peuple.

* * *

Filière 3 : RENCONTRE AVEC PIERRE LEVY, REDACTEUR EN CHEF DU JOURNAL RUPTURES.
Faisant suite à BRN (Bastille, République Nations), RUPTURES se définit comme un mensuel progressiste radicalement eurocritique.

* * *

Filière 4 : FRALIB transformée en scop : c’est parti !
Après 1336 jours de lutte, les Fralib ont réussi à créer leur société coopérative ouvrière de production et commencent à distribuer leur production. Ils viennent nous en parler.


17h00-19h15 :

* * *

Filière 2 : DES FONCTIONNAIRES POUR QUOI FAIRE ? LOI DEONTOLOGIE DU GOUVERNEMENT HOLLANDE ET MOBILITE DES FONCTIONNAIRES
Avec Michèle Dessenne porte-parole nationale du Parti de l’émancipation du peuple et Benoit Martin porte-parole de la Fédération du Val d’Oise.

* * *

Filière 3 : RENCONTRE avec Robert Charvin (doyen honoraire de la faculté de Droit de Nice) EVOLUTION DU DROIT INTERNATIONAL

* * *

Filière 4 : CREATION D’UNE SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) APRES LE CONFLIT SOCIAL DE NICE MATIN
Avec un représentant de la CGT Nice Matin, un représentant de l’association des lecteurs de Nice Matin et un membre du Club de la presse des Alpes-Maritimes.


19h30-20h30 : REPAS


21h00-23h00 : RÉUNION PUBLIQUE DEBAT
CONSTRUIRE UN RASSEMBLEMENT EN FRANCE POUR LA SORTIE DE L’UNION EUROPEENNE ET DE L’EURO
Avec Jacques Cotta journaliste et réalisateur, animateur de La Sociale, Serge Marquis ex membre du Parti de Gauche, Jacques Nikonoff porte-parole national du Parti de l’émancipation du peuple, Ramón Franquesa Salir del euro.

LISTE DES INTERVENANTS :

- Gilles Amiel de Ménard, secrétaire national aux études du Parti de l’émancipation du peuple
- Robert Charvin, doyen honoraire de la faculté de Droit et de sciences politiques de Nice
- Yves Cimbolini, membre de la CGT EDF.
- Jacques Cotta, journaliste et réalisateur, animateur de La Sociale
- Michèle Dessenne, porte-parole nationale du Parti de l’émancipation du peuple
- Michel Fernandez, porte-parole de la Fédération des Alpes-Maritimes du Parti de l’émancipation du peuple
- Danielle Goussot, membre du Bureau exécutif du Parti de l’émancipation du peuple
- Dionysia Filaditaki, membre de l’EPAM, Grèce
- Ramón Franquesa Salir del euro
- Dimitris Kazakis, secrétaire général de l’EPAM, Grèce
- Serge Kerloc’h, CGT IBM La Gaude.
- Pierre Lévy, rédacteur en chef du mensuel Ruptures
- Serge Marquis, ex membre du Parti de Gauche
- Benoit Martin, porte-parole de la Fédération du Val d’Oise du Parti de l’émancipation du peuple
- Jacques Nikonoff, porte-parole national du Parti de l’émancipation du peuple
- Joël Perichaud, secrétaire national chargé des relations internationales du Parti de l’émancipation du peuple
- Michel Quinet, secrétaire général du Parti de l’émancipation du peuple
- Viviane Risser, porte-parole de la Fédération de l’Isère et membre du Conseil national du Parti de l’émancipation du peuple
- Themis Simvoulopoulos, membre d’ERT, télévision publique grecque
- Joan Tafalla, Salir del euro
- Un maire d’une commune rurale des Alpes-Maritimes
- Un représentant de l’Association des lecteurs Nice Matin
- Un représentant de la CGT Nice Matin
- un membre du Club de la presse des Alpes-Maritimes
- Un représentant de SCOP TI (ex Fralib)


