Quelle différence entre la privatisation de GDF et l’AGCS ?
dimanche 15 octobre 2006
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Economie > Privatisations / Nationalisati > Textes d’origines diverses > Quelle différence entre la privatisation de (...)
 
AGCS = accord général sur le commerce des services

QUELLE DIFFERENCE ENTRE
LA PRIVATISATION DE GDF et L’AGCS ?
(AGCS = accord général sur le commerce des services)

Si vous n’avez pas deviné, lisez la suite

L’AGCS vise à réduire ou à éliminer les mesures gouvernementales qui empêchent les services d’être librement fournis à travers les frontières nationales.
Son but est de libéraliser par cycles de négociations successives, « l’ensemble des services, de tous les secteurs », c’est-à-dire les ouvrir à la concurrence internationale.

L’ AGCS met en péril tous les services publics, à tous les niveaux, et la libre administration des collectivités locales par leurs assemblées élues en les plaçant sous tutelle.
Le droit du commerce primerait sur toute autre considération, notamment sociales, comme sur les initiatives locales.

AUSSI

De nombreuses collectivités locales, en France, en Europe et dans le monde, contestent l’objectif de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de faire commerce de tout en voulant généraliser la mise en concurrence d’un maximum de services dans un maximum de secteurs, tant au plan mondial qu’au plan local.

Les avantages de cette libéralisation globale sont loin d’être au rendez-vous : le creusement des inégalités, l’accentuation des disparités territoriales et des déséquilibres socio-économiques, les catastrophes humanitaires et dérèglements environnementaux, l’aiguisement des tensions, insécurisent, un peu plus chaque jour, l’existence et l’avenir des populations, comme le devenir de la planète.

Parce que les collectivités locales concentrent tous les effets de cette globalisation, elles sont en première ligne pour résister à cette néfaste perspective qui manque cruellement d’humanité.
Proches des besoins de leur population, elles ont un devoir d’ingérence dans ce qui se trame à l’ OMC, et un devoir de riposte sous peine d’être accusées de non-assistance à personnes et à planète en danger.
Porteuses de l’utilité sociale, elles entendent promouvoir le service public comme atout afin de relever les défis sociaux, économiques et environnementaux.

Les collectivités locales « hors AGCS » souhaitent amplifier le débat démocratique sur l’avenir des services publics :

- L’ouverture maximale des services à la concurrence produit des effets contre-productifs quant à leur accessibilité, leur qualité et leur coût.
- Les droits sociaux sont des droits inaliénables qui ne peuvent relever exclusivement de la logique marchande.
- La maîtrise publique est à préserver pour accéder aux biens communs et pour créer de nouveaux services publics.
- L’existence diversifiée de services publics, socialement profitables, peut seule assurer une qualité de vie digne, pour tous et partout, en lien avec l’exercice réel de la démocratie.

CONVENTION INTERNATIONALE DES COLLLECTIVITES LOCALES HORS AGCS

A GENEVE

SAMEDI 28 OCTOBRE - DIMANCHE 29 OCTOBRE

POUR LA PROMOTION DES SERVICES PUBLICS

PROGRAMME

Convention internationale des Collectivités locales

28-29 octobre 2006, Genève

La Convention internationale des Collectivités locales pour la promotion des services publics aura lieu à l’Uni Dufour, Genève, Suisse, les 28 et 29 octobre 2006.

Malgré l’impasse des négociations du cycle de Doha, les services publics continuent d’être mis en péril par l’Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS) de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), les accords de libre-échange bilatéraux et régionaux et les politiques d’ajustements structurels.

Pour contrer cette logique, la Convention a pour ambition de :

- souder les liens entres les collectivités attachées aux valeurs des services publics ;
- renforcer la coopération entre collectivités « Non AGCS », organisations syndicales, mouvements sociaux, ONG et autres acteurs des mobilisations ;
- promouvoir et mettre en oeuvre la « Résolution de Liège » adoptée lors de la réunion européenne en octobre 2005 (contrer les desseins de l’OMC, dégager des alternatives concrètes, organiser la mobilisation dans chaque pays).

Programme

Pour des détails voir sur le site http://www.agcs-gats.org