Tour de passe-passe dans le secteur de la sécurité. Le privé jubile.
lundi 23 novembre 2015
Auteur : par Administrateur des brèves

Les fonctions régaliennes de l’État sont attaquées et pour certaines détruites par les politiques néolibérales conduites avec persévérance par les gouvernements de droite et du Parti socialiste. Récupérons-les.

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Actualité > Brèves > Tour de passe-passe dans le secteur de la (...)
 

Tour de passe-passe dans le secteur de la sécurité. Le privé jubile.

Le 22 novembre 2015

Les fonctions régaliennes de l’État - assurer la sécurité extérieure par la diplomatie et la défense du territoire ; assurer la sécurité intérieure et le maintien de l’ordre public avec, notamment, des forces de police ; définir le droit et rendre la justice ; détenir la souveraineté économique et financière en émettant de la monnaie, notamment par le biais d’une banque centrale, sont attaquées et pour certaines détruites par les politiques néolibérales conduites avec persévérance par les gouvernements de droite et du Parti socialiste.

Notre souveraineté économique et financière a été démantelée par des divers traités de l’UE, notre droit national est grignoté par la transcription des directives de Bruxelles, notre diplomatie est alignée sur celle des USA, notre défense est aux ordres de l’Otan, notre sécurité intérieure est livrée au privé.

En effet, selon le Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS), 150 000 personnes travaillent dans la sécurité privée en France, c’est-à-dire autant que dans la Police nationale, plus que dans la gendarmerie (100 000) ou les polices municipales (20 000).

7 000 entreprises, la plupart de petite taille, à l’exception de quelques grands groupes comme Seris, Onet ou Samsic, se partagent environ 5,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

L’État s’est désengagé des aéroports et, par exemple à Roissy, 4 500 salariés du privé sont employés à des missions de sécurité. Les attentats du 13 novembre devraient accroître la demande de sécurité de 30% selon les professionnels, en particulier dans les grands magasins à l’approche des fêtes.

La sécurité de l’Euro 2016 de foot sera confiée au privé, dans une dizaine de stades mais aussi pour les « fans-zones ». Ce sont des milliers d’agents de sécurité qui seront embauchés avec un contrat à durée très limitée. Jouant sur le fait que la sécurité privée est une activité cyclique, les professionnels, comme le SNES (syndicat national des entreprises de sécurité) ou l’UESP (Union des entreprises de sécurité privée) réclament plus de « souplesse » en matière de législation sociale. 
Nul doute que M. Macron accèdera à leur demande…

Le 18 novembre dernier, F. Hollande a annoncé aux maires de France qu’il allait les aider à armer leurs policiers en prélevant sur les stocks de la Police nationale.
Plutôt que la privatisation de la sécurité il est possible de créer tout de suite des milliers d’emplois de policiers, formés au service de l’État et à la sécurité des citoyens.

Récupérons les fonctions régaliennes de l’État, sortons les sortants, votons carton rouge !