Voter, c’est légitimer le Parlement européen ! - Action communiste
mercredi 21 mai 2014
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Politique > Les campagnes > Campagne de boycott de (...) > ILS SONT AUSSI POUR LE (...) > Voter, c’est légitimer le Parlement européen ! (...)
 

Voter, c’est légitimer le Parlement européen !

Par Action communiste

Le Parlement européen ne remettra jamais en cause les traités européens qui nous pourrissent la vie !

Boycottons les élections européennes !

Lors du vote sur le Traité de Maastricht (1992), on nous avait promis avec l’euro et l’UE, l’Europe sociale, la prospérité économique, la démocratie et la paix. On nous avait affirmé que l’’UE serait un contre-poids à la puissance étatsunienne.

Aujourd’hui notre expérience nous prouve que l’UE c’est tout le contraire. Il s’agissait essentiellement de poursuivre ce qui avait été commencé avec le traité de Rome en 1957 : ce traité établissait la libre circulation des marchandises. Il avait été conclu avec la bénédiction des Etats-Unis. C’était le volet économique de la guerre froide. Le Marché unique prévoyait également "l’abolition, entre les Etats membres, des obstacles à la libre circulation des personnes, des services et des capitaux". Avec les traités ultérieurs ils sont allés de plus en plus loin pour permettre au Capital de se déployer sans entraves.

L’Europe sociale est un mensonge et une illusion. L’euro, c’est l’effondrement du pouvoir d’achat, c’est le recul des exportations c’est aussi l’austérité sans fin pour la Sécu, les retraites et les services publics. C’est la mise en tutelle du budget national par les autorités européennes. L’U.E., c’est la récession, les délocalisations, les privatisations, le chômage de masse, la précarité, le moins-disant social et salarial imposé aux travailleurs de tout le continent. En France, l’U.E. c’est le Pacte Valls-MEDEF, avec 50 milliards pris aux revenus du travail et aux services publics pour les donner aux banques et aux grandes entreprises.
L’UE, c’est la guerre. Ç’a été la guerre en Yougoslavie. Aujourd’hui, l’Ukraine est au bord de la guerre civile en Ukraine à cause de l’intervention de l’UE et des Etats-Unis.
L’UE, c’est la domination américaine sur les peuples européens. L’OTAN est devenue le bras armé de l’UE et se mêle des questions européennes. Les Etats-Unis, avec l’UE ont attisé les tensions en Ukraine, favorisé les mouvements d’extrême-droite dans le but d’isoler la Russie, qui, avec la Chine, l’Inde, le Brésil, et l’Afrique du Sud s’opposent à la domination des Etats-Unis et de leurs alliés. Pire, le traité transatlantique, négocié dans le plus grand secret, aboutira au contrôle de notre économie et de nos droits sociaux par les Etats-Unis et leurs multinationales.

L’UE, le Parlement européen ne sont pas démocratiques.
Nous avions voté NON à « la concurrence libre et non faussée » du Traité constitutionnel. Les socialistes et la droite nous l’ont imposée avec le traité de Lisbonne. Le Parlement européen n’a rien trouvé à redire à ce déni de démocratie. Le peuple français, la classe ouvrière, les salariés ne sont pas représentés par le parlement européen. Leur intérêt y est nié tout au contraire. Le Parlement ne change jamais une décision de la commission européenne. Car chaque fois que le Parlement refuse une décision, il négocie ensuite un compromis. C’est ainsi qu’il a pérennisé la directive sur le travail détaché. C’est le même principe que le « dialogue social » cher au patronat, au PS et à la droite, « dialogue » qui se finit toujours par la casse des droits des travailleurs.
L’UE, le Parlement européen sont des institutions supranationales qui agissent contre les souverainetés nationales, contre les peuples. En réalité l’UE permet aux gouvernements de droite et socio-libéraux d’infliger aux peuples les politiques que ceux-ci ont refusé au plan national. C’est ainsi que cela se passe en Espagne, en Grèce, au Portugal … et en France.

Voter ne sert qu’à légitimer cette UE supranationale.

Le FN est un leurre. C’est un parti anti-syndical, anti-communiste, anti-démocratique et raciste. Il cherche à épargner le Capital. C’est la roue de secours de ce dernier. Il n’appelle pas, dans sa profession de foi, à sortir de l’UE. Il sert à légitimer le Parlement européen et à faire voter.

L’Europe démocratique, l’Europe sociale sont des mensonges et masquent la nature de classe capitaliste de l’U.E. L’U.E., l’euro, l’O.T.A.N. ne se sont pas amendables. La participation au Parlement n’empêchera aucune politique européenne de se faire, pas plus le traité atlantique que la réforme ferroviaire. Le Front de gauche espère-t-il avec la GUE ( gauche unie européenne) que les socialistes européens voteront contre ces mesures ? Impossible : ils les ont participé à leur rédaction. Nous rejouera-t-on la farce de l’union de la gauche au Parlement européen avec les compromis qui y sont liés ? Les décisions européennes ne se négocient pas, elles se combattent.

Nous voulons des peuples libres, débarrassés du carcan européen. Nous voulons des peuples souverains qui décident eux-mêmes de la politique économique, sociale de leur pays. Nous voulons pouvoir choisir de rompre avec « la concurrence libre et non faussée » et avec le capitalisme. Nous voulons des Nations indépendantes qui établissent entre elles des coopérations mutuellement avantageuses et qui maîtrisent leur développement économique.

L’abstention politique signifie l’opposition à l’UE du Capital. Plus l’abstention sera forte, plus le refus de la politique austéritaire européenne sera affirmée. Plus l’abstention sera forte, plus l’exigence de souveraineté nationale et populaire sera puissante.

Action Communiste