Stephan H. Lindner, Au cœur de l’IG Farben, Les Belles Lettres, 2010.
vendredi 6 août 2010
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Educ’ pop’ > Livres > Stephan H. Lindner, Au cœur de l’IG Farben, Les (...)
 

Au cœur de l’IG Farben

Auteur : Stephan H. Lindner,

Editions : Les Belles Lettres, 2010.

Ouvrage publié avec l’aide du Centre National du Livre. Préface de Peter Hayes. Traduit de l’allemand par Hervé Joly avec la collaboration de Stephan H. Lindner

Présentation :

En 1925, les trois principales entreprises de la chimie allemande – BASF, Bayer et Hoechst – se sont regroupées avec quelques autres de moindre importance au sein du conglomérat IG Farbenindustrie AG. Plus que toute autre firme, cette « IG Farben » incarne aujourd’hui, dans la mémoire commune, la compromission de l’industrie allemande dans les crimes du Troisième Reich.
Ce livre est une histoire de l’usine chimique de Hoechst près de Francfort-sur-le-Main en tant que composante de l’IG Farben sous le nazisme. Sur la base de vastes recherches dans des archives internes inédites, Stephan H. Lindner interroge les relations entre la direction et son personnel avec le parti national-socialiste et ses organisations satellites. Il porte une attention particulière à la question des marges de manœuvre face à la double tutelle du régime et de la direction centrale du groupe.
Comment les dirigeants de l’usine ont-ils réagi à la nouvelle situation politique à partir de 1933 ? La vie et le travail à Hoechst sous le nazisme étaient marqués à la fois par l’adaptation ainsi que par l’exclusion et la répression. Dans quelle mesure l’établissement, sa direction et ses salariés ont-ils été liés au nouveau régime, à ses représentants et organisations ? À quel point ont-ils été impliqués dans ses crimes, voire activement partie prenante de ceux-ci ?
Sont ainsi évoqués les plus sombres aspects de l’histoire de l’usine : le sort fait aux salariés juifs ou considérés comme tels, les conditions de travail et d’existence des « travailleurs étrangers » forcés de différentes origines ainsi que l’implication dans des expériences « médicales » sur des détenus de camps de concentration. Cet ouvrage sans complaisance apporte une avancée décisive à la connaissance d’une singularité du monde industriel du Troisième Reich.


Sommaire

INTRODUCTION

DE LA CONSTITUTION DE L’IG FARBEN A LA CRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE
Le renoncement à l’indépendance (1904-1925)
Du « compromis des fondateurs » aux premières réformes
Le retrait des « seigneurs de Hoechst » pendant la Grande Crise
L’évolution de l’usine de Hoechst dans la Grande Dépression (1929 – 1933-1934)

DIRECTION DE L’USINE, PERSONNEL ET PARTI NAZI
De la dépression économique à la « prise du pouvoir »
Le nouveau règlement de l’usine
La direction de l’usine
- L’officier et chef d’établissement Ludwig Hermann (1882-1938)
- Le candidat de compromis : Carl Ludwig Lautenschläger (1888-1962)
Le NSDAP et ses représentants dans l’usine pendant les « années de paix »
La « nazification » : adaptation, exclusion et persécution politique avant la guerre
Pas des « camarades du peuple » : les salariés juifs et considérés comme tels
La capitulation face au NSDAP pendant la guerre
L’ascension du « dauphin » : Karl Winnacker
La « cohorte » et les « travailleurs étrangers »

DE L’AUTARCIE À LA PRODUCTION DE GUERRE, AUX MÉDICAMENTS ET AUX ESSAIS HUMAINS
La réorientation de l’usine sous la direction de Ludwig Hermann et de Friedrich Jähne
Recherche et développement
La production et son importance pour l’armement et la guerre
Les médicaments et les essais humains. La division pharmaceutique pendant la guerre

LES ANNÉES D’APRÈS-GUERRE : LA GESTION DU PASSÉ
La fin de la guerre, la dénazification et le procès de Nuremberg
La reconstitution des Farbwerke Hoechst et la « famille IG Farben »