Chronique N°1 de Jacques Nikonoff
Les Bourses battent tous les records
mardi 2 janvier 2007
Auteur : par Jacques Nikonoff
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
 

A part au Moyen-Orient et au Japon (indice Nikkei), toutes les Bourses du monde ont connu en 2006 d’excellents résultats. Aux Etats-Unis par exemple, les pertes dues à l’éclatement de la bulle des nouvelles technologies de l’information, en 2000, ont été effacées. Des records ont parfois été battus.

Les performances des Bourses sont suivies au moyen d’indices boursiers dont le plus connu, en France, est le CAC 40. CAC signifie « cotation des actions en continu » et 40 parce que l’indice est composé de 40 entreprises cotées à la Bourse de Paris, choisies parmi les plus « représentatives » (différents secteurs économiques), « actives » (nombre de transactions d’achat et de vente) et les plus « capitalisées » (la capitalisation boursière d’une entreprise cotée est égale à la valeur de l’action multipliée par le nombre d’actions). Ainsi le CAC 40 a-t-il progressé de 17,5 % en 2006 (quatrième année consécutive de hausse).

Les autres indices boursiers ont connu, eux aussi, des progressions impressionnantes :
- Bourse de Shanghai (Chine) : + 130,47 %
- Bourse de Shenzhen (Chine) : + 100 %
- Indice Sensex (Bombay) : + 46,7 %
- Indice Hang Seng (Hong Kong) : + 34,2 %
- Indice Ibex 35 (Espagne) : + 31,8 %
- Indice Dax 30 (Allemagne) : 22,25 %
- Indice Dow Jones (Etats-Unis) : + 16,65 % (record absolu)
- Indice S&P 500 (Etats-Unis) : 14,13 %
- Indice Footsie 100 Grande-Bretagne) : 11,07 %

Quelles sont les causes de ces hausses des Bourses, et quels seront leurs effets économiques et sociaux ?

Deux causes principales sont mises en avant par les journaux spécialisés.

Première cause : un record de fusions et acquisitions. Elles ont représenté 3 610 milliards de dollars dans le monde dont 1 363 en Europe (2 736 milliards d’euros). Le dernier record mondial avait été établi en 2000 avec 3 400 milliards de dollars. Ces sommes sont tellement gigantesques qu’elles en paraissent abstraites. Afin de leur donner une signification, on peut les comparer à la capitalisation boursière d’une entreprise comme Air France qui valait 8 milliards d’euros fin 2006. Ainsi, les 2 736 milliards de fusions et acquisitions de 2006 ont représenté l’équivalent de 342 entreprises de la taille d’Air France qui auraient changé de main.

Les fusions et acquisitions n’ont que rarement des objectifs industriels. Les buts sont essentiellement financiers et boursiers : permettre une augmentation de la valeur des actions pour les revendre ensuite avec une plus-value confortable. La hausse des cours est en effet automatique car pour convaincre les actionnaires des entreprises « ciblées » de vendre leurs actions à l’entreprise prédatrice, il faut bien augmenter son prix !

Deuxième cause : des profits records générés par les sociétés cotées (par exemple 606 milliards de dollars pour les entreprises composant le Dow Jones, record absolu). Ces profits attirent des acheteurs d’actions, phénomène qui contribue à la hausse des cours.

Les commentateurs oublient cependant une chose : le volume des rachats d’actions et leur proportion avec les émissions nouvelles d’actions. Les Bourses, en effet, ont été créées pour permettre le financement des entreprises. L’efficacité des Bourses devrait donc se mesurer à leur capacité à drainer des financements pour le développement économique. Or, depuis quelques années, une phénomène inverse est apparu : celui du rachat de leurs propres actions par les entreprises.

Depuis 1995 aux Etats-Unis et depuis 2001 en Europe, ont observe une baisse significative du montant des capitaux drainés par les sociétés cotées.

D’une part, le nombre de sociétés cotées en Bourse a tendance à baisser. Alors qu’elles étaient 936 en 2001 à la Bourse de Paris, leur nombre a régulièrement baissé pour atteindre 749 en 2005. Les admissions à la cote ont été de 3 (2003), 18 (2004) et 20 (2005), alors que les radiations ont été ces mêmes années de 64, 54 et 60.

D’autre part, le montant des rachats d’action a parfois dépassé le montant des émissions d’actions. Ainsi aux Etats-Unis les rachats d’actions ont-ils représenté 44 % des distributions de bénéfices en 2000, contre 11 % en 1971. De plus en plus d’entreprises choisissent en effet d’utiliser leurs profits pour récompenser leurs actionnaires en procédant à un rachat d’une partie de leurs actions. De sorte que les actions qui restent sur le marché augmentent de valeur (il y a un plus grand bénéfice déclaré par action), et les actionnaires paient moins d’impôt que s’ils recevaient des dividendes.

Les entreprises cotées en Bourse préfèrent désormais les rachats d’actions aux distributions de dividendes. À la fin des années 1990 et pour la première fois de leur histoire, les entreprises américaines ont utilisé une plus grande part de leurs profits pour racheter leurs actions sur le marché qu’elles ne l’ont fait pour verser un dividende à leurs actionnaires.

Les actions sont rachetées par endettement bancaire ou par utilisation des trésoreries quand celles-ci sont abondantes comme c’est le cas aujourd’hui. Le motif officiel est la « régularisation » des cours de l’action de l’entreprise (comme le ferait une banque centrale pour maintenir la parité de change). En réalité il s’agit de rendre l’argent aux actionnaires, d’attribuer des actions ou des stock-options au personnel (essentiellement les cadres dirigeants).

Les politiques de rachat d’actions sont comme des transactions d’initiés effectuées à grande échelle. Elles sont même des délits d’initié permanents.

Evidement, aucun commentateur officiel ne cherche à savoir ce qui s’est passé en 2006 dans ces deux domaines : les apports de capitaux frais en regard des retraits de la cote et le montant des rachats d’actions.

Quels sont les effets économiques et sociaux de ces évolutions ?

La multiplication des fusions et acquisitions va se traduire par des licenciements, fermetures d’entreprises et délocalisations.

Les profits des entreprises, alors qu’ils pourraient permettre une réduction des inégalités par une relance des politiques salariales et une augmentation des prélèvements sociaux par le biais de la fiscalité, seront quasi exclusivement orientés vers les actionnaires.

Deux mesures devraient être prises :

- l’autorisation préalable par les pouvoirs publics de toute opération de fusion et acquisition ;

- l’interdiction des rachats d’actions.

Hélas, on ne retrouve ces propositions ni dans la Charte antilibérale, ni dans le Manifeste d’Attac.

Jacques Nikonoff