Parti de l’émancipation du peuple (ex-M’PEP)
http://www.m-pep.org/Proteger-l-environnement-pour-le
Mettre un terme à la financiarisation de l’économie
samedi, 24 mai 2008

LA « GLOBALISATION FINANCIERE » EST UN CHOIX DE SOCIETE

En aucun cas, la « globalisation financière » ne résulte de mécanismes économiques spontanés ou inéluctables. Elle est une construction purement politique, un choix d’organisation sociale. Elle constitue l’une des facettes de la « mondialisation ».

La financiarisation de l’économie subordonne désormais la sphère économique à la sphère financière. L’expression de « capitalisme patrimonial », à cet égard, servant à caractériser cette situation, est inadéquate, car elle accrédite l’idée d’une dispersion du pouvoir économique au sein d’une multitude d’actionnaires soucieux de valoriser leur patrimoine. En réalité, le pouvoir économique se concentre de plus en plus entre les mains des gestionnaires de fonds, au détriment des chefs d’entreprise mais aussi des Etats.

Dès à présent, le public doit comprendre que la financiarisation des économies résulte de décisions politiques qu’il est parfaitement possible de suivre à la trace :

S’agissant d’immatériel, le développement de l’informatique a donné aux mesures prises une redoutable efficacité.

La globalisation financière avait pour but :

Elle a entraîné :

En résumé, la globalisation financière, permet à quelques gestionnaires de fonds de contrôler, directement ou par effet de contagion, une grande partie de l’économie réelle mondiale. Elle assure les dominations de critères de rentabilité financière à court terme sur ceux d’utilité sociale ; de technocrates aux rémunérations exorbitantes et sans risque sur le reste de la population mondiale ; des pays riches sur les pays pauvres.

La crise financière de 2007/2008 montre la perversité du système. Il ne s’en sortira vraisemblablement que parce que la globalisation financière n’est pas encore totale. La Chine, l’ex-URSS, l’Inde, certains pays d’Amérique latine se protègent encore.

On comprend pourquoi la prise de pouvoir de la finance sur l’économie suscite un silence aussi assourdissant sur les conditions et les causes de son avènement. C’est la raison pour laquelle le Mouvement contribuera à dévoiler l’origine de cette prise de pouvoir des financiers, ses conséquences, et la logique qui la sous-tend. Le M’PEP considère que la compréhension approfondie des logiques financières est un préalable absolu pour appréhender la société dans laquelle le néolibéralisme veut faire basculer le monde.