Répondre à cet article

Forum de l'article  -14 Messages

  • Je ne fais pas partie du “M’PEP”, mais je le suis avec attention depuis un certain temps. D’accord avec vous sur la plupart des points, mais une chose me laisse pantois :
    dans le programme de votre université d’été, je n’ai pas vu une seule fois le mot TAFTA (ou GMT, ou TTIP, etc.)
    Or, étant donné l’inquiétude qu’engendre ce futur traité au sein de l’électorat,et dans toute l’Europe, il me semble primordial d’y faire face. Ce serait rassembler autour de nous nombre de collectifs qui se montent un peu partout, et ce serait en même temps aider le peuple grec. Ce serait d’autre part mettre le TAFTA sous les feux de l’actualité, ce dont se gardent bien les personnages qui nous gouvernent.
    Le TAFTA, nous le savons tous, marquera la fin de le démocratie et l’avènement de Big Brother. Ce qui n’empêchera pas M. Hollande de le ratifier. Au contraire.
    Est-ce là ce que nous désirons ?

    repondre message


  • et les nationalisations ? pas un mot, c’est bizarre ; s’attaquer uniquement aux conséquences du capitalisme, sans évoquer la cause, c’est inefficace. La propriété capitaliste détermine tout.

    repondre message


    • Nos universités d’automne ont une histoire ; nous avons déjà abordé ces questions. Le choix fait cette année est de traiter en priorité la question de la souveraineté du peuple, condition indispensable pour construire de nouveaux rapports sociaux. EN partant du non au TCE de 2005 et jusqu’au non grec en 2015 nous examinerons la question. PAr ailleurs dans la partie programme de gouvernement en faveur de la démondialisation ce sont justement les manières de sortir de l’ordre néolibéral et capitaliste qui seront en débat. Venez et apportez votre point de vue. Nous ne traitons pas des conséquences mais des causes !

      repondre message


  • J’ai lu avec attention le programme de votre université d’automne ; mais peut-on connaitre dès maintenant les intervenants ( au moins les français) ?
    merci

    repondre message


  • Vos analyses et vos positions m’intéressent mais je ne vois pas pour le moment autre chose que "résister à", "lutter contre" : des injonctions qui s’appuient certes sur une analyse ferme et juste du capitalisme, de ses institutions, de sa stratégie. Mais je ne discerne pas le projet politique dans lequel s’incarnerait cette "souveraineté populaire" que nous appelons. S’agit-il d’un nouveau capitalisme d’Etat tel que nous l’avons connu au 20ème siècle ? Comment s’exprimera cette émancipation du peuple en matière de gestion de la production, en terme de contrôle, en terme de décision ? Comment se répartit la richesse produite par le peuple émancipé ? Le peuple émancipé continue-t-il à être l’esclave du marché du travail ou bien le travail est-il émancipé aussi ? Et comment ? Toutes ces questions m’intéressent et j’irai volontiers en discuter à Nice si elles sont à l’ordre du jour.

    repondre message


    • Il est indiqué notamment une séance sur le programme d’un gouvernement de démondialisation. Je pense que vous y trouverez des réponses ainsi qu’ avec la séance sur la question de l’emploi (et du travail).
      Nous diffuserons début septembre un programme détaillé avec le nom des intervenants.
      En espérant vous rencontrer à Nice.

      repondre message


    • Frédérique Je partage totalement vos excellentes questions :
      "S’agit-il d’un nouveau capitalisme d’Etat tel que nous l’avons connu au 20ème siècle ? Comment s’exprimera cette émancipation du peuple en matière de gestion de la production, en terme de contrôle, en terme de décision ? Comment se répartit la richesse produite par le peuple émancipé ? Le peuple émancipé continue-t-il à être l’esclave du marché du travail ou bien le travail est-il émancipé aussi ? Et comment ?"
      J’y ajouterais : citoyenneté dans l’entreprise (au sens jaurésien)

      repondre message


      • Je ne vois rien sur la remise en cause de la société (thermo) industrielle qui ne peut que décliner ou s’effondrer :"château de cartes" financier, réchauffement (c’est plutôt "mal barré !" Trajectoire du +6°C en 21OO, +2°C en 2050...Nous sommes à + 0,85°C...), déclin des pétroles ou huiles dans une dizaine d’années, gaz 2030, Charbon 2040 ou 2060..., mais aussi des métaux : étain(20 ans), cuivre (25 à 40 ans), nickel...etc.

        Si ces réalités ne sont intégrées dans un projet politique, nous n’empêcherons pas la catastrophe.

