Le Cardinal Maradiaga et Michel Camdessus à la Catho le 24 novembre !
mercredi 4 novembre 2009
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil du site > Actualité > Initiatives > Le Cardinal Maradiaga et Michel Camdessus à la (...)
 

Le Cardinal Maradiaga et Michel Camdessus à la Catho le 24 novembre !

Réunion du mardi 27 octobre, tenue au siège de Mémoire des luttes

COMPTE RENDU

Présents :
Denise Mendez (Attac) , Frédreic Pargamin (Cercle bolivarien de Paris) ; Francine Palisson ( Golias et M’PEP) ; Roland Cespedes (coordination ALBA-TCP) ; Ly Jeanne ( Cercle bolivarien de Paris) ; Eva Lacoste (Golias)  ; Christophe Ventura (Mémoire des luttes)  ; Martine Sevegrand (Golias)  ; Manuel Silva (Collectif des Péruviens de France)  ; Gilles Seignan (Commission transnationale des Verts)  ; Maria Flexor (Parti de Gauche) ; Obey Ament (PCF) ; Bernard Cassen (Mémoire des luttes)

Excusés : Les Alternatifs, SNES, Solidaires, Alerte Honduras, Secours catholique.

Pour information : Jean Siry (Attac Clermont) .

Les présents font le point sur la venue annoncée du cardinal putschiste Maradiaga le 24 novembre à l’Institut catholique de Paris. Il est vraisemblable que la décision de lui remettre un doctorat honoris causa a été prise avant le coup d’Etat au Honduras et que, maintenant lancé, le processus va aller à son terme. La remise simultanée d’un doctorat honoris causa à Michel Camdessus ne fait qu’aggraver le scandale.

Les décisions suivantes sont prises :

1.- Envoi d’une lettre et demande d’audience au ministre des affaires étrangères, avec copie à la direction des Amériques, exigeant que le cardinal soit déclaré persona non grata en France et soit immédiatement reconduit à la frontière s’il débarque à Paris.
Apparemment, en effet, il n’a pas besoin d’un visa (qui aurait pu lui être refusé).
Juridiquement, la France ne reconnaît que le président Zelaya et son gouvernement. Or ce dernier, dans un document officiel, a nommément désigné le cardinal comme putschiste

2.- Constitution, à Clermont, d’un collectif qui demandera audience à l’archevêque Hyppolite Simon pour lui demander de renoncer à venir à Paris pour prononcer la Laudatio du cardinal Maradiaga avant la remise du doctorat.
Jean Siry, d’Attac Clermont, s’est déjà proposé pour participer à ce collectif. Toutes les organisations présentes à Clermont sont priées de le contacter.

3.- Demande d’audience au cardinal André Vingt-Trois, Chancelier de l’Institut catholique, pour lui demander d’annuler la cérémonie du 24 novembre.

4.- Demande aux parlementaires des partis présents à la réunion (PCF, PG, Verts) de poser des questions écrites ou une question orale au ministre des affaires étrangères sur le scandale et de la venue en France d’un personnage déclaré putschiste par le seul gouvernement légal que reconnaît la France, celui du président Zelaya.

5.- Lettre de soutien à Mme Dessiré Flores Dubon, chargée d’affaires a.i. à l’ambassade du Honduras en France. Mme Flores Dubon, loyale au président Zelaya, a déjà écrit au recteur de l’Institut catholique, Pierre Cahné, pour lui demander de reconsidérer la pertinence de la remise du doctorat honoris causa au cardinal.

6.- Dans 10 à 15 jours, nouvelle réunion pour évaluer la situation et décider des actions à entreprendre et à faire connaître à la presse.
Dans l’intervalle, Mémoire des luttes est chargée de rédiger et d’expédier les courriers mentionnés plus haut et de rester en contact avec les organisations présentes et celles qui se joindront à elles pour la constitution d’éventuelles délégations. Les copies PDF des courriers seront adressées aux participants et seront disponibles sur le site de Mémoire des luttes.

Bernard Cassen (Mémoire des luttes), secrétaire de séance.

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES

A.- La réunion a surtout rassemblé des organisations mobilisées par la venue du cardinal Maradiaga. La présence de Michel Camdessus et de Jean-Claude Trichet n’est pas moins choquante. Il est nécessaire de rassembler rapidement de nouvelles forces contre ces deux figures emblématiques des ravages du néolibéralisme.

B.- Le document officiel du gouvernement Zelaya désignant nommément le cardinal comme putschiste sera diffusé… dès que le fichier aura été retrouvé. La copie papier existe à Mémoire des luttes.

C.- L’hebdomadaire Golias (n° 103, daté du 22 au 28 octobre), fait sa Une sur cette affaire et lui consacre 3 pages. A lire absolument !