Yves Saint-Jours, Au fil des luttes sociales, du prolétariat forestier au professorat d’université, Éditions du Losange, 2012.
jeudi 16 août 2012
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Politique > Partis et mouvements politique > Le Parti communiste français > Yves Saint-Jours, Au fil des luttes sociales, (...)
 

Au fil des luttes sociales, du prolétariat forestier au professorat d’université

Auteur : Yves Saint-Jours

Editions : du Losange, 2012



Dès l’obtention du C.E.P, Yves Saint-Jours s’est trouvé confronté dans une scierie forestière, à un travail très pénible et incompatible avec son état de santé. La lecture occupe ses périodes de repos, ravive la haine de la guerre ayant hanté son enfance et lui insuffle un esprit de révolte face aux injustices sociales. En réaction, il s’engage dans l’action militante au sein de l’U.J.R.F. et ensuite du Parti communiste français avec la volonté de contribuer à la transformation d’une société n’offrant guère d’autres perspectives que de subir l’exploitation capitaliste. Il participe aux luttes paysannes pour l’abolition du métayage, à celles de l’interdiction de la bombe atomique et contre la guerre d’Indochine. De retour d’un service militaire mouvementé, il reprend son action militante avec le souci d’une insertion professionnelle. Employé au service comptable de La Vie Ouvrière, hebdomadaire de la C.G.T., il prépare le brevet professionnel de pair avec la capacité en droit. Il est intégré à la rédaction juridique de la V.O. et de la Revue pratique de droit social, et poursuit des études de droit. Cette formation originale lui facilite l’accès à un poste d’assistant à l’Institut des sciences sociales du travail de Paris. Après avoir soutenu une thèse de droit de sécurité sociale, il devient maître assistant à l’U.E.R. Travail et études sociales de l’Université de Paris 1. L’aspect critique de ses publications doctrinales et éditoriales l’entraîne dans un long parcours semé d’embûches. En 1985, il est enfin nommé Professeur à l’Université de Perpignan, en charge du droit social. Il y achève sa carrière en 1999 et son éméritat en 2011.
Ce livre témoigne des péripéties d’un cheminement professionnel peu commun et de la fidélité de l’auteur aux idéaux de sa jeunesse.