        Urgent : Relocalisation : Satisfaction locale des besoins de base (alimentation, vêtements, un minimum d’énergie, transmission des savoirs et savoir-faire de base, création locale de la monnaie nécessaire localement...), condition de la démocratie réelle de base contre la concentration des pouvoirs économiques et financiers, l’ accumulation compétitive, les multinationales et leur TAFTA...
        Mais nous sommes esclaves du mode de pensée dominant = économique, de notre mode et "niveau" de vie...
        roger.luce@club.fr.

        repondre message


  • Bonjour,
    Ancien adhérent d’ Attac, je n’ai toujours pas digéré la séparation du M’Pep.
    Non pas que je ne respecte pas les divergences de vue sur certains points importants mais devant un bloc ultralibéral de plus en plus structuré mondialement et possédant largement les moyens de tout acheter, même les consciences, si besoin était, des responsables politiques (l’activité totale de la seule BNP, dans le monde, équivaut au PIB de la France. Et combien d’autres exemples identiques !), toute dispersion des contre pouvoirs est suicidaire.
    L’histoire contemporaine des luttes sociales le prouve à l’envi.
    En tant que citoyens concerné par la reprise en main sérieuse et urgente de nos intérêts vitaux grâce à la mise en place d’une vraie démocratie participative avec, entre autres, droit à la destitution de tout élu ne tenant pas ses promesses électorales, je suis désolé de constater que je suis sollicité par une vingtaine, au bas mot, de mouvements divers et variés qui, chacun dans son coin, galère à la recherche d’audience et d’adhérents.
    Attac se proposait de fédérer les bonnes volontés spécialisées dans un domaine ou un autre.
    Malgré toutes ces agitations, la situation des démocraties ne fait que se détériorer en même temps que celle des peuples, depuis 40 ans.
    Et nous percevons tous le but poursuivi avec acharnement par les profiteurs du système : jamais assez ! encore ! encore ! la fin des Etats, plutôt l’extrême droite que la gauche ! ...
    Et toute la communication par grands médias interposés, aux ordres de cette obsession, ne vise qu’au conditionnement des populations par la désinformation, jusqu’à ce que l’irréversible soit enfin atteint.
    Les années trente ne nous aurons donc rien appris !
    Désolant !!

    repondre message


    • Attac se définit toujours comme une association d’éducation populaire. Le M’PEP, qui ne compte pas seulement d’anciens adhérents d’Attac, se définit comme un parti politique pour la sortie de l’UE et de l’euro et la souveraineté nationale et populaire, ce que ne défend pas Attac. Ainsi n’y a-t-il pas grand chose à voir entre ces deux organisations. Bien sûr qu’il existe une nécessité de construire une union sur des bases solides pour reconquérir la souveraineté du peuple, condition indispensable de la démocratie. Mais encore faut-il être d’accord sur des bases communes.

      repondre message


  • Sortir de l’euro est une évidence quand on a compris le système de la création monétaire qui soumet les états aux banquiers dès que ceux-ci renoncent à assurer cette création et sortir de « l’Europe » aussi quand on a compris que ce n’est qu’une construction des grands capitalistes pour soumettre les états et les peuples. Mais le faire va entrainer des réactions violentes de ceux-ci et ne sera possible que si la majorité citoyenne s’est mis au préalable d’accord sur un programme politique et économique solide et précis : ce pourrait être le rôle du PEP de l’élaborer. Je suis prêt à adhérer au PEP pour participer à la création d’un tel programme, peut-être sous la forme d’un site dédié, à la fois pédagogique et interactif, où chacun pourrait participer et voter, en commençant par une nouvelle constitution car celle de la cinquième république donne trop de pouvoir au seul président et pas assez au peuple : la démocratie, ce n’est pas voter pour un homme (ou une femme) mais c’est voter un programme, c’est voter les lois.

    repondre message


  • Alexis Tsipras a tenu ses promesses de lutte interne contre l’oligarchie grecque des médias, une nouvelle loi vient d’être votée à la majorité, pour le paiement des licences des médias télévisuels.
    Intéressant d’avoir l’avis des journalistes de l’ERT soutenus.
    Intéressant aussi d’avoir le chef d’EPAM, aux heures qui suivent son congrès, l’adoption de son fonctionnement tout pyramidale et... la fuite des adhérents.

    repondre message

Haut de